languefrancaise.net

définition : garçon (depuis 1836)

garçon
■ (hist.) Voleur franc à qui ses pairs n'ont rien à reprocher ; voleur, assassin (garçon de campagne) ; homme sur qui on peut compter, qui ne dénonce pas ; ■ (moderne) criminel, délinquant, voleur, homme affranchi ; (en prison) voyou important, truand affirmé (braqueur, chef de bande)

garçon & bon garçon ; brave garçon (1836) #nom masc.

■ (hist.) Voleur franc à qui ses pairs n'ont rien à reprocher ; voleur, assassin (garçon de campagne) ; homme sur qui on peut compter, qui ne dénonce pas ; ■ (moderne) criminel, délinquant, voleur, homme affranchi ; (en prison) voyou important, truand affirmé (braqueur, chef de bande)

↓ fréquence : 012 | registre moderne : 10

Citations
  • 1844 rien à faire avec moi, je suis un garçon source : 1844. Les vrais mystères de Paris
  • 1887 Quand Blin arriva à la Grande-Roquette, les « garçons » lui firent une ovation. Ce fut pendant huit jours un engouement indescriptible. Chacun tenait à le voir de près, à l'entendre raconter ses prouesses, à recueillir de sa bouche une coquinerie bien accentuée. Il fut pendant huit jours, comme me le disait un de ses codétenus, « le roi de la Roquette ». source : 1887. Le monde des prisons
  • 1972 La société des détenus comporte trois classes : les « garçons », les « voyous » et les « caves ». Les « garçons » tiennent le haut du pavé. Ce sont les grands truands, les « braqueurs » (auteurs d'attaques à main armée), les chefs de bande. Le terme de « garçon » n'implique en aucune manière la jeunesse ; il est une affirmation de la virilité par opposition à « fille ». « Garçon » est utilisé comme vocatif et équivaut approximativement à « Monsieur ». C'est un terme honorable qui classe celui qui en est paré dans l'aristocratie des prisonniers. « Mémé » Guérini est le type du « garçon ». source : 1972. Le crépuscule des prisons
  • 1836/xxxx j'ai reconobré pour le Petit Nantais ; il rigolait malgré le sanglier qui voulait lui fire remoucher et bécoter Hariadan Barberousse. J'ai prêté loche pour entraver le boniment du garçon qu'on allait brancher, etc., etc. (que j'ai reconnu pour le Petit Nantais ; il riait malgré le confesseur qui voulait lui faire regarder et embrasser un crucifix. J'ai prêté l'oreille pour comprendre le discours du voleur qu'on allait pendre, etc.) source : 1836/xxxx. En enquillant dans la vergne d'Arnelle (lettre d'un voleur racontant l'exécution d'un camarade, dans Vidocq 1836)

<4 citation(s)>

Chronologie et sources

La plus ancienne attestation connue est : 1836 C'est la date à battre.
Amis visiteurs, si vous connaissez une date plus ancienne, vous êtes chaleureusement invités à la partager en discussion avec indication de la source exacte. Elle sera vérifiée et intégrée à la notice sous votre signature. Merci.

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

1836 1828 1836 1844 1887 1894 1901 1901 1901 1907 1972 1979 1981

Compléments