Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

(Page 40 sur 74)

Flux RSS du sujet

Messages [ 976 à 1 000 sur 1 843 ]

976

Re : les doublets en français

Et j'en rajoute, les formes cupressus et cuppressus semblent être des emprunts plus ancien au grec (IIe siècle avant notre ère), la forme cyparissus apparait un siècle plus tard.

http://www.dicolatin.com/XY/LAK/0/CUPRESSUS/index.htm

http://www.dicolatin.fr/FR/LAK/0/CYPARISSUS/index.htm

Comme cyprès descend de cyparissus et cupressus est l'emprunt du terme latin plus ancien, notre plus proche étymon commun (PPEC, je le ressortirai celui-ci) est bien le terme grec κυπα ́ρισσος.

Au temps de Virgile cyparissus était probablement un doublet savant du populaire cupressus.

977 Dernière modification par aCOSwt (03-07-2015 13:53:43)

Re : les doublets en français

D'abord merci éponymie pour toutes ces recherche aussi savantes qu'intéressantes.

éponymie a écrit:

PPEC, je le ressortirai celui-ci

++ de ++ !!
Change juste l'ordre pour PPCE, je bosse dare-dare le concept de Plus Grandiloquent Commun Synonyme, on s'associe, on copyright le tout trademark et on fait fortune.

Non sunt multiplicanda entia sine necessitate!

978

Re : les doublets en français

De l'art pour un ignare de paraitre savant...

Moi je me rappelais du PGDC et du PPMC, je garde donc mon PPEC.

Mais je veux bien que l'on s'associe (avec les autres), un savant qui cache son jeu comme toi, ça pourrait servir. Mais je préfèrerais un copyright qui oblige à diffuser librement et gratuitement la connaissance et les idées (je sais plus comment ça s'appelle ce truc). Je serai jamais riche. En tout cas, pas sur ce coup-là...

P.S. : sauf si t'as la bonne combine qui m'assure ma retraite en Ombrie, qui envoie glop vieillir aux Caraïbes, vh, dans un duplex sur Central Park, Piotr parmi les brebis de Roquefort (pour les autres l'imagination me manque). Va falloir que tu sois convainquant.

Re : les doublets en français

éponymie a écrit:

Mais je préfèrerais un copyright qui oblige à diffuser librement et gratuitement la connaissance et les idées (je sais plus comment ça s'appelle ce truc).

Copyleft ?

980

Re : les doublets en français

Les droits du lecteur ?

Fille légère ne peut bêcher.

981 Dernière modification par vh (03-07-2015 17:17:53)

Re : les doublets en français

vh a écrit:

▀  perche  / ► perque
perque : (architect., églises normandes) syn. " poutre de gloire ". cf. normand perque = perche
http://www.culture.gouv.fr/public/mistr … SPECIFIC=3

La perque (ou tref) , plus tard soulagée par des colonnes,  a donné naissance au  jubé (ou doxal) , qui formait une clôture entre le choeur et la nef.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jub%C3%A9
http://www.cnrtl.fr/etymologie/jub%C3%A9

tref :  poutre de gloire, perque. < lat.  trabes (poutre) doxalis (< gr. δόξα, gloire)

982 Dernière modification par éponymie (03-07-2015 17:27:07)

Re : les doublets en français

à effacer à l'occasion, vh a répondu tout seul à sa question et modifié son message

983

Re : les doublets en français

yd a écrit:

Les droits du lecteur ?

Le copyleft d'Abel Boyer était la bonne réponse. Il y a un article wikipédia.

984 Dernière modification par vh (03-07-2015 18:56:40)

Re : les doublets en français

trabe  travéetref (Du lat. trabs/trabis, poutre)

trabe : hampe de drapeau
tref : poutre de gloire, perque
trabécule : (anat.) < lat. trabecula dim. de trabs/trabis (poutre)

985

Re : les doublets en français

éponymie a écrit:
glop a écrit:

Au sujet de Cupressus/cyprès J’ai besoin de quelque éclaircissement car j’ai du mal  ne pas voir ces deux mots comme de simples synonymes.

Que deux mots soient restés éventuellement synonymes n'est qu'un accident smile , l'important c'est qu'ils soient entrés dans la langue par eux parcours différents, c'est bien le cas ici (je me suis d'ailleurs trompé en ne signalant pas l'emprunt pour cupressus, corrigé) et qu'il soient reconnus (dicos généralistes ou langage courant, voire jargon technique).

