Passer au contenu du forum

forum abclf

Le forum d'ABC de la langue française

Mise à jour du forum (janvier 2019)

Remise en l'état – que j'espère durable – du forum, suite aux modifications faites par l'hébergeur.

(Page 4 sur 10)

forum abclf » Histoire de la langue française » Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Flux RSS du sujet

Messages [ 151 à 200 sur 463 ]

151

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Et bercail rappelle tout naturellement ouailles. Va-t-on me dire qu'il persiste dans telle langue régionale ?

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

trevor a écrit:

ouailles. Va-t-on me dire qu'il persiste dans telle langue régionale ?

Oui, lui ou son proche parent, dans les parlers du Centre, de l'Ouest et du Sud-Ouest, selon Bloch-Wartburg. Par exemple sous la forme auvelha ou ovelha :
"Tots los cent ans, l'auvelha negra tòrna au claus"
Tous les cent ans, la brebis noire rentre au bercail.

153 Dernière modification par yd (15-04-2015 11:42:20)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Ce mot d'ouailles, il me semble qu'on continue de l'entendre non par régulièrement, mais pas si exceptionnellement. Or dans quelle expression en particulier ? Garder ses ouailles ? Retrouver ses ouailles, quand on rentre au bercail ?

Pour congrue, j'ai tiré ces courbes Ngram qui montrent bien que l'adjectif survit surtout dans l'expression portion congrue, mais avec un petit nombre d'usages indépendants de congru, congrus et congrues, qui m'étonnent un peu.

Connaissiez-vous congruer pour convenir et congrûment pour convenablement ?

Fille légère ne peut bêcher.

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

yd a écrit:

Connaissiez-vous congruer pour convenir et congrûment pour convenablement ?

Ces sens-là ne doivent pas nous étonner c'est aussi le sens original dans "la portion congrue", la portion qui convient, la juste portion, même si l'usage nous y fait plutôt voir une minuscule portion.
Congru, congruence, congruent font aussi partie du vocabulaire mathématique ancien et moderne. Les nombres congrus peuvent expliquer certaines des occurrences au masculin que révèle votre diagramme.

155

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

J'aimerais bien savoir si un curé pourrait dire « je vais oindre mes ouailles ». big_smile

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

156

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

S'il a de l'humour, il pourra le dire malicieusement.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

157 Dernière modification par Abel Boyer (15-04-2015 13:42:21)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

trevor a écrit:

J'aimerais bien savoir si un curé pourrait dire « je vais oindre mes ouailles ». big_smile

Euh, pourquoi le dirait-il ? Il n'est pas d'usage d'oindre l'ensemble des fidèles. L'onction ne se pratique qu'en des circonstances limitées, notamment le baptême, la confirmation et ... à la toute fin, l'extrême onction (appelé aussi le sacrement des malades).

158

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Franquette, qui survit grâce à à la bonne franquette.
Voir également ici :
http://www.languefrancaise.net/forum/vi … 264#p93264

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

159 Dernière modification par glop (15-04-2015 21:36:29)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

N'en déplaise au noisetier , la baguette de coudrier du sourcier a la vie dure.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

160

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Et que dire du pauvre rouvre ? Mais il ne s'agit pas là d'une parole gelée.

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

161

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

"De pied en cap" a gelé cap.
Et c'est la gourmandise qui assure la survie du mot oublie.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

162

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Ah, et puis noise. A moins qu'il ait déjà été cité....

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

163 Dernière modification par P'tit prof (17-04-2015 11:04:08)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Abel Boyer a écrit:
trevor a écrit:

J'aimerais bien savoir si un curé pourrait dire « je vais oindre mes ouailles ». :D

Euh, pourquoi le dirait-il ? Il n'est pas d'usage d'oindre l'ensemble des fidèles. L'onction ne se pratique qu'en des circonstances limitées, notamment le baptême, la confirmation et ... à la toute fin, l'extrême onction (appelé aussi le sacrement des malades).

J'ajouterais que l'on voit rarement un berger graisser ses moutons...
Que fait le pasteur (autre mot en  voie de congélation ; il ne survit  que dans le sens spécifique de ministre du culte, réformé ou luthérien) avec ses ouailles ? Il les pait (mot congelé dans cet emploi factitif), il les mène au bercail, il les prêche (construction congelée), il les bénit...et, ajoutait un fidèle au XIXe siècle, il les tond !

