Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

(Page 1 sur 2)

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Flux RSS du sujet

Messages [ 1 à 25 sur 36 ]

1 Dernière modification par Ysaur (24-08-2007 19:32:55)

Sujet : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Bonjour.

Il y a certaines fautes de français, petites et grandes, qui reviennent très fréquemment, à l'oral aussi bien qu'à l'écrit.

Je propose de consacrer ce fil au relevé de ces erreurs, que certains commettent sans le savoir et qu'ils continueront de faire si personne ne les leur signale (je pense entre autre à moi.  big_smile )

Merci davance à ceux qui voudront bien particier à ce sujet et compléter la liste en nous éclairant de leurs lumières.

--------------------

Je me permets de débuter  cette énumération avec trois que je vois régulièrement :


- PALLIER À...

Ce verbe est transitif direct donc la préposition "à" est superflue.

=> Il pallie ce manque de talent par beaucoup de travail.

-----

- INFRACTUS

=> infarctus

-----

DENTITION

La dentition n' est que  la période de formation des dents.

L'ensemble des dents définitives, lui, est appelé denture.

(N.B. le mot dentition est cependant accepté par certains dictionnaires.)

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

2

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

On a pas fini, on est pas rendus, on est pas arrivés, je crois qu'il y a un bouquin entier sur ce thème, voire plusieurs.

voire / voire même

La faute qui m'insupporte le plus étant de supporter son équipe ! Ne pourrait-on de temps en temps la soutenir ? Se pose le problème des souteneurs du foot... Ça ne serait pas si déplacé, vu que le pognon coule à flot dans ce milieu ! En tout cas, si les supporters supportent leur équipe, nous on doit supporter le foot...

3

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

J'avoue qu'il m'arrive de la faire...je ferai attention désormais.

---

SOLDE(S)

Je vois souvent sur des vitrines de magasins des pancartes
Soldes exceptionnelles...Nouvelles soldes à partir du...etc.
alors que dans ce contexte commercial le nom est maculin.

=> Soldes exceptionnels.

=> Nouveaux soldes à partir du...


Au féminin, le mot solde est un traitement touché par les militaires et certains fonctionnaires ou est utilisé dans l'expression être à la solde de...

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

4

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Kroko a écrit:

voire / voire même

Locution pléonastique lors de son apparition au XVIIème S. (voire = et même), voire même a fini par être admis par l'Académie au XIXème, et depuis par nombre d'auteurs reconnus (Grevisse § 1042).

   Je l'utilisais, je me suis fait sèchement reprendre une fois, je ne l'utilise plus : je dis voire.

  Quant à un bouquin entier, voire plusieurs, c'est effectivement ta deuxième hypothèse qui est juste : je pense même qu'on n'est pas loin de compter en dizaines, et de rajouter toutes les pages Internet accessibles de nos jours.

elle est pas belle, la vie ?

5 Dernière modification par Ysaur (25-08-2007 10:23:16)

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

MAPPEMONDE

C'est une carte plane et non une sphère (globe terrestre)

---

SOI-DISANT

= qui se prétend lui-même être ... et non qui est soupçonné  par les autres comme étant.

=> La soi-disant * victime  de cette agression est à l'hopital.

=  La personne  dit avoir été agressée.

=>  Son prétendu (et non pas soi-disant) agresseur est en prison.

=  Celui qui est soupçonné (à tort ou à raison) par la victime (ou par autrui) comme étant son agresseur.

* Soi-disant restant invariable dans tous les cas.


=>  Le prétendu criminel...
=>   Elle est soi-disant innocente...  =>  =>  Les prétendus coupables...

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Ysaur a écrit:

=> La soi-disante victime  de cette agression est à l'hopital.

En voilà encore une à relever : accorder à tort l'adjectif « soi-disant » smile

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Ysaur, je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous.
Soi-disant, en tant qu'adjectif (invariable comme le précise Orientale), adverbe ou locution, est utilisable dans tous les cas de figures, même pour qualifier une chose.
Il y a longtemps que l'accord ne se fait plus, qui aurait pu expliquer qu'on ne puisse dire « le soi-disant agresseur ».

Pour mappemonde, bien qu'étant a priori de votre avis et n'utilisant jamais ce terme pour désigner un globe, il semble bien qu'il existe une grande tolérance à l'utiliser dans cette acception.
Après tout, rien ne s'oppose a ce qu'une nappe sur laquelle sont tracés les projections des hémisphères terrestres ne prenne la forme d'une sphère.
Il semble en revanche que l'on soit moins tolérant quant au planisphère.

8

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Orientale a écrit:
Ysaur a écrit:

=> La soi-disante victime  de cette agression est à l'hopital.

En voilà encore une à relever : accorder à tort l'adjectif « soi-disant » smile

Oui en effet...merci de m'avoir signalé mon erreur.