Ce qui devrait plus choquer, c'est le carré vert olive (futur ex carré bleu-vert, 14 mots rencontrés pour le moment) : une spécialisation orthographique d'un seul et unique mot. C'est propre au français moderne (à partir du XVIIe). C'est quand même particulier comme type de doublet.

P.S.: et puis non, ce qui a été emprunté, c'est le latin cupressus, mais l'étymon qui nous intéresse est grec.


Je demandais quelque éclaircissement ; torchère vous brandîtes ; plût à dieu que j’entrevisse un de ces quatre jeudi le bout du tunnel.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

986

Re : les doublets en français

Ma torchère n'était que lumignon ? Expliquons et réexpliquons-nous jusqu'à ce que vous passiez de l'ombre à la lumière.

Vous reconnaitrez j'espère que je n'ai jamais hésité à formuler et reformuler, à remettre 500 fois l'ouvrage sur le métier pour me faire comprendre. Dites donc ce que vous ne comprenez toujours pas, exemples concrets à l'appui.

987

Re : les doublets en français

éponymie a écrit:

Et j'en rajoute, les formes cupressus et cuppressus semblent être des emprunts plus ancien au grec (IIe siècle avant notre ère), la forme cyparissus apparait un siècle plus tard.

http://www.dicolatin.com/XY/LAK/0/CUPRESSUS/index.htm

http://www.dicolatin.fr/FR/LAK/0/CYPARISSUS/index.htm

Comme cyprès descend de cyparissus et cupressus est l'emprunt du terme latin plus ancien, notre plus proche étymon commun (PPEC, je le ressortirai celui-ci) est bien le terme grec κυπα ́ρισσος.

Au temps de Virgile cyparissus était probablement un doublet savant du populaire cupressus.

Suite de l'histoire avec saint Jérome et sa Vulgate au IVe siècle : cypressus

http://www.dicolatin.com/XY/LAK/0/CYPRESSUS/index.htm

988 Dernière modification par éponymie (05-07-2015 13:39:51)

Re : les doublets en français

vh a écrit:

trabe  travéetref (Du lat. trabs/trabis, poutre)

trabe : hampe de drapeau
tref : poutre de gloire, perque
trabécule : (anat.) < lat. trabecula dim. de trabs/trabis (poutre)

Le problème est que travée est issu d'un dérivé (suffixe -ée), un peu comme l'italien trabea (à ceci près que cette dérivation existait déjà en latin) ou le français trabée (qui pour le coup pourrait être considéré faux doublet avec travée)

Je mets de côté trabe/tref, comme perche/perque.

P.S.: au fait, ça y est, doublets et faux doublets sont séparés sur le site et les couleurs mises à jour partout.

989

Re : les doublets en français

Lettre M, à moitié traitée seulement.

glop message 724, page 29 a écrit:

Il semblerait que maska soit, en quelque sorte, un étymon préroman commun à masquer, maculer et mascaret.

Peut-être mais pour le moment on ne tire pas de doublets de cette racine : masquer est un dérivé de masque, mascaret ne serait pas passé par le latin et maculer vient directement de maculare.

vh message 719, page 29 a écrit:

main, manade (troupeau, lit. poignée [de bêtes]) : < lat. manus

Justement, manade est issu d'un dérivé de mano (qui descend bien entendu de manus). Apparentés non doublets.

glop message 489, page 20 a écrit:

marc/marche  étymologie: marka ou marca ou marcha?
marquis

Non, ça ne fonctionne pas. Nous avons affaire à des étymons différents (langues germaniques).

macho / mâle (étymon latin impérial masculus)
mâle cf. macho
manille (2)  / manique (étymon latin manicula)
manique cf. manille (2)
médiateur  / médiator (étymon bas latin mediator)
médiator cf. médiateur
meilleur (étymon latin meliorem, accusatif singulier de melior) / mieux  (étymon latin melius, neutre singulier de melior)
mieux cf. meilleur
module / modulo /moule (1) (étymon latin modulus)
modulo cf. module
moule (1) cf. module

990

Re : les doublets en français

Quand j'écrivais qu'il y aurait des trucs à revoir... En planchant sur le M, j'ai vu que ménestrel n'est pas un doublet de ministère, tout au plus un faux doublet de ministériel : l'étymon ministerialis de ménestrel a servi de modèle pour fabriquer ministériel.

