Définition de : bon comme la romaine

bon comme la romaine & être bon comme la romaine locution

Définition

Ne pas pouvoir éviter qqchose, devoir subir qqchose : ■ être pris, arrêté ; ■ dans une situation inextricable ; dans une mauvaise situation, passible d'une punition, ne pas devoir échapper à une ennui ; ■ tué

fréquence : 013
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : arrêter, arrêté, se faire arrêter, interpeller, se faire prendre, situation (mauvaise), subir (temps, coups, etc.) morphologie : comparaison

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1915.

1915 1917 1917 1918 1919 1929 1935 1949 1952 1955 1957 1961 1965

34484_bon_comme_la_romaine_cri_populaire_muller_1913_gallica.jpg: 1328x1054, 370k (19 février 2018 à 22h04)

Citations

  • 1965 Non, je n'étais pas dans les tranchées en 14-18. Ma classe était bonne comme la romaine, c'est certain, mais les choses ont tourné de telle sorte que, comme je suis tailleur de mon métier, j'ai passé toute cette guerre-là dans un atelier de l'Intendance à Perpignan. source : 1965. La débâcle
  • 1935 Le chef du personnel. Totor, qu'on l'a baptisé. Une vieille noix qui nous court au lieu de bouffer sa retraite en plantant des choux. Rien salingue, le frère. Méfie-toi, dis-y « Mon Commandant » et achète l'Ècho de Paris. Autrement t'es bon comme la romaine. source : 1935. Viande à brûler
  • 1929 Cette fois-ci, il n'y couperait plus, le sale môme : il était bon comme la romaine ! source : 1929. Au Poiss' d'or
  • 1949 il suffisait qu'elle appelle un flic pour que je sois bon comme la romaine source : 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain
  • 1955 Le plus habile des flics autonomes est toujours bon… Parfois même comme la romaine source : 1955. Faux frère (nouvelle), dans Les enquêtes de Nestor Burma et les Nouveaux mystères de Paris
  • 1917 –Ça y est. Tout a sauté : nos mines et les mines boches. –Oui, ça y est. Ceux des galeries… –Bons comme la romaine. –Faut y aller source : 1917. La guerre sous terre
  • 1957 Si je tombe, je suis bon comme la romaine. J'ai tous les crimes de Valdini à mon actif source : 1957. Carnaval à cinq
  • 1915 les yeux sur sa carte, il prit la tête de sa troupe, qu'il engagea tout de suite dans un champ découvert. Moreau remarqua : –On est bons comme la romaine… source : 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

B. − Loc., pop., iron. (Être) bon comme la romaine. (Être) menacé d'une corvée, d'une condamnation certaine, se trouver dans une situation critique, en position de victime toute désignée. « (...) on va se faire zigouiller comme des lapins! » − (...). Alors ça y est... ils sont là... on est bons comme la romaine ! (Benjamin, Gaspard, 1915, p. 25). 1915 bon comme la romaine (Benjamin, loc. cit.). Issu p. ell. de laitue romaine (dep. 1567, Ch. Estienne, L'Agric. et Maison rustique, f o64 v o), cette salade étant prob. originaire de la région de Rome ; l'anecdote selon laquelle elle aurait été rapportée au xives. de la cour papale d'Avignon (Littré et Bl.-W.1-5) n'est pas confirmée par la chronol. La loc. s'explique prob. par le cri des marchandes des quatre saisons ,,Elle est bonne, ma romaine, elle est bonne!`` et par le sens arg. « dupe, trompé, refait » de l'adj. bon (cf. il est bon jusqu'au trognon daté de 1901 par Esn.), encore qu'un rapprochement avec romaine2* n'est peut-être pas à exclure (v. Cellard-Rey). (tlfi:romaine) /

81e t., mai 16 ; bon, Attrapé, Victime, Réglé, est d'argot général (Esnault1919)

  • Exactement : bon pour être puni, pour être mangé comme la salade de romaine. Si le piston te voit, tu seras bon comme la romaine (Dech1918)
  • 1915, Benjamin (TLFi) / Cité dans (GR), non daté /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.