L'onction ne se pratique qu'en des circonstances limitées

L'onction est un geste sacramentel, lié à l'administration de quatre sacrements sur les sept que connait l'Eglise catholique :
le baptême, la confirmation, l'ordre (diacres, prêtres, évêques) et le sacrement  des malades qui n'est pas réservé aux mourants ! A cela s'ajoutait le sacre du roi, dont la dernière édition en France eut lieu en 1824. L'Eglise d'Angleterre dont la liturgie est  proche de la liturgie romaine est seule à le  dispenser encore.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

164

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Vis-à-vis

Tête-bêche   (bêchevet)

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

165

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Accroire, qui ne s'utilise déjà plus qu'à l'infinitif.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

166

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Et issir ne s'utilise plus qu'au participe passé.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

167

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Lurette : depuis belle lurette
À quia : être / mettre / réduire à quia

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

168

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Que diriez-vous d'un bon pique-nique? "nique" signifiait "petite chose sans importance" à picorer.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

169 Dernière modification par yd (18-04-2015 21:18:38)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

J'ai cherché en vain dans le TLFi et dans le Godefroy un usage de tant qui convienne dans tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse, où tant semble signifier tant de fois.

Mais en réalité le sens de tant de fois dans tant demeure très pratiqué, comme pour tellement.

Fille légère ne peut bêcher.

170 Dernière modification par glop (18-04-2015 21:05:25)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Il me semble que "tant" est assez polyvalent puisqu’il peut se rapprocher de  "autant", "à tel point", "tellement", et dans la phrase suivante, [Ont-ils fait ce qu’ils ont tant répété qu’il fallait faire ?] "tant" pourrait être remplacé par "si souvent" ou "autant de fois que".
C’est une phrase de F. de la Mennais. (elle ne vieillit pas).

https://books.google.fr/books?id=x41PAA … mp;f=false

Page 185

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

171

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Les puristes ont encore dû sévir, parce que le TLFi ne donne pas non plus à tellement l'usage signifiant tellement de fois, et à beaucoup il n'admet que le sens d'une grande fréquence, un peu différent (en II, A).

Fille légère ne peut bêcher.

172

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Marre, adv. En avoir marre
Olibrius, faire l'olibrius. Agir en bravache, en furieux, à l'instar d'Olibrius, grand persécuteur de chrétiens gaulois.

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

173

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

trevor a écrit:

Et que dire du pauvre rouvre ? Mais il ne s'agit pas là d'une parole gelée.

D'ailleurs L'autoroute A86 vient de rouvrir.  tongue

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

trevor a écrit:

Marre, adv. En avoir marre
Olibrius, faire l'olibrius. Agir en bravache, en furieux, à l'instar d'Olibrius, grand persécuteur de chrétiens gaulois.

Il y a aussi l'expression : "C'est marre."

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

oliglesias a écrit:
trevor a écrit:

Marre, adv. En avoir marre
Olibrius, faire l'olibrius. Agir en bravache, en furieux, à l'instar d'Olibrius, grand persécuteur de chrétiens gaulois.

Il y a aussi l'expression : "C'est marre."

Ma fille de 6 ans dit aussi : ça me fait marre.

176

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

On pourrait donc dire qu'elle est... marrie. wink

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Dans quel sens?
"C'est marre" voulant dire "ça suffit".

178

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

....ce qu'on pourrait dire à quelqu'un jouant la mouche du coche. Un coche était autrefois un véhicule de transport public tiré par des chevaux.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

179

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

... et le jeu de colin-maillard, dont les éléments renvoient probablement chacun à un nom propre.

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

180

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Couci-couça.

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

181 Dernière modification par Ylou (21-04-2015 20:13:38)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

"Battre sa coulpe".
Et puis vesse : "vesse de loup".

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

182 Dernière modification par Ylou (22-04-2015 06:57:11)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Cantonade : "à la cantonade".
Au XVe siècle, le mot 'cantonade' désigne un angle de maison (le mot est emprunté au provençal 'cantonada' pour 'angle').
Au XVIIe siècle, il se spécialise dans le monde du théâtre où il désigne d'abord les côtés de la scène où, à l'époque, sont assis les spectateurs privilégiés.
Puis, ces emplacements, n'étant plus occupés par des spectateurs, il finit par désigner les coulisses.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

183 Dernière modification par glop (22-04-2015 10:36:11)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

icelle

https://books.google.fr/books?id=nfIFAA … mp;f=false

_____________________

rez-de-chaussée

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

184 Dernière modification par trevor† (22-04-2015 17:07:53)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Cahin-caha.
Septembral : purée septembrale (expression rabelaisienne, bien venue dans le fil des paroles gélées big_smile ).

