costaud

costaud (tableau rapide)
costaud ■ Fort, puissant, robuste, solide, résistant (physique ou mental, animé ou inanimé), courageux (adj) ; individu au physique imposant, bien bâti, puissant, gaillard ; homme dur, chef respecté, voyou respecté, souteneur (n.) ; ■ compétent ; personne compétente, capable, plus puissante que les autres, champion (sport) ; ■ riche, socialement puissant ; ■ qqchose de sérieux, d'important ; qqchose de lourd, d'imposant
synonyme courage, courageux, brave, fort (physiquement), costaud, compétent, avoir le savoir-faire, champion
date 1884
fréquence 183

costaud

& costeau ; costo ; costau ; du costaud ; costaude (fém.) ; costote (fém.) ; (costand)

n., adj.

Définition

■ Fort, puissant, robuste, solide, résistant (physique ou mental, animé ou inanimé), courageux (adj) ; individu au physique imposant, bien bâti, puissant, gaillard ; homme dur, chef respecté, voyou respecté, souteneur (n.) ; ■ compétent ; personne compétente, capable, plus puissante que les autres, champion (sport) ; ■ riche, socialement puissant ; ■ qqchose de sérieux, d'important ; qqchose de lourd, d'imposant ALL : stark, kräftig, stramm / ANG : a strong chap ; strong

registre ancien : 8 registre moderne : 4

Synonyme : courage, courageux, brave, fort (physiquement), costaud, compétent, avoir le savoir-faire, champion Morphologie : n/u

2835.jpg: 700x498, 105k (28 mai 2012 à 18h10)

