Définition de : mon con

  • mon con
    • Appellation méprisante, formule méprisante
    • fréquence : 005
    • id : 37022

mon con

Définition

Appellation méprisante, formule méprisante

fréquence : 005
registre moderne : 7

famille : con

Chronologie

1950 1955 1976 1977 1990

Citations

  • 1955 et, comme je ne la lâche toujours pas, tout à coup, salement pétardière : –Merde ! je te dis merde, mon con. T'as compris. Et maintenant, salutas. source : 1955. Mollo sur la joncaille
  • 1950 Mon con, il m'avait dit, sans se fâcher, tout calme, rigole pas trop source : 1950. Ainsi soit-il
  • 1990 –L'enculé qui m'a doublé, il est mort. –Quel enculé, Gino ? –Un ancien de ta Brigade territoriale, mon con. source : 1990. L'étage des morts
  • 1976 Ils veulent la chute du capitalisme, observa-t-il. –C'est ça, mon con, approuva distraitement Charançon. source : 1976. Le petit bleu de la côte Ouest (Trois hommes à abattre)
  • 1977 On était fin saouls, hier soir, Stengler et moi. Mon con a toujours peur que je boive plus vite que lui. source : 1977. Faut pas rire avec les barbares
  • 1977 Un petit merdeux de lieutenant, vous étiez, et je t'appelais Antoine. Antoine, ou encore « mon-con », quand les trois mois d'Indo que j'avais de pus que toi me couraient dans le plafond. source : 1977. Faut pas rire avec les barbares

<6 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.