avoine

avoine (tableau rapide)
avoine Correction, coups, raclée, coups de fouet ; □ battre, frapper, donner une raclée, fouetter ; □ être frappé
synonyme coup/s, gifle, correction
fréquence 19

avoine

& □ donner de l'avoine à qqun ; donner de l'avoine à un cheval ; refiler une avoine ; foutre une avoine ; administrer une avoine ; passer une avoine ; □ recevoir une avoine

n.f.

Définition

Correction, coups, raclée, coups de fouet ; □ battre, frapper, donner une raclée, fouetter ; □ être frappé ALL : j. schlagen

registre ancien : 7 registre moderne : 7

Synonyme : coup/s, gifle, correction

Citations
1955 Ce petit enfouaré s'est ramené, il y a pas une demi-heure de ça, il a sonné d'en bas, moi, bonne pomme, le reconnaissant, je lui ai ouvert, pensant que vous n'étiez pas loin ou qu'il venait de votre part. Tu parles, Charles, à peine entré ici, il m'est tombé dessus et m'a foutu la plus belle avoine que j'ai jamais encaissée de ma pute d'existence. source : 1955. Mollo sur la joncaille
1979 Il enrageait, l'Iguane… Il venait de recevoir la plus mémorable avoine de sa vie source : 1979. Le désert de l'Iguane
1979 Je t'allonge une avoine source : 1979. Ma gonzesse
1969 Ces durs sentimentaux qu'une « avoine » ne ferait pas « mouffeter », se confessent parfois comme des premiers communiants, après un dernier baiser à leur « nana » source : 1969. Les flics
1954 On vous a arrangé, on dirait, hein ? On tombe pas toujours sur des freluquets de mon espèce, hein ? On tombe des fois sur des manches, hein ? Où c'est qu'on vous a filé cette avoine ? monsieur le dur ? source : 1954. Le soleil naît derrière le Louvre
2007 Chaque fois que j'ouvre mon clapet, il m'envoie une avoine. source : 2007. La gigue des cailleras
1965 La pauvre Carmen, bien amochée par l'avoine que je venais de lui flanquer et les coups de boutoir de mon éloquence, n'était plus qu'une misérable petite chose sans vie et qui me suçait les arpions. source : 1965. Le Tigre entre en piste

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

AVOINE, subst. fém. Arg. des cochers, absol. Coup de fouet pour exciter un cheval (cf. A. DELVAU, Dict. de la lang. verte, 1866, p. 17, FRANCE 1907). Avoine de bourrelier. Fouet (cf. A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 1905, p. 230). Absol. Correction sévère. Donner, (re)filer ou passer une avoine. Battre, avoiner* (cf. en partic. G. FUSTIER, Suppl. au dict. de la lang. verte d'A. Delvau, 1883, p. 495, A. SIMONIN, Le Pt Simonin ill. par l'ex., Paris, N.R.F., 1968, p. 29, Ch.-L. CARABELLI, [Lang. de la pègre] et [Lang. pop.]). Rem. Cf. aussi l'expr. donner une avoine de baisers (HUGO, La Légende des siècles, t. 1, Eviradnus, 1859, p. 363). P. iron., vx. Cet homme a reçu de l'avoine. ,,Il a été rebuté par celle qu'il aime`` (Ac. Compl. 1842); cf. également BESCH. 1845, Lar. 19e, G. DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896, p. 22). (tlfi:avoine) /

Cité dans (GR) à article : avoine de cochers = coup de fouet pour exciter cheval ; même idée chez (TLFi) /

  • Cité dans (GR), non daté / Pas clairement daté dans (TLFi) : XIXe /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).