Définition de : gogo

Définition

Personne crédule, naïve, qui croit à tout, facile à tromper, jobard, dupe, victime d'escroquerie ; client, consommateur, actionnaire, électeur ; idiot, imbécile

ANG : a credulous man
fréquence : 040
registre ancien : 7 registre moderne : 5

synonyme : niais, pas déluré, imbécile, idiot, bête, dupe, pigeon, victime, crédule, naïf morphologie : nom propre, antonomase

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1834.

1867 1886 1887 1889 1889 1892 1894 1899 1900 1901 1902 1903 1908 1909 1910 1912 1912 1915 1916 1919 1920 1926 1927 1927 1934 1951 1960 1969 1969 1971 1977 1979 1981 1982 1990 1990 1998 2003 2007 xxxx

Citations

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

GOGO, subst. masc. Fam., vieilli. Homme crédule et niais, qui se laisse tromper facilement (notamment en affaires, en finances). Synon. gobe-mouche(s) (fam.), pigeon (pop.), poire (fam.). C'est bon pour les gogos. L'éloquence commerciale fit naître de toutes parts des vocations innombrables de « gogos » (VALÉRY, Variétés II, 1929, p. 111). Imagine que le terrain ait été acheté non par toi, mais par un autre gogo, par un autre niais (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p.141) : Autrefois, pour détrousser les gogos, il n'y avait guère que le vol pur et simple; et les gogos défendaient leurs poches à coups de fusil (...). Aujourd'hui, nous avons progressé. On ne vole plus, on fait des coups de Bourse... FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 42. Emploi adj. De toutes façons, pas tout. Vous ne voudriez pas, non, alors. On est gogo, mais pas à ce point. Cinquante francs (ARAGON, Beaux quart. 1936, p. 374). Prononc. et Orth. : [] ou [gogo], mêmes observations que sous à gogo. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1834 (nom d'un personnage crédule et facile à tromper dans la pièce Robert Macaire de Saint-Amand, Antier et F. Lemaître). Redoublement plais. de la syll. initiale de gober*. La forme se rencontre aux XVe-XVIe s. mais son sens et son orig. sont alors obscurs, cf. VILLON, Testament, éd. Rychner et Henry, II, 225-226 (note au vers 1614). Fréq. abs. littér. : 33. (tlfi:gogo) /

Dans une étude sur le mot go on pourra montrer la relation sémantique qui existe entre gogo (gosier) et gogo (jobard) (SCHW1889) / La langue populaire a interprété 'tire-larigot' comme s'il fallait y reconnaître le suffixe argotique -go ; mais diverses considérations amènent à penser que go est la partie essentielle du mot. Le mot existe au XVI (Rabelais). Mais dans la Response et complaincte.. sur le Jargon (1630) on trouve une expression à comparer : 'chanter lerigo'. Le mot rigo existait donc séparément : on peut donc écrire : tire-la-rigo. Le mot rigo (rego*) contient le re- comme prothèse. Rego signifiait gueule, gosier. Cf. Madame Engueule, accords poissards le nom de Madame Angot (=forte en gueule). Sens de go*, rego*, rigo* bien établi : expr. boire, chanter à tire-le-rigo = à gorge déployée. Et ces mots go*, gou*, rigo* ont donné naissance à un grand nombre d'expressions (gogo : écoute la bouche bée les boniments ; faussement interprété par gaudium) (SCHW1889Tirelarigot) / Nom d'un personnage de Robert Macaire, comédie de Frédérick Lemaître, popularisé par le grand acteur, puis par les caricatures de Daumier, probablt de l'initiale de gober, p.-ê. avec infl. de nigaud. → Gobet (GR) /

  • 1834 (GR) / 1834, nom d'un personnage crédule et facile à tromper dans la pièce Robert Macaire de Saint-Amand, Antier et F. Lemaître (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.