J'ai fait la rectification nécessaire.  smile

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

9 Dernière modification par Ysaur (25-08-2007 11:13:18)

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

zycophante a écrit:

Ysaur, je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous.
Soi-disant, en tant qu'adjectif (invariable comme le précise Orientale), adverbe ou locution, est utilisable dans tous les cas de figures, même pour qualifier une chose.
Il y a longtemps que l'accord ne se fait plus, qui aurait pu expliquer qu'on ne puisse dire « le soi-disant agresseur ».

"soi-disant" signifiant se dire, s'affirmer soi-même, je conçois  mal l'utiliser pour une chose (qui ne parle pas) ou pour une personne qui nie justement être ou avoir fait ce que prétendent certains autres.

Dire "le soi-disant" criminel pour parler de quelqu'un qui affirme  être innocent me semble vraiment bizarre et injuste.




Pour mappemonde, bien qu'étant a priori de votre avis et n'utilisant jamais ce terme pour désigner un globe, il semble bien qu'il existe une grande tolérance à l'utiliser dans cette acception.
Après tout, rien ne s'oppose a ce qu'une nappe sur laquelle sont tracés les projections des hémisphères terrestres ne prenne la forme d'une sphère.
Il semble en revanche que l'on soit moins tolérant quant au planisphère.

Pour info, il est écrit en gras, dans le dictionnaire de l'Académie française :
"Il est fautif d'utiliser ce terme (=> mappemonde)  pour désigner une sphère représentant le globe terrestre."





Mais dans un cas comme dans l'autre -  ainsi que pour tous ceux que je signale(rai) personnellement - je ne fais que reprendre ce qui m'a été enseigné par mes professeurs de français, en vérifiant dans certains dictionnaires qui, eux-mêmes, ne sont pas toujour du même avis, comme ici-même.  smile

Ce fil n'a d'autre but que d'essayer de proposer  le mot, l'expression, la  syntaxe qui semblent  les mieux appropriés en certaines circonstances  et n'a aucune valeur didactique.

Merci à vous pour votre participation et vos intéressants commentaires.  smile

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Ysaur a écrit:

Ce fil n'a d'autre but que d'essayer de proposer  le mot, l'expression, la  syntaxe qui semblent  les mieux appropriés en certaines circonstances  et n'a aucune valeur didactique

Bien compris ! smile
Je vous en propose une qui est très fréquente depuis quelques années, notamment dans les journaux :
Tâche mis pour Tache, et moins souvent l'inverse.

11 Dernière modification par Ysaur (28-08-2007 00:01:25)

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Oui et l'erreur se fait aussi dans la prononciation.

-----------------------


UN ESPÈCE DE...

Que le nom qui suit soit masculin ou féminin, espèce est du genre féminin et l'article qui le précède doit donc se mettre au féminin :

=> Une espèce  de chose.

=>  Une  espèce  d'objet.


---

UNE PANACÉE UNIVERSELLE

Expression pléonastique :

=  Une panacée est un remède universel, il est donc inutile d'ajouter l'adjectif "universelle"

=> Une panacée.

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

12 Dernière modification par Ysaur (28-08-2007 00:14:50)

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

COMME À L'ACCOUTUMÉE

=  comme de coutume

=>  à l'accoutumée

(supprimer le "comme")

---

PÉRIGRINATION(S)

=> pérégrination(s)

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

13 Dernière modification par Ysaur (30-08-2007 10:11:37)

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

JE M'EXCUSE

On ne peut s'excuser soi-même...

=>  Excusez-moi
ou,  mieux :
=>  Je vous prie de m'excuser

---

JE M'EN RAPPELLE  / JE ME RAPPELLE DE ...
(= je m'en souviens  / je me souviens de...)

Dans ce cas, se rappeler est un verbe transitif direct :

=>  Je me le rappelle

=>  Je me rappelle cet instant

---

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

14

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Une autre erreur fréquente :
il n'y a pas d'autre alternative / il n'y a pas d'alternative.

15

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

krokodilo a écrit:

Une autre erreur fréquente :
il n'y a pas d'autre alternative / il n'y a pas d'alternative.

Et pourquoi pas ?! Il peut y avoir deux types de solutions comportant chacune une alternative, non ? smile

"On ne fait jamais d'erreur sans se tromper."  J. Prévert.

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Conséquent (qui raisonne logiquement, qui appréhende les conséquences d'un acte ou d'une pensée) est souvent utilisé pour signifier considérable (qui mérite d'être considéré).
Un gain au jeu ne peut pas être conséquent.
Pour Pearl : l'erreur vient de ce que celui qui dit « Il n'y a pas d'autre alternative » le fait en ayant à l'esprit qu'il s'agit du synonyme de proposition d'une alternative.
Aller à gauche ou à droite, il n'y a pas d'autre alternative, en voulant dire qu'il faut aller soit à gauche soit à droite, et non pas qu'il faut aller à gauche ou à droite, mais pas devant ni derrière.