Citations
1999 Et j'ai commencé à me prendre pour un cador ! J'étais entouré de Willy In'T Ven, de Julien Stevens, de George Pintens, de Willy Vekemans, des garçons plus âgés que moi, à l'aube d'une carrière professionnelle, pour certains futurs équipiers de Merckx. Tous des costauds. Et c'est moi le pied-tendre, qui leur disais de rouler ! source : 1999. Massacre à la chaîne
1900 Bien qu'il fût surnommé le « Costo », ce qui, en argot, veut dire fort, bien bâti, je réussis à lui administrer la plus formidable raclée que l'on puisse imaginer. source : 1900. Mémoires de Rossignol
1900 Il était de petite taille, trapu, un « gars costo », comme ils disent, c'est-à-dire d'une grande force musculaire source : 1900. Mémoires de Rossignol
1977 « Surtout que c'est pas un imbécile ! Il est technicien en radio, en télévision. » C'est vrai, il était costaud là-dessus, il travaillait bien, la vache, s'il voulait ! source : 1977. Une vie de cheval
2009 Il connaissait bien les gars comme Djet. Ces gars-là ne marchaient pas au baratin. Il fallait du concret, du costaud. source : 2009. Le Ciel sur la tête
1903 Vas Thérèse, vas Thérèse, vas ! / Fais à ces gens costos / Bouffer tes z'haricots ! source : 1903. Vas, Thérèse… !
1939 Aussitôt fondent sur eux de maigres poules à ruban pour qui le pittoresque n'est pas encore assassiné et qui croient dur comme fer qu'il reste des malabars, des mecs à la redresse, des potes réguliers et des tôliers costauds source : 1939. Le piéton de Paris
1904 Les barbeaux de Kolbus et ceux de Ménilmuche, les costeaux de l'Abattoir et des Quatre-Chemins, tout Belleville et toute La Villette ont chèrement disputé la môme source : 1904. La Maison Philibert
1933 c'est lui le roi des costauds source : 1933. C'est un mâle
1981 nous partons au galop avec nos costauds dans un bal musette source : 1981. La java
1931 Tu fais l'costaud mais tu n'es qu'un brutal source : 1931. Ça m'fait mal
1955 Pas de drogués, rien que des costauds, des mecs en bonne santé source : 1955. Des kilomètres de linceul (Les nouveaux mystères de Paris, 2e arrondissement)
1927 La valse des costauds (titre, refrain) source : 1927. C'est la valse des costauds
1936 Patron, encore un coup et du costaud source : 1936. Mon apéro
1952 Il ne correspondait pas à la grande silhouette costaude qu'on avait vue filer source : 1952. Rencontre dans la nuit
1954 j'observe mes partenaires. Il n'y a pas à dire, ils sont costauds. Leurs combines, pourtant classiques, passent inaperçues source : 1954. L'Aristo chez les tricheurs
1915 (vers) Leur faut tout c'qu'i' ya d'pus costeau, / Tout c'qu'i' ya d'pus chouette en lesbombe source : 1915 (vers). Les chi'-dans-l'eau, dans Dans la rue - troisième volume - chansons et monologue
1999 dans les grandes MA, le truand connu est chez lui, mais, dans les petites ratières […] le costaud n'est pas reconnu. Dans les petites prisons, c'est celui qui a les plus gros bras qui est reconnu et respecté. source : 1999. Deux frères - flic et truand, première partie (Michel) (le truand)
2001 À cet âge, les filles ont le corps plus développé que les garçons ; j'étais assez costaude et il m'arrivait d'avoir le dessus. source : 2001. La vie sexuelle de Catherine M.
1930 « Eh bien, m'avez-vous trouvé un costaud ? –Je le cherche, chef, il n'est pas là, je vais le f… dedans. » Le principal lève les bras au ciel, puis : « Un costaud, c'est un homme fort… » Le pauvre surveillant en reste bouche bée. source : 1930. La vie des forçats
1916 Les plus fortes caboches de la compagnie, les « costauds » qui se taillent la large part et règnent sur les coteries d'escouades, n'oseraient pas braver ce petit homme grêle source : 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914)
1921 Alors, bien sûr, à force d'être vidé à toutes les portes, bousculé par les costauds, par les bien-portants… source : 1921. La boue
1915 Robineau, Gaspard et Raginel, trois types de la Villette, des costauds, eux aussi. source : 1915. Les poilus de la 9e
1990 Costaud, pesant à peu près cent vingt kilos, celui-ci ne se laisse pas faire source : 1990. Pickpockets ! Vingt ans de flagrant délit : un flic parle
1978 C'est uniquement des baraqués, des costauds ? –Oui, en principe, j'aime bien le type viril, pas bedonnant, mais musclé. source : 1978. Les garçons de passe - Enquête sur la prostitution masculine
1985 Il se retourna et visa les portes. Elles avaient l'air costaud, mais elles étaient vieilles. source : 1985. Manila Black
1982 le capitaine Taulard avait choisi les meilleurs […] Certains, c'était arce qu'ils étaient simplement les plus costauds, le poste SCR pèse tout de même dix-sept kilos source : 1982. Les hélicos du djebel. Algérie 1955-1962
1953 Nous remontons au vent. Voici le trois-mâts Don Denis ancré. C'est un beau voilier costaud. Il tangue, son pont se noie, crache son eau, s'enfonce encore, rien de vivant n'apparaît, tout le monde doit dormir là-dedans. source : 1953. Racleurs d'océans
1911 Milo de la Moc-aux-Beaux, le type de l'affaire de la rue des Gravillers… Il a tiré ses cinq berges pour avoir saigné son pante… Tu parles d'un costeau poilu qui n'est pas estropié de la cervelle, alors ! source : 1911. Le journal à Nénesse
1979 Moi j'étais en 6/6, j'ai pris… C'est costaud, pourtant, ces véhicules ! C'était les camions de l'armée américaine, en 1945, à six roues motrices, des gouffres à essence : cent litres aux cent kilomètres ! source : 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent.
1968 –Ils sont costauds ces Américains, dit-il admiratif. Ils savent déjà que je suis le petit superman qui a gagné son match à Washington ! source : 1968. Histoires de... boxe
1976 il en oubliait même qu'il n'était qu'un gardien ; un homme… incapable de faire autre chose que fermer des portes. Mais là, attention ! C'était un costaud le mec, il t'ouvrait et te refermait en moins de deux, un crack quoi ! source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza
1903 Mais quand je sortirai, je tâcherai de repêcher Jules le Bourricot et avec lui on ne me cherchera pas d'histoires. C'est le plus costo de la Bastille. source : 1903. Les enracinées
1999 La plupart du temps, l'équipe se divisait en deux clans. D'un côté, les gars qui disputaient le Tour, les costauds quoi, ceux qui faisaient la pluie et le beau temps, de l'autre, le reste de l'équipe source : 1999. Massacre à la chaîne

<34 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments
  • Costau, écrit costaud : appellation du souteneur ; le mot désigne proprement le fort, qui a des côtés (SAINXIX)
  • Terme d'apache généralisé : costau, forme vulgaire pour costal = qui a des côtés, i.e. grand, fort (SAIN-TRANCH)
  • De costel = ligne de parenté, en normand, dans le sens de soutien (souteneur) (AYN)
  • De côte, littéralt « homme qui a de fortes côtes », et -eau, aud avec infl. du provençal costo « côte, nervure » (GR)
  • mot du Midi, venu par l'argot des malfaiteurs (proprement : gaillard qui a de fortes côtes) (Dauzat1918)
  • 1884 (mais : Av. 1806, costeau, cf. costel « souteneur » en argot, 1846) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).