Je me le supprime - à regret - dans les jours qui viennent. J'aurais pourtant bien voulu trouver LE doublet de ministère (qui n'est pas métier, faut-il le répèter ?)

991

Re : les doublets en français

Effectivement, ils sont tous apparentés, les 3 premiers étant issus par dérivation de mixtus, méteil et mistelle descendant tous deux par dérivation de mistus (altération de mixtus). Mais pas de doublets.

Pascal Tréguer message 576, page 24 a écrit:

muscadin - muscardin ?

Hélas, non. L'étymon du second est un dérivé de l'étymon du premier.

mica / miche / mie (1) (étymon latin mica)
miche cf. mica
mie (1) cf. mica
mile / mille (étymon latin millia, pluriel de mille)
mille cf. mile
modiole (étymon latin scientifique moderne modiola, féminin forgé du latin classique modiolus) / moyeu (étymon latin classique modiolus)
moque (étymon germanique) / mug (probable étymon scandinave ou bas-allemand)
L'acception (1) de moque est un emprunt au néerlandais (langue germanique)
moyeu cf. modiole
mug cf. moque
musée / muséum (étymon latin museum)
Cf. cette discussion sur wikipédia
muséum cf. musée

Complétons le N :

vh message 915, page 37 a écrit:

neuf
noce
novice

< lat. novus
nova (?) < lat. nova, fém. de novus

Neuf (2)/nova a été enregistré à l'époque pour le reste les étymons sont novius et novicius des dérivés de novus.

Wikipédia me permet d'ajouter :

▀  nonnain (étymon ancien français nunein, cas régime de nune) / nonne (étymon ancien français nune)
nonne cf. nonnain

992

Re : les doublets en français

vh message 740, page 30 a écrit:

Cf. budget < angl budget < anc. fr. bougette < anc. fr. bouge (sac de cuir)
http://etymonline.com/index.php?term=budget
bogue < bret. bolc'h (cosse de lin)  < gaul. bulga.
http://www.cnrtl.fr/etymologie/bogue

Oui mais bougette/budget sont issus d'un dérivé de bouge. Apparentés non doublets.

vh message 905, page 37 a écrit:

balade, ballade

la balade en vaut la peine et il faudrait en faire une ballade : l'ancien provençal ballada a fourni notre ballade à partir duquel à été fabriqué balader dont dérive balade. Parenté étroite mais pas de doublets.

Piotr message 753, page 31 a écrit:

bosquet / bouquet ?

Si l'on s'en tient au TLFi, c'est non : bouquet (1) et (2) sont issus d'une forme-normanno-picarde qui n'a pas pu engendré bosquet qui vient du provençal bosquet dérivé de bosc.

glop message 756, page 31 a écrit:

hmm   British/bretèche   hmm

Effectivement, je le mets dans les cas litigieux : il y aura là un suffixe celte accommodé en vieil anglais d'une part, en bas latin de l'autre ou ces deux langues ont assimilé un mot déjà existant (bryttisc/brittisca), ou bien encore l'une a emprunté à l'autre ?

bayer / béer (étymon ancien français baer)
béer cf. bayer
bill / boule / bulle (1) et (2) (étymon latin classique bulla)
bolge / bouge (étymon ancien français buge)
(bougette) / budget (étymon ancien français bougette qui a donné l'anglais budget)
bouge cf. bolge
boule cf. bill
brague / braie (étymon latin, zone gallo-romaine  braca)
L'acception IIb de brague est d'origine italienne.
braie cf. brague
bretèche (étymon bas latin brittisca) / british (étymon vieil anglais bryttisc)
british cf. bretèche
bulle (1) et (2) cf. bill

993

Re : les doublets en français

Merci Trevor,

trevor message 380, page 16 des "paroles gelées" a écrit:

Écot : payer son écot, « « quote-part d'un convive pour un repas à frais communs ».

C'est la deuxième acception qui m'intéresse, je l'ajoute à étau et estoc.

