bon comme la romaine

bon comme la romaine (tableau rapide)
bon comme la romaine Ne pas pouvoir éviter qqchose, devoir subir qqchose : ■ être pris, arrêté ; ■ dans une situation inextricable ; dans une mauvaise situation, passible d'une punition, ne pas devoir échapper à une ennui ; ■ tué
synonyme arrêter, arrêté, se faire arrêter, interpeller, se faire prendre, situation (mauvaise), subir (temps, coups, etc.)
date 1915
fréquence 12

bon comme la romaine

& être bon comme la romaine

locution

Définition

Ne pas pouvoir éviter qqchose, devoir subir qqchose : ■ être pris, arrêté ; ■ dans une situation inextricable ; dans une mauvaise situation, passible d'une punition, ne pas devoir échapper à une ennui ; ■ tué

registre ancien : 7 registre moderne : 6

Synonyme : arrêter, arrêté, se faire arrêter, interpeller, se faire prendre, situation (mauvaise), subir (temps, coups, etc.) Morphologie : comparaison

34484_bon_comme_la_romaine_cri_populaire_muller_1913_gallica.jpg: 1328x1054, 370k (19 février 2018 à 22h04)

Citations
1965 Non, je n'étais pas dans les tranchées en 14-18. Ma classe était bonne comme la romaine, c'est certain, mais les choses ont tourné de telle sorte que, comme je suis tailleur de mon métier, j'ai passé toute cette guerre-là dans un atelier de l'Intendance à Perpignan. source : 1965. La débâcle
1935 Le chef du personnel. Totor, qu'on l'a baptisé. Une vieille noix qui nous court au lieu de bouffer sa retraite en plantant des choux. Rien salingue, le frère. Méfie-toi, dis-y « Mon Commandant » et achète l'Ècho de Paris. Autrement t'es bon comme la romaine. source : 1935. Viande à brûler
1949 il suffisait qu'elle appelle un flic pour que je sois bon comme la romaine source : 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain
1955 Le plus habile des flics autonomes est toujours bon… Parfois même comme la romaine source : 1955. Faux frère (nouvelle), dans Les enquêtes de Nestor Burma et les Nouveaux mystères de Paris
1917 –Ça y est. Tout a sauté : nos mines et les mines boches. –Oui, ça y est. Ceux des galeries… –Bons comme la romaine. –Faut y aller source : 1917. La guerre sous terre
1957 Si je tombe, je suis bon comme la romaine. J'ai tous les crimes de Valdini à mon actif source : 1957. Carnaval à cinq
1915 les yeux sur sa carte, il prit la tête de sa troupe, qu'il engagea tout de suite dans un champ découvert. Moreau remarqua : –On est bons comme la romaine… source : 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

B. − Loc., pop., iron. (Être) bon comme la romaine. (Être) menacé d'une corvée, d'une condamnation certaine, se trouver dans une situation critique, en position de victime toute désignée. « (...) on va se faire zigouiller comme des lapins! » − (...). Alors ça y est... ils sont là... on est bons comme la romaine ! (Benjamin, Gaspard, 1915, p. 25). 1915 bon comme la romaine (Benjamin, loc. cit.). Issu p. ell. de laitue romaine (dep. 1567, Ch. Estienne, L'Agric. et Maison rustique, f o64 v o), cette salade étant prob. originaire de la région de Rome ; l'anecdote selon laquelle elle aurait été rapportée au xives. de la cour papale d'Avignon (Littré et Bl.-W.1-5) n'est pas confirmée par la chronol. La loc. s'explique prob. par le cri des marchandes des quatre saisons ,,Elle est bonne, ma romaine, elle est bonne!`` et par le sens arg. « dupe, trompé, refait » de l'adj. bon (cf. il est bon jusqu'au trognon daté de 1901 par Esn.), encore qu'un rapprochement avec romaine2* n'est peut-être pas à exclure (v. Cellard-Rey). (tlfi:romaine) /

81e t., mai 16 ; bon, Attrapé, Victime, Réglé, est d'argot général (Esnault1919)

  • Exactement : bon pour être puni, pour être mangé comme la salade de romaine. Si le piston te voit, tu seras bon comme la romaine (Dech1918)
  • 1915, Benjamin (TLFi) / Cité dans (GR), non daté /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).