Définition de : jonglerie

Définition

Mystification, mensonge

fréquence : 002

synonyme : mensonge, insincérité

Chronologie

1832 1836

Citations

<1 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

JONGLERIE, subst. fém.


JONGLERIE, subst. fém. 3. Au fig. Art de feindre, de se jouer de la bonne foi d'autrui. La prétendue tolérance de la censure n'est qu'un piège et une jonglerie (CHATEAUBR., Lib. presse, Marche et effets Censure, 1827, pp. 263-264) :

2. J'ai le malheur, car c'en est un peut-être, de n'être jamais dupe de ces jongleries sentimentales, de ces émotions à froid, de ces douleurs solennelles qu'étalent nos comédiens, et sur-tout nos comédiennes de société. JOUY, Hermite, t. 2, 1812, p. 320.

Étymol. et Hist. 2. a) 1581 « mensonge » (FAUCHET, Recueil sur l'origine de la poésie françoise, ryme et romans, p. 76); b) 1784 « toute fausse apparence ayant pour but de tromper, d'en imposer » (BEAUMARCHAIS, Lettre du 31 août ds Oeuvres complètes, éd. Pierre-Augustin, p. 38)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.