Définition de : cantine

cantine (tableau rapide)
cantine Lieu permettant de stocker objets/denrées vendues par l'administration aux détenus, organisation de la vente aux détenus de produits autorisés par l'administration pénitentiaire, ensemble des produits achetables par les détenus dans le cadre de la prison
fréquence 030

cantine

& bon de cantine

n.f.

Définition

Lieu permettant de stocker objets/denrées vendues par l'administration aux détenus, organisation de la vente aux détenus de produits autorisés par l'administration pénitentiaire, ensemble des produits achetables par les détenus dans le cadre de la prison

registre ancien : 1 registre moderne : 1

Usage : prison, carcéral

29126.jpg: 800x531, 54k (07 juin 2015 à 13h58)

Citations
1900 Il refusa, me disant que cela se demandait à midi, à l'heure de la cantine : c'est le moment où les détenus qui ont un peu d'argent peuvent s'offrir quelques douceurs. source : 1900. Mémoires de Rossignol / edit
1887 s'il a quelque argent [le détenu condamné à mort], il peut se procurer certaines douceurs à la cantine source : 1887. Le monde des prisons / edit
1887 Vous allez peut-être sourire en lisant : déjeuner et dîner. C'est pourtant le mot propre. La cantine nous permet d'ajouter à l'ordinaire de la maison : ragoûts, lait, salade, pomme, et le tout constitue un repas que plus d'un ouvrier envierait dans Paris. source : 1887. Le monde des prisons / edit
1887 La cantine est l'un des plus monstrueux abus des prisons de la Seine. Le détenu trouve, en effet, à la cantine, ce que réclame sa gourmandise. S'il a quelques sous, il peut se payer du pain blanc, du vin, de la charcuterie variée, du dessert, du tabac ; il peut faire de petites bombances, et se moquer de l'ordinaire de la prison. Un oeuf coûte deux sous ; une sardine, deux sous ; un ragoût de mouton […] coûte 40 centimes ; un hareng coûte trois sous ; un cervelas, douze centimes ; une salade, treize ; un artichaut, vingt centimes. source : 1887. Le monde des prisons / edit
1823 À gauche du jardin [à Sainte-Pélagie], presque à l'extrémité, est la porte de la cantine. Un tarif imprimé y est affiché, pour prévenir toute espèce de discussion sur le prix des marchandises. Une chose remarquable, c'est que tout s'y compte par centimes ; les sous y sont pour ainsi dire proscrits. Les denrées n'y sont pas chères, à preuve le vin, qui ne s'y vend que 57 centimes le litre ; mais aussi, comme tout le reste, ce n'est pas bon source : 1823. Voyage à Sainte-Pélagie / edit
1972 Il existe trois système de cantines : la cantine ordinaire, la cantine accidentelle et la cantine exceptionnelle. La cantine ordinaire permet aux détenus de se procurer des denrées alimentaires et des boissons. […] La cantine accidentelle […] permet de se procurer des articles d'usage courant : linge, sous-vêtements, pantoufles, fil, aiguilles, produits de toilette, des timbres-postes, des crayons à bille, du papier, des couverts, des presse-fruits, des jeux de cartes. […] La cantine exceptionnelle concerne tout le reste qui peut être commandé à l'extérieur. Les commandes sont soumises à mon autorisation. source : 1972. Le crépuscule des prisons / edit
1891 avec le produit de cette vente elles s'offrent des douceurs à la cantine source : 1891?. Paris-Impur / edit
1837 Cantine. – La soupe et le pain de l'administration, laissant plus d'un vide dans l'estomac des détenus, une cantine, ouverte dans chaque prison, leur fournit, moyennant des prix fixés, les boissons et comestibles dont ils peuvent avoir besoin. source : 1837. Essai sur la réforme des prisons en France / edit
1846 On appelle cantine, un quartier spécial affecté à la vente de certaines provisions autorisées par les règlements. source : 1846. L'intérieur des prisons, réforme pénitentiaire, sytème cellulaire, emprisonnement commun ; suivis d'un Dictionnaire renfermant les mots les plus usités dans le langage des prisons, par Un Détenu / edit
1974 Il va jusqu'à nous vendre 3000 francs, en cantine, un nouveau modèle de pull-over octroyé gratuitement à toutes les prisons françaises par décision ministérielle. source : 1974. Ancien détenu cherche emploi / edit
1930 Chaque prisonnier a droit de dépenser en cantine une somme prévue par le règlement. Avant guerre, c'était dix sous par jour. source : 1930. La vie des forçats / edit
1987 Les cantines c'est l'occasion pour l'administration pénitentiaire de se livrer à un joyeux racket sur les détenus. Un racket légal, paraît-il. Tous les produits alimentaires qui sont vendus aux prisonniers leur sont facturés une ou deux fois plus cher source : 1987. Voyage à l'intérieur des prisons - Témoignage / edit
1859 nous goûtons avec curiosité le pain, les légumes, le boeuf, le vin de l'établissement, et nous en disons d'autant moins de mal, que nous pouvons recourir à la cantine, et, encore mieux, aux restaurants du dehors pour ajouter au menu de la prison. source : 1859. Voyage autour de ma prison / edit
1967 Une autre heure importante, c'est celle de la distribution de la cantine. Moyennant finance, vous pouvez obtenir des plats cuisinés, des conserves, du papier à lettres, un ouvre-boîtes, des harengs saurs, de la lessive, etc… source : 1967. Le cachot / edit
1977 Bien sûr, en prison on est logé, blanchi, nourri mais le paquet de cigarettes s'achète, la brosse à dents, le papier à lettres aussi. Et puis, dans de telles conditions de vie, les extra [sic], peu nombreux, proposés par la cantine deviennent essentiels : un paquet de beurre, des gâteaux secs, une bouteille de sirop de fruit ! source : 1977. Les jeunes en prison. On nous enfonce / edit
2011 Les « cantines » sont les produits – nourriture, lettres, timbres, tabac – que peuvent acheter les détenus à l'intérieur de la prison pour améliorer leur ordinaire. source : 2011. Dans la peau d'un maton / edit
1903 Cependant, elles trouvent à la cantine une foule de douceurs qu'elles se procurent, soit avec l'argent qu'elles ont gagné en travaillant, soit avec les secours qu'elles se font envoyer du dehors. source : 1903. Les enracinées / edit

<17 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).

+Bob +Move +Régénérer

  • 178274 L'art culinaire enseigne la subtilité, la patience, le respect des proportions. (Recettes et proportions sont, en fait, les deux mamelles de la civilisation.)
  • 178273 Ce matin, les huit jeunes cuisiniers en herbe sont là, penchés sur le piano, réunis autour d'Alain Périé qui leur enseigne les subtilités du pastillage ou sucre d'art.
  • 178272 Ils se collettent paisiblement avec ces grands adolescents depuis longtemps fâchés avec le travail et adroits de leurs mains comme des chiens de leur queue.
  • 47739 Elle allait préparer le petit déjeuner que Cécial ne prendrait pas au lit ; Cécial était « adroit de ses mains comme un cochon de sa queue ! »
  • 178271 les instructeurs techniques de la formation professionnelle effectuent un travail éducatif d'une rare qualité. Ce sont eux qui tiennent à bout de bras les jeunes sur les
Citation :
Source (id) :
Bob (id) :
Citation (id) :