Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

(Page 26 sur 26)

ABC de la langue française : forums » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...

Flux RSS du sujet

Messages [ 626 à 648 sur 648 ]

626

Re : Quelques mots d'humour...

D'un artiste on dira que chez lui le talent est latent, d'un autre on dira que le talent, lui, il l'attend.

627

Re : Quelques mots d'humour...

Dans la vie, quand on est au bord du précipice, il faut savoir faire un grand pas en avant pour ne pas tomber.

628

Re : Quelques mots d'humour...

Si, par erreur, le sexe de l'homme flotte dans l'eau, c'est parce que le méat coule pas.

Re : Quelques mots d'humour...

Que la Terre soit ronde n'a jamais empêché personne d'habiter dans le coin.
La mort ne prévient jamais de son heure d'arrivée, confirmant ainsi son manque évident de savoir-vivre.
La prison ferme, d'accord, mais que fait-on des prisonniers ?
Il y a un temps pour tout mais on ne fait pas tout pour autant.

Médecin malgré moi

Alors que la médecine traditionnelle a de plus en plus de mal à fidéliser sa clientèle de moins en moins patiente, les médecines alternatives ou médecines douces se développent à la vitesse de la syphilis dans le bas-clergé pennsylvanien. Intéressons-nous à certaines d’entre elles qui valent leur pesant de granules.

L’iridologie, technique de diagnostic et de prévention basée sur l’examen minutieux de l’iris, qui vous donne l’impression d’être soigné à l’œil tout en vous coûtant les yeux de la tête.
L’hippothérapie, basée sur des activités qui utilisent les chevaux comme partenaires thérapeutiques, très courue à Vincennes et à Deauville mais déconseillée si vous avez du mal à aller à la selle.
L’apithérapie, qui utilise les produits des abeilles en vue d'améliorer la santé, en d’autres termes qui vous propose du miel quand vous avez les abeilles après vous être fait péter la ruche.
La luminothérapie, consistant à exposer un sujet à une lumière afin de lutter contre les troubles du sommeil et la dépression saisonnière, très utile si vous allez l’air constamment éteint à condition bien sûr que l’on vous ait mis au courant.
La magnétothérapie, qui vise à soigner les maladies en utilisant des aimants, attirant essentiellement les patients sujets à des problèmes d’épaules.
Et enfin ma préférée, la gélothérapie, thérapie basée sur le rire, qui permet à la différence notoire de la médecine classique d’espérer être soigné lorsque le médecin passe pour un rigolo.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

630

Re : Quelques mots d'humour...

Le gouvernement veut fermer les magasins qui sont ouvert le dimanche mais alors à quand il ré-ouvre les maisons close?

Re : Quelques mots d'humour...

Nous sommes de plus en plus fichés mais la seule chose que l'on n'est pas près de nous ficher c'est la paix.
L'ordre des mots est essentiel dans la langue française. Aller à Belle-Ile en Mer est correct alors qu'aller sur une île avec sa belle-mère n'a aucun sens.
A force d'être sur tous les fronts on ne sait plus où donner de la tête.
Les médecines parallèles ne vous remettent pas toujours d'équerre.

Petites annonces

Femme du monde recherche homme du coin pour limiter les frais de déplacements.
Monteur de sommiers vend descentes de lit.
Repasseuse lassée de repasser cherche emploi avec un meilleur revenu.
Myope lassé de mener une double vie vend paires de lunettes à double-foyer.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Je préfère être un original qu'être exemplaire.
Il faut de tout pour faire un monde mais on se fait un monde d'un rien.
Le passe-droit passe mal, c’est la raison pour laquelle on l’a un toujours un peu en travers.
Les gens qui ne doutent de rien ne sont pas du tout sûrs.

Joyeuse rentrée !

Depuis l’instauration des congés payés, chaque année c’est la même chose, la rentrée sonne le glas des heures passées à faire du gras. On a beau revenir de Méribel c’est le retour de manivelle assuré. Déprime de rentrée avant les primes de fin d’année. Passer des ballades au soleil aux déambulations dans les rayons à chercher des improbables feuilles doubles format A4 à petits carreaux avec une marge, les feuilles pas les carreaux, gomme rapidement les effets salvateurs du statut d’intermittent de la torpeur estivale.
Le retour au boulot vous expose à affronter brutalement les banalités d’usage du type on n’a jamais été aussi près de Noël, alors que tout le monde sait que depuis l’Ascension le dénommé Noël est monté s’installer dans son nouveau bureau trois étages plus haut.
On vous répète à l’envi, ne t’inquiète pas ça va hâler, vous avez plutôt envie de vous faire porter pâle à l’idée de passer vos journées à l’ombre, le regard sombre et le bronzage en décoloration accélérée.
Si les vacances vous ont rempli la panse et allégé les poches, comptez sur les sorties de fonds de la rentrée pour vous faire passer de la vraie chaleur aux faux-frais et refroidir les relations avec votre banquier.
Heureusement il vous reste la machine à café pour conter d’un air amer vos souvenirs du bord de la mer sans votre belle-mère.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Un trait d'humour s'efface moins vite quand il est fin.
Si vous voulez rester dans leurs petits papiers, ne froissez jamais des gens qu'un rien chiffonne.
Passé un certain âge, on a beau se surpasser on est dépassé.
Le français est une langue sournoise, vous croyez faire la révolution et en réalité vous ne faites que tourner en rond.