*► écot (2) / *► estoc (2) / *► étau  (étymon ancien bas francique stok, « souche, tronc d'arbre », « pousse, rejet »)

994

Re : les doublets en français

Je suis venu à bout du B :

bette (étymon latin beta) / blette, blète (étymon latin médiéval bleta, altération de beta sous l'influence de blitum)
bigre (français moderne, altération de bougre) / bougre (étymon français moderne bougre)
blette, blète (étymon latin médiéval bleta, altération de blitum sous l'influence de beta) / brède (étymon latin blitum)
blette, blète cf. bette
bougre / boujaron (étymon bas latin bulgarus)
bougre  (étymon bas latin bulgarus) / bulgare (étymon bas latin bulgares pluriel de bulgarus)
bougre cf. bigre
boujaron  (étymon bas latin bulgarus) / bulgare (étymon bas latin bulgares pluriel de bulgarus)
boujaron cf. bougre
brède cf. blette, blète
bulgare cf. bougre
bulgare cf. boujaron

995

Re : les doublets en français

Et maintenant le F :

vh message 810, page 33 a écrit:

fée, fado, fade (3) < lat. fatum

J'ai d'abord cru que fata était le féminin pluriel de fatum : après tout les Parques sont toujours trois. Mais non. Il y a eu une déesse Neua Fata qui a coexisté avec une Parque seule,seulette. Je préfère donc faire deux couples fatum/fado et fade (3)/fée en attendant que la nature du lien entre fatum et fata soit établie.

glop message 760, page 31 a écrit:

fleur/flore

Pas doublets. Mais je les ai rangés parmi les faux doublets, ils trompent leur monde.

fade (3) / fée (étymon latin fata)
fado / fatum (étymon latin fatum)
fatum cf. fado
féal (ancien  français feeil, feël - issu de l'étymon latin classique fidelis - altéré par substitution du suffixe -el, -eil par -al) / fidèle (étymon latin classique fidelis)
fée cf. fade (3)
feria / férie / foire (étymon latin classique feriae)
férie cf. feria
feu / focus (étymon latin classique focus)
feuille (étymon latin folia, pluriel de folium) / folio (étymon latin folio, ablatif de folium)
fidèle cf. féal
fleur (étymon latin florem, accusatif de flos, floris / flore (étymon latin classique Flora, déesse des fleurs, dérivé de flos, floris)
flore cf. fleur
focus cf. feu
foire cf. feria
folio cf. feuille
frater / frère (étymon latin classique frater)
frère cf. frater

996 Dernière modification par vh (07-07-2015 19:17:21)

Re : les doublets en français

poupée pupe (entomol.)

997

Re : les doublets en français

vh a écrit:

poupée pupe (entomol.)

Encore des apparentés non doublets, fiche étymologique de poupée :

Dérivation, au moyen du suffixe -ée*, d'un représentant du latin populaire *pŭppa, issu du latin pūpa « petite fille; poupée »

998 Dernière modification par éponymie (08-07-2015 08:42:06)

Re : les doublets en français

vh message 615, page 25 a écrit:

abeille, avette < lat. apicula

http://www.cnrtl.fr/etymologie/avette
http://www.cnrtl.fr/etymologie/abeille

Les étymons sont deux diminutifs différents de apis, apitta (nord du territoire gallo-roman) et apicula dans le sud. Abeille vient du domaine occitan (provençal).

Pour  info, https://books.google.it/books?id=bFl2Gd … mp;f=false

argue (étymon latin tardif arganum emprunté au grec τα οργανον, pluriel de οργανον, altéré en τα ́ργανα) / organe (étymon latin organum emprunté au grec οργανον)
argue (étymon latin tardif arganum emprunté au grec τα οργανον, pluriel de οργανον, altéré en τα ́ργανα) / orgue (étymon latin organum emprunté au grec οργανον)
autoriser (étymon latin médiéval auctorisare) / octroyer (étymon ancien français otreier, otrier issu du latin médiéval auctorisare, refait sous l'influence des latins classique et juridique auctorare et auctor)

octroyer cf. autoriser
organe / orgue (étymon latin organum emprunté au grec οργανον)
organe cf. argue
orgue cf. organe
orgue cf. argue

999

Re : les doublets en français

Une jolie petite série :

garce (étymon ancien français garce, féminin de garz) / garçon (étymon ancien français garçun, cas régime de garz) / gars (étymon ancien français garz)
garçon cf. garce
gars cf. garce

1 000 Dernière modification par vh (08-07-2015 13:39:46)

Re : les doublets en français

ruisseau russon < lat. *rivuscellus, dim. de rivus


russon, ruisson : (Vendée, Charentes). Petit canal alimenté par un chenal (...) dont l'eau se déverse dans les claires ou les salines`` (Réz. Ouest 1984).

Messages [ 976 à 1 000 sur 1 843 ]



Généré en 0,076 secondes, 79 requêtes exécutées