languefrancaise.net

définition : recoqueur (depuis 1835)

recoqueur
Dénonciateur, traître ; délateur, indicateur qui donne des renseignements à la police ; mouchard

Citations
  • 1867 Ce qui frappe mes yeux tout d'abord [au Dépôt de la Préfecture] ce sont ces mots, inscrits en grandes lettres sur la muraille blanchie du fond : Mort aux Recoqueurs ! […] Au-dessous de l'inscription : Mort aux Recoqueurs ! – on avait configuré avec plus ou moins d'art deux poignards en sautoir, puis les alènes ou instruments de l'honorable profession de voleur source : 1867. Les Malfaiteurs
  • 1887 Sur les murailles étaient inscrits ces mots : mort aux recoqueurs. Au-dessous deux poignards grossièrement dessinés, et le Monseigneur entouré des coins à fric frac source : 1887. Paris qui s'efface
  • 1841 Dans le langage de ses semblables, cet individu, par cette belle action [dénonciation d'une prostituée illégale], a acquis le nom, je dirai presque le grade de recoqueur, puissante recommandation auprès de la police, qui a le tort de se servir de ces misérables-là. source : 1841. Des dangers de la Prostitution ; par Aimée Lucas
  • 1841 elle y sera entièrement plongée [dans le vice] quand la faiseuse de son amant sera arrêtée ; car celui-ci est recoqueur… source : 1841. Des dangers de la Prostitution ; par Aimée Lucas

<4 citation(s)>

Chronologie et sources

La plus ancienne attestation connue est : 1835. Amis visiteurs, si vous connaissez une date plus ancienne, vous êtes invités à la partager en discussion avec indication de la source exacte. Merci.

1835 1841 1841 1867 1887

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments