Définition de : rif

  • rif
    • Feu, flamme ; lumière (rat de cave) ; du feu (flamme) ; □ incendier, mettre le feu (sens propre ou fig.)
    • fréquence : 068
    • id : 390

rif & riffe ; rife ; riff ; rif ; rifle ; riffle ; rufe ; du rif ; □ foutre le riffe ; foutre le rif ; mettre le rif n.m.

Définition

Feu, flamme ; lumière (rat de cave) ; du feu (flamme) ; □ incendier, mettre le feu (sens propre ou fig.)

ALL : Feuer, Flamme / IT : focolare
fréquence : 068
registre ancien : 9 registre moderne : 10

synonyme : feu morphologie : i/u famille : rif (feu)

Chronologie

1596 1612 16xx 1725 1726 1741 1799 17xx 1800 1800 1821 1827 1827 1829 1829 1835 1835 1836 1836 1840 1841 1844 1844 1846 1847 1849 1851 1870 1877 1885 1889 1894 1897 1897 1899 1900 1901 1901 1901 1905 1907 1911 1915 1917 1917 1918 1918 1921 1922 1930 1943 1946 1947 1948 1952 1954 1954 1955 1955 1960 1979 1981 2007 2013 xxxx xxxx xxxx xxxx

Citations

  • 2013 Étant malgré tout à payol, c'est-à-dire sans un rond, j'accepte une proposition d'un célèbre concessionnaire d'une marque de voitures italiennes : mettre le rif à son garage. source : 2013. Moi Dodo la Saumure
  • 2013 prend le trac et décide de tout brûler dans les toilettes. Un tel rif que après la maison Poulaga, place aux pompiers ! source : 2013. Moi Dodo la Saumure
  • 1960 La tentation de craquer une soufrante, de lui refiler le rif dans un mouvement de haute allure lui vient source : 1960. Du mouron pour les petits oiseaux
  • 1897 Pendant ce temps-là, nous, on se les roule au coin du rif, on roupille dans son plumard, on va se les caler, on se balade au Bois source : 1897. Notes d'un tricoteur (L'Auto-Vélo)
  • 1844 Nous serons mieux, je crois, devant un chouette rifle, que dans ce sabri où il fait plus noir que dans la taule du raboin source : 1844. Les vrais mystères de Paris
  • 1948 Un bon bagnard ne se sert jamais d'allumettes, mais d'un briquet. Le rif lui est fourni par un appareil, simple et discret, composé d'un morceau de bois dans lequel est enchâssée une pierre à briquet, et d'un éclat de vitre que l'on se procure aisément […]. Ajoutez à cela un chiffon soigneusement calciné ou du coton hydrophile très léger, qui tient lieu d'amadou, et vous obtenez un briquet digne d'un caïd. Certains spécialistes dévissent une des lampes du dortoir et parviennent, à l'aide de papier d'argent et de papier de soie, à arracher du « rif » à la prise de courant source : 1948. Je sors du bagne
  • 1952 J'y ai offert mon paquet de cibiches. Elle en a pris une. J'y ai filé du rif. Elle a soufflé sur l'allumette. Elle savait ce qu'elle voulait. source : 1952. Émile et son flingue
  • 1821 apporte moi du Riff. je veux Bouffarder. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest
  • 1922 n'ayant sans doute pas de quoi l'allumer il se pencha vers René et le tutoyant sans façon lui demanda du feu : –T'as un peu de riff à m'filer ? Obligeamment René lui tendit sa cigarette source : 1922. Au Lion Tranquille
  • 1905 Si t'as la flemme, tiens le rif… que je fasse le fourbi source : 1905. Le Tigre & Coqueliquot
  • 2007 je me souviens qu'ados, c'est avec du bon vieux rock underground de derrière les fagots que mes potes et moi foutions le riffe au modèle de nos devanciers. source : 2007. La gigue des cailleras
  • 1905 Le paquet et du rif… qu'on en grille une ! source : 1905. Le Tigre & Coqueliquot
  • 1911 Je reniflais bon, je sentais que le grand lumignon me coulait du rif au palpitant mieux que la meilleure eau d'aff du monde… source : 1911. Le journal à Nénesse

<13 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

RIF, subst. masc. Argot A. − Feu. Le second répondit: − Il lansquine à éteindre le riffe du rabouin (Hugo,Misér., t. 2, 1862, p. 180). [Ahmed] mit le rif sous un tas de bûches [dans la cheminée] (Le Breton, Rififi, 1953, p. 87). Prononc. et Orth.: [ʀif]. Attest. de riffe dans Hugo, loc. cit. Étymol. et Hist. 1455 rufle « feu de Saint Antoine » (Procès des coquillards ds Sain. Sources Arg. t. 1, p. 97) ; 1596 rufe « feu » (Pechon de Ruby, La Vie généreuse des Mercelots, Gueuz et Boesmiens, p. 38, ibid., p. 166) ; 1598 riffe « id. » (G. Bouchet, Serées, III, 130 ds Hug.) ; 1627 riffle « id. » (Pechon de Ruby, loc. cit.), 1821 de rif « immédiatement, avec ardeur » (Ansiaume, Arg. bagne Brest, f o11 v o, § 282) ; 1844 « feu des armes » (Vidocq, Vrais myst. Paris, t. 1, p. 186 : Rif sur la Cogne [...] feu sur les gendarmes). Issu du lat. rufus « rougeâtre, roux » prob. par l'intermédiaire de l'arg. ital. ruffo « feu » (de l'ital. ruffo « roux », DEI). Le passage de -u- à -i- s'expliquerait p. dissim. au contact de la cons. labiale (FEW t. 10, p. 543b). (tlfi:rif)

  • Issu du lat. rufus « rougeâtre, roux » prob. par l'intermédiaire de l'arg. ital. ruffo « feu » (de l'ital. ruffo « roux », DEI). Le passage de -u- à -i- s'expliquerait p. dissim. au contact de la cons. labiale (FEW t. 10, p. 543b). (TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.