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

185

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Aloi n'est plus que bon ou mauvais.
-------
Dévolu : ce mot est dérivé du latin "devolvere". Il apparaît au XVIe siècle en tant qu'adjectif dans le langage juridique avec le sens de "conféré par droit".

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

186

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

La dive-bouteille

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

187

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

... chère aux vide-bouteilles.

Fille légère ne peut bêcher.

188

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Et voici des déverbaux qui ne sont plus d'usage hormis dans des expressions figées :
Il y a péril en la demeure (le fait de demeurer).
Pour ta gouverne (le fait de se "gouverner", s'organiser, se conduire.
Par acquit de conscience (le fait de s'acquitter): mais je ne sais pas si le déverbal n'est pas encore vivant.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

189

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

J'espère que les atours n'ont pas été cités.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

190

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Ylou a écrit:

Par acquit de conscience (le fait de s'acquitter): mais je ne sais pas si le déverbal n'est pas encore vivant.

Quand je dus régler mon loyer je reçus un papier marqué « pour acquit ».

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

191

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Oui en effet. Et dans le Littré je trouve ceci :
ACQUIS
nm
    Instruction acquise, connaissances acquises. Homme qui a beaucoup d'acquis. "C'est une merveille surprenante qu'elle [une dame] ait plus d'acquis à dix-huit années que celles qui ont trois fois son âge". [Marguerite de Navarre, BUFFET, Observ. p. 285]

et :

ACQUIT
s. m.
Sens 1
Terme de finance. Quittance, décharge.
En recevant le montant d'un billet, d'un mémoire, on met au bas pour acquit et l'on signe.
Acquit de douane, reçu constatant qu'on a payé les droits d'entrée ou de sortie.
Payer une chose à l'acquit ou en l'acquit d'un autre, la payer à la décharge d'un autre.
Faire quelque chose à l'acquit de sa conscience, pour l'acquit de sa conscience, pour n'en avoir pas la conscience chargée.
Faire quelque chose par manière d'acquit, négligemment et seulement parce qu'on ne peut s'en dispenser.
Au jeu, jouer à l'acquit, se dit lorsque, dans une partie de plusieurs personnes, ceux qui ont perdu jouent entre eux à qui payera le tout.
Sens 2
Acquit de comptant, lettres patentes expédiées à la décharge du garde du trésor royal, pour les sommes qui étaient remises au roi.
Sens 3
Acquit au jeu de billard, premier coup par lequel on ne fait que placer sa bille, sur laquelle l'adversaire doit jouer. Donner l'acquit.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

192 Dernière modification par glop (24-04-2015 19:54:28)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Le mot acquêt quant à lui, malgré son T final, est plus proche du mot acquis que du mot acquit.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

193

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Clopin-clopant : clopin, clopiner.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

194 Dernière modification par glop (26-04-2015 00:34:16)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Il y a aussi le Chand d’habit mimé par Baptiste Deburau ou chanté par Édith Piaf. Sans parler du chand d’ail.  wink

https://books.google.fr/books?id=yLtoRB … mp;f=false

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

195

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Le pauvre hère et la mauvaise engeance.
Haire : pauvre
Enger : augmenter, croître. Une engeance était donc quelque chose comme une jeune pousse ou une graine

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

196

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Piètre : piètre figure / allure. J'ai eu une fois l'occasion d'écrire « ces pauvres hères faisaient piètre figure ».

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

197 Dernière modification par glop (26-04-2015 11:30:48)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

message reporté plus bas.

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

198

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Rien que pour le contraste, on pourrait les faire suivre de joyeux drilles outrecuidants partant en goguette ....
On retrouve dans "outrecuidant"  le vieux verbe "cuider" et j'ai appris qu'une gogue était une plaisanterie. On a encore bien vivant : "goguenard".
Quant aux "drilles" il semblerait que le mot désignait dans l'argot militaire, des soudards prompts à faire la fête.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

199 Dernière modification par glop (26-04-2015 11:31:39)

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Et l’huile de mille-pertuis, c'n’est pas de la roupie de sansonnet !

Nomina si nescis, perit cognitio rerum. Edward Coke

200

Re : Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.

Ni même de pie-grièche...!

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

Messages [ 151 à 200 sur 463 ]

forum abclf » Histoire de la langue française » Paroles gelées, ou mots qui survivent grâce à des expressions.