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Rien à voir avec le post précédent... mais que pensez-vous de cette ânerie entendue à tout bout de champ, pour parler du moment le plus intéressant, le plus palpitant,de l'acmé, du  paroxysme etc.." cette intervention de M. x a été le[b]point d'orgue[b] de la soirée"
Je n'ai jamais vu de point d'orgue qu'en musique, signifiant que la note (souvent finale) peut être prolongée ad libitum.
Cet emploi inepte et pédant , très contagieux, comme tous les termes un peu "savants" m'est insupportable (je ne dirai pas m'insupporte qui m'a tout l'air d'un barbarisme...)

18 Dernière modification par Ysaur (30-08-2007 18:11:15)

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Pearl a écrit:

Et pourquoi pas ?! Il peut y avoir deux types de solutions comportant chacune une alternative, non ? :)

Une alternative est :
-  une succession de deux faits  qui ont lieu tour à tour .
-  une obligation de faire un choix entre deux possibilités ( et non trois, quatre, cinq, etc.).

Dans le cas que vous signalez  nous avons  :
une solution  *1*    avec une  alternative  A  vs  B 
et  une solution  *2*  avec une alternative  C  vs  D.

Nous avons donc une alternative   *1*   vs    *2*
dont les deux termes  contiennent chacun une alternative  ( A vs B    et   C vs D).

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

En relisant mon message, je vois que les balises n'ont pas fonctionné: que faut-il faire? de plus comment obtenez-vous l'écriture en italique?
Merci

20

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Bonjour.

Avez-vous bien utilisé la fonction message normal et non message rapide ?

Le soulignement s'obtient avec la balise [u]   [*/u] (sans *).

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

21 Dernière modification par semiramis (01-09-2007 18:07:38)

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

bonsoir, Ysaur!

J'ai utilisé la fonction "rapide",
Merci pour cette précision!

22

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Ysaur a écrit:

<tâche> vs <tache> ? Oui et l'erreur se fait aussi dans la prononciation.

Uniquement ceux dont la phonologie comprendrait le phonème /?/ (API) = /A/ (X-Sampa). Dans ma phonologie perso, le /?/ de <pâte> n'existe pas : <pâte> & <patte> sont homophones ? /pat/. Et du coup <tâche> & <tache> aussi ! smile




Ysaur a écrit:

UN ESPÈCE DE...

Que le nom qui suit soit masculin ou féminin, espèce est du genre féminin et l'article qui le précède doit donc se mettre au féminin :

=> Une espèce  de chose.

=>  Une  espèce  d'objet.

Cet exemple m'a toujours intrigué : je l'utilise correctement à l'écrit ? <une espèce de> + nom masculin, mais commets la faute à l'oral ? /œ?n?sp?sd?/ + nom masculin, au lieu de /yn?sp?sd?/. Rien n'y fait, j'ai beau savoir que <espèce> est féminin, quand il est suivi d'un masculin (à l'oral), j'emploie l'article indéfini au masculin aussi. C'est comme si le nom masculin qui complémente le nom <espèce> prenait sa valeur de substantif et que <espèce de> était rétrogradé au rang d'adjectif épicène.

J'ai fait une petite vérif sur gougueule : <une espèce de> = 2.090.000 (90 %) vs <un espèce de> = 226.000 (10 %). Donc la faute ne semble pas très répandue à l'écrit (sur internet). Je me demande si ces poucentages se maintiendraient à l'oral...

23

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

En tout cas je relève cette faute constamment et partout...ce pourquoi je la signale.
(C'est d'ailleurs le cas de toutes les autres que je signale ici, remarques d'où m'est venue l'idée d'ouverture de ce fil).

« Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles, la blanche Ophélia flotte comme un grand lis »

24

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Hasard ou effet inconscient de la fréquentation d'ABC, et de ce fil en particulier, je viens d'acheter "Les 100 pièges de la langue française", petit livre de poche du genre bachotage, mais aux remarques bienvenues.
Un point me fait tiquer :
1. Il y a longtemps que je ne l'ai vue.
2. Il y a longtemps que je l'ai vue.
Les auteurs disent que "ne" est inutile. Pourtant, il me semble que le sens est légèrement différent :
1. = Je ne l'ai pas vue depuis longtemps, avec une nuance de regret.
2. = Je l'ai vue, il y a longtemps, constatation assez factuelle.
Qu'en pensez-vous ?

(Remarque perso : à l'oral, on fait sauter le "ne" et on met "pas" ! "Il y a longtemps que je l'ai pas vue" !

25

Re : Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.

Bonjour.

Ysaur a écrit:

Dans le cas que vous signalez  nous avons  :
une solution  *1*    avec une  alternative  vs  B 
et  une solution  *2*  avec une alternative  vs  D.

Nous avons donc une alternative   *1*   vs    *2*
dont les deux termes  contiennent chacun une alternative  ( A vs B    et   C vs D).

Pour rester dans le sujet, l'emploi de versus ou vs est, me semble-t-il, un anglicisme (un anglicisme en latin, soit, mais un anglicisme). On écrit contre en français.

Lionnel

Messages [ 1 à 25 sur 36 ]

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » Relevé des fautes fréquemment commises par nos contemporains.



Généré en 0,053 secondes, 85 requêtes exécutées