Le livre toujours à la page

Certains se contentent de lire dans le regard des autres, ça les regarde, mais on ne peut pas nier que la lecture ouvre les yeux. Sans la lecture, l’écrit n’aurait pas son mot à dire et les mots sans leurs lignes s’envoleraient telles des paroles en l’air ou des oiseaux sans perchoir. Le livre c’est de la réflexion, du rêve, de la joie, de la tristesse, du rire, du drame et tout simplement de la vie couchés sur du papier, ancrés pour toujours dans la mémoire même après avoir tourné la page.
On donne un prix au livre mais sa valeur est inestimable, n’en déplaise aux adeptes du Prix littéraire qui voient des Goncourt partout. Se plonger dans un livre c’est plonger dans un autre monde, nager dans un inconnu où l’on a papier, noyer l’ennui tout en alimentant l’esprit. Il peut arriver dans certains cas extrêmes que des lecteurs compulsifs sombrent dans la boulimie en dévorant des pavés. Un lecteur à l’âme écolo ajouterait que lire c’est écouter les arbres s’exprimer en déchiffrant des feuilles, remarque qui se tient quand on sait qu’écrire c’est du bouleau.
Malgré l’avènement des textes en ligne, il y a fort à parier que le livre n’a pas dit son dernier mot et que dans quelques années il aura toujours voix au chapitre.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Pour se rendre à l'évidence, il faut prendre la direction du bon sens.
Un témoin clé peut très rapidement vous conduire sous les verrous.
On a atteint l'âge de raison quand on s'en est faite une.
Il paraît que c'est chouette de faire la tournée des grands ducs quand on est un oiseau de nuit.

Des vins qui foirent

En cette période de foires aux vins où les grandes surfaces ont donné le feu vert pour passer au rouge, il serait temps de redonner des couleurs à des grands crus dans lesquels plus grand monde ne croit.
Le Nuits Sans-Georges, vin créé par la Veuve Clicquot après avoir perdu son mari Georges
Le Mouton Junior, un Mouton Cadet surclassé qui a très vite été déclassé
Le Château Mulet Gris, du même cépage que le Château Cheval Blanc mais d’un viticulteur qui avait confondu barrique et bourrique
Le Châteauneuf du Prêtre, vin de messe qui n’a rien à envier au Châteauneuf du Pape selon les fidèles des Côtes du Rhône
Le Côte-Grillée, issu d’un vignoble proche de celui du Côte-Rôtie partiellement dévasté par un incendie il y a quelques années et pour lequel les vendanges s’étaient avérées cuites
Le Château Laferme, un Château Lagrange qui rapporte beaucoup moins de blé à ses producteurs
Le Corton Bleu, beaucoup moins connu que le Corton Rouge mais accompagnant beaucoup mieux les plats
Le Rouge de Vogeout, grand cru proche du Clos de Vougeot qui donne les joues rouges avant d’atteindre la cuite
Et n’oubliez pas, c’est le Mouton Rothschild qui permet de clairement différencier la foire au vin de la foire ovine.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! Wink

Re : Quelques mots d'humour...

Passer des nuits blanches à broyer du noir n'a jamais été très grisant.
On peut très bien vivre avec son temps sans porter de montre.
Un mauvais épilogue est un terme minable.
Il suffit de dévier d'un pouce pour être mis à l'index.

Laissez tomber !

Au seuil d’une saison où jaunies par le temps comme d’autres sont noircies par l’écrivain, les feuilles fatiguées d’une histoire aussi agitée qu’éphémère choisissent de décrocher sans manquer à la pelle, penchons-nous un instant sur tout ce qui tombe, ça tombe bien c’est l’automne.
La nuit qui tombe inlassablement sans un seul jour de repos entraînant derrière elle des paupières qui n’avaient rien demandé, accélérant sa chute en hiver, saison des sols glissants dont on ne méfie jamais assez.
La pluie qui tombe depuis que le soleil brille pour nourrir les vendeurs de parapluies en n’ayant rien à cirer de la mauvaise réputation faite à la Bretagne et à la Normandie.
Les paroles qui tombent comme un cheveu sur la soupe et qu’il est préférable de ne pas relever pour éviter la soupe à la grimace.
Les seins qui comme les gros bonnets finissent toujours par tomber un jour.
Les impôts qui tombent mal et nous font céder à l’abattement même quand on est pré-levé.
Les nouvelles qui tombent et les vieilles qui chutent, dans les deux cas on s’attend au pire.
S’il fallait trouver une chute à ce billet je dirais que vous pouvez laisser tomber sans crainte, la relève sera toujours assurée.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Rien de plus efficace que de jouer avec les mots pour déjouer les maux.
Si vous ne faites pas preuve d'empathie envers l'autre, c'est l'autre qui en pâtit.
L'engrenage de la malchance finit toujours par nous mettre à cran.
Depuis le temps que je dresse la table, non seulement elle n'est toujours pas capable de mettre le couvert mais en plus elle demande une rallonge.

