Définition de : toto

toto & totos (pl.) ; □ chasse aux totos n.m.

Définition

Pou, poux, vermine ; □ épouillage

ALL : Läuse / ANG : vermin in the trenches ; body-louse ; louse
fréquence : 041
registre ancien : 7 registre moderne : 7

synonyme : pou, morpion, vermine

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1889.

1914 1915 1915 1915 1915 1916 1916 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1914 1919 1920 1921 1925 1926 1927 1927 1927 1927 1936 1951 1952 1960 1960 1977 1981 2007

15622.jpg: 1020x683, 217k (06 juillet 2011 à 18h43) 15622b.jpg: 481x700, 94k (05 mai 2015 à 19h09)

Citations

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

TOTO, subst. masc. Lang. pop. et enf. Pou. Ils savaient tous que c'en étaient des cloques de punaises... Ils connaissaient tous les liquides et les désinfectants qu'on brûle... Son rêve à Mireille c'était une crèche sans totos (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 35). À la fin elle y regarde, dans mes cheveux. Mon Dieu qu'elle dit ma mère, mais c'est des totos (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 19). P. ext. Parasite de toute sorte. Au fig. Nous débarrasser des intermédiaires louches, des trafiquants, des totos de toute sorte qui dévorent le soldat (DESCAVES, Journal, 1916 ds ESN. Poilu 1919, p. 20). Prononc.: [], [to-]. Homon. toto1 et plur. de total (totaux). Étymol. et Hist. 1653 tous-tous (R. HÉMARD, Les Restes de la guerre d'Estampes, éd. Willem, 1881, p. 31 ds QUEM. DDL t. 7: un de ces petits tous-tous), attest. isolée; 1889 toto (d'apr. un témoignage oral rapporté dans DAUZAT, Arg. guerre, 1918, pp. 64-65); 1902 (d'apr. CHAUTARD 1931, p. 673, s. réf.); 1912 (VILLATTE, Parisismen, p. 377 d'apr. ESN. 1955 : Toto m. Filzlaus). Mot champ. répandu lors de la guerre de 1914-18 (cf. DAUZAT, op. cit., p. 66), prob. formé par redoublement d'un rad. onomat. to- (cf. FEW t. 13, 2, p. 1). STAT. Toto1 et 2. Fréq. abs. littér.: 14. (tlfi:toto) /

  • Proprement : toutou = petit chien ; appellation enfantine (SAIN-TRANCH)
  • Mot champenois vulgarisé par la guerre de 1914-1918 ; formation pop. par redoublement (GR)
  • « La première fois que j'ai vu le mot imprimé – c'était pendant le premier hiver de la guerre, – il s'agissait des totos de l'Argonne. Je ne crois pas que ce soit un hasard. J'ai entendu le terme, voilà une quinzaine d'années, dans la bouche d'une paysanne nonagénaire aux environs de Montierender (arrondissement de Wassy). Ce serait donc un mot du Barrois, qui doit être à l'origine, un terme enfantin. » (Dauzat1917MdF)
  • a acquis une grande diffusion depuis la guerre ; penche à croire avec Sainéan que toto représente à ses débuts une formation enfantine. D'après témoignage d'un infirmier, c'est un mot d'hôpital couramment utilisé à hôp. Saint-Louis en 1889 ; peu répandu parmi le peuple avant la guerre. Depuis longtemps en usage dans la Champagne orientale, peut-être depuis 1840. La source est les paysans champenois. (Dauzat1918)
  • Désigne à peu près exclusivement le pou de corps, les poux de la tête étant presque inconnus au front comme à l'arrière (Dauzat1918add)
  • 1902 (GR) / 1889 (témoignage, Dauzat1918) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.