¶ gaupe

Définition

(terme grossier, de mépris) Prostituée (de bas étage) ; femme ; insulte

fréquence : 009
registre ancien : 8

synonyme : prostituée, prostitué usage : Argot de la prostitution

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1401.

1862 1898 1899 1900 1901 1910 1911 1997 2012

Citations

  • 1899 La majordome de l'Escal-Vigor représentait une gaupe assez friande aux yeux de cet amateur source : 1899. Escal-Vigor
  • 1911 Ah ! si je pouvais leur lécher les arpions aux gonzesses du Sacré-Jésus !… Ce n'est pas des wagons à bestiaux, des Marie-couche-toi-là, des gaupes à la mie, ces numéros-là ! source : 1911. Le journal à Nénesse

<2 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

GAUPE, subst. fém. Vx. Femme malpropre et désagréable. Synon. souillon. Une grande dame (...) te fait les yeux doux (...) et tu n'as pas l'esprit de courir après elle ? Tu mérites d'avoir toute ta vie pour maîtresses des caillettes, des gaupes, des gotons, des maritornes aux mains rendues calleuses par le balai (Gautier, Fracasse, 1863, p. 237). Qu'est-ce que vous faites, gaupe ? Ces dernières paroles s'adressaient à une servante qui, avec un linge humide, tâchait de nettoyer la jupe de doña Urraca, étendant ainsi les taches de vin sans les faire disparaître (Toulet, Mar. Don Quichotte, 1902, p. 114). En partic., mod. Prostituée de bas étage ; p. ext. femme dévergondée, d'une conduite lamentable. Synon. garce, putain. Les prunelles quémandeuses des gaupes de faubourg (Lorrain, Phocas,1901, p. 282). Bien des vieilles gaupes ont profité de ce miracle car, depuis, je ne puis en rencontrer une, la nuit, aux Champs-Élysées, sans l'inviter à venir gueuletonner et boire le coup (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 202). Prononc. et Orth. : [go:p]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1401 gauppe « femme de mauvaise vie » (Archives Nationales, JJ 156, pièce 38 ds Gdf.); 2. 1585 « femme malpropre » (Cholières, 5eMatinée, p. 196 ds Hug.). Prob. empr. au terme all. qui est aussi à l'orig. de l'all. Walpe, attesté dans buschwalpe « entremetteuse » (1595, v. DEAF, s.v. gaupe2), bavarois walpe, walp, walpel « femme sotte » (ibid.; FEW t. 17, p. 494a). Fréq. abs. littér. : 18. Bbg. Gebhardt (K.). Les Francoprovençalismes de la langue française R. Ling. rom. 1974, t. 38, pp. 194-195. - Mat. Louis-Philippe. 1951, p. 259. - Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, pp. 291-533. - Sain. Sources t. 1 1972 [1925] p. 160, 311, 342; t. 3 1972 [1930] p. 363. (tlfi:gaupe)

  • 1401 (TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.