Définition de : blagueur

  • blagueur
    • Plaisantin, qui amuse, qui fait des plaisanteries ; qui fait des canulars, moqueur ; mystificateur, menteur, vantard, qui invente des histoires ; railleur, insolent
    • fréquence : 054
    • id : 14914

blagueur & blagueuse (fém.) n., adj.

Définition

Plaisantin, qui amuse, qui fait des plaisanteries ; qui fait des canulars, moqueur ; mystificateur, menteur, vantard, qui invente des histoires ; railleur, insolent

fréquence : 054
registre ancien : 4 registre moderne : 2

synonyme : moqueur, ironique, menteur famille : blague

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1808.

1835 1840 1845 1851 1851 1851 1861 1864 1870 1870 1875 1883 1884 1886 1886 1888 1889 1890 1892 1896 1899 1899 1900 1901 1903 1904 1907 1910 1914 1915 1915 1916 1916 1917 1919 1919 1920 1927 1933 1935 1937 1938 1939 1942 1951 1955 1957 1969 1969 1972 1973 1979 1981 xxxx

Citations

  • 1875 Vous ne connaissez pas la Canebière. C'est là qu'il y a de belles femmes. Elles vous zen ont de grandes comme mon chapeau. Troun de Dieu ! Et à la bonne heure on peut foutre là dedans. –Allons, blagueur, on la connaît la Canebière, comme s'ils étaient plus forts que d'autres les vits marseillais ! source : 1875. À la Feuille de rose, Maison turque
  • 1914 –… que je te dise, ce que je dirai bientôt au Président de la République ? –Tu y causes… Toi !… –Et pourquoi pas ? –Gros blagueur ! Elle ajouta, sérieuse : Un homme, faut toujours que ça nous mente… pour s'faire passer au-d'ssus qu'il n'est ! source : 1914. La grâce de Bichu, dans Racaille et parias
  • 1907 Vous êtes un blagueur. Vous tueriez père et mère pour un bon mot source : 1907. L'amour s'amuse - Roman
  • 1938 ses yeux trop maquillés n'ont aucune de ces pensées blagueuses ou mauvaises source : 1938. Moi, un nain
  • 1845 Chaque collège a son type particulier : ainsi le Louis-le-Grand est taciturne et piocheur, le Charlemagne blagueur; le Henri IV réfléchi, le Bourbon muscadin, le Saint-Louis ennuyé, le Versailles endormi, le Stanislas vertueux, le Rollin élégant source : 1845. Les mystères du collège
  • 1835 Vidocq, avec ses Mémoires, n'est, à leurs yeux, qu'un vieux blagueur. En général, ils n'accordent aucun mérite à cet ancien chef de police de sûreté : « C'est un homme que les circonstances ont aidé, et qui a joué de bonheur, » disent-ils. source : 1835. Les prisons, dans Nouveau tableau de Paris au XIXe siècle
  • 1939 Berenson a bien connu Oscar Wilde qui était irlandais et avait en lui du blagueur, de l'exhibitionniste, qui était snob source : 1939. Journal de l'abbé Mugnier (1879-1939)
  • 1861 il ne savait pas inventer, par conséquent, il n'était pas blagueur dans l'acception du mot… source : 1861. Le chemin de l'épaulette - Histoire de l'enrôlé volontaire
  • 1915 Jollivet, qui, entre autres défauts, a celui d'être un peu blagueur, invente toute une histoire à faire dresser les cheveux sur la tête. Comme de juste, il se donne le beau rôle. source : 1915. Les poilus de la 9e
  • 1903 J'irais bien consulter le médecin, mais à quoi bon ! Pour ces gens-là il faut avoir une maladie qui se voie, sans cela ils nous prennent pour des blagueuses et ne nous envoient même pas coucher. source : 1903. Les enracinées

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • De blaguer ou de blague (GR)
  • 1808 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.