languefrancaise.net

définition de : s'esquinter le tempérament – depuis 1866 avec Bob, dictionnaire d'argot

s'esquinter le tempérament
Se fatiguer, se donner du mal ; fatiguer, éreinter

Citations
  • 1903 Avec des parents comme ça, on est toujours malheureuse. Il te collera en atelier et tu t'esquinteras le tempérament pour gagner à peine de quoi « briffer ». source : 1903. Les enracinées
  • 1889 –Quatorze sous ! Franchement, vous voudriez pas que je m'esquinte le tempérament, par l'humidité qu'il fait, à vous enlever des haltères de cent vingt pour quatorze sous ! source : 1889. Titine
  • 1877 et il blaguait les ouvriers qui trimaient, il allongeait sa jambe, pour leur montrer où ça menait de s'esquinter le tempérament. source : 1877. L'Assommoir
  • 1877 Entre ces deux messieurs, Gervaise ne riait pas tous les jours. Elle n'avait pas à se plaindre de sa santé, Dieu merci ! Elle aussi devenait trop grasse. Mais deux hommes sur le dos, à soigner et à contenter, ça dépassait ses forces, souvent. Ah ! Dieu de Dieu ! un seul mari vous esquinte déjà assez le tempérament ! source : 1877. L'Assommoir

<4 citation(s)>

Chronologie et sources

Amis visiteurs, si vous connaissez une date plus ancienne, vous êtes chaleureusement invités à la partager en discussion avec indication de la source exacte. Elle sera vérifiée et intégrée à la notice sous votre signature. Merci.

Date à battre : 1866

◊ Delvau 1866 (TLFi)

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

1866 1877 1889 1901 1903

Compléments