Ça commence à chauffer !

Il n’est pas loin le temps où les lanceurs d’alerte sur le réchauffement climatique échauffaient les oreilles de ceux, nombreux, qui les faisaient passer pour des illuminés empêcheurs de polluer en rond.
Depuis les certitudes de leurs opposants qui pourtant ne manquaient pas d’air ont vacillé sous la force des ouragans, tornades et autres typhons au point de les conduire à une prise de conscience qui s’est traduite dans un premier temps par une limitation drastique à deux barbecues par semaine, ou trois si le voisin apporte le pastis.
Car outre ces emballements éoliens et la baisse sensible en Normandie de la fréquence des averses estivales entre les périodes de pluie, d’autres phénomènes climatiques ont marqué les esprits ces dernières années.
La banquise fond à la vitesse du pouvoir d’achat des retraités et on trouvera bientôt plus de glace dans un congélateur équatorien qu’au Pôle Nord.
Les fleuves et les rivières sortent de leur lit plus rapidement qu’un troufion retardataire sous les hurlements d’un sergent-chef. Le niveau des mers s’élève inéluctablement alors que le niveau des belles-mères reste très terre-à-terre malgré quelques débordements.
Les forêts s’enflamment plus vite qu’un électeur crédule face aux promesses de son candidat, les forêts comme la cote du candidat et les espoirs de l’électeur finissant dans tous les cas par des cendres.
Bref ça devient chaud et j’ai bien peur que deux barbecues par semaine, ça ne suffise pas.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Avoir l'air continuellement emprunté finit par vous rendre impayable.
La société du mérite n'est pas forcément celle qu'on mérite mais est celle dont on hérite.
C'est fou ces musiciens d'orchestres de chambre qui tirent la couverture à eux quand ils se mettent au Liszt.
Le jusqu'au-boutiste a paradoxalement tendance à dépasser les bornes.

Peau de bête

Bien avant de descendre les poubelles et les pintes de bière, l’homme descendait du singe quoiqu’on ne sache pas vraiment duquel. Certains gorilles de chefs d’états n’ont d’ailleurs pas hésité à passer pour de sacrés ouistitis pour rappeler cette filiation.
Il faudrait être myope comme une taupe pour ne pas observer que ce lien ancestral avec le monde animal ne s’est jamais démenti, tout en se permettant quelques écarts avec une théorie de l’évolution un tant soit peu sensée.
Constater par exemple qu’un individu têtu comme une mule vous fait tourner en bourrique au point de lui voler dans les plumes peut finir par faire tourner chèvre un darwinien convaincu. Et ne parlons pas de l’ours mal léché, feignant comme une couleuvre, qui se permet avec sa langue de vipère de déclencher des larmes de crocodiles.
Ou de ces vautours et requins de tout poil prêts à fondre sur le premier pigeon venu, ce dernier n’hésitant pas à se plaindre auprès des poulets d’avoir été pris pour une buse par des rats.
Sans vouloir jouer l’oiseau de mauvais augure ou jouer au chat et à la souris avec vous, je peux affirmer que les chances pour l’homme de passer pour moins bête qu’il n’est sont à peu près les mêmes que celles des poules de passer l’hiver au milieu des renards.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Quand on a des idées noires, il est assez clair que foncer n'est pas toujours grisant.
A Grenoble on dit qu’avoir l'âme Isère est une richesse.
Quand on touche le fond toucher des fonds aide à refaire surface.
On commence par des tête-à-tête, on passe aux corps-à-corps puis aux face-à-face qui se terminent souvent dos-à-dos.

Auto persuasion

L’automobile n’a pas beaucoup plus d’un siècle d’existence mais elle a déjà fortement marqué l’histoire et le langage de l’Homme. Je ne parle pas du « Y va avancer c’connard ! » éructé sur les chapeaux de roues par l’hotomobilus sapiens à l’encontre de l’un de ses congénères qui, ce con, l’empêchait d’arriver à l’heure pour le café. Non, je parle de son impact sur le langage courant, roulant devrais-je dire.
Que l’Homme n’ait pas attendu d’avoir des problèmes d’échappement pour manquer de pot n’a échappé à personne. Mais appuyer sur le champignon avant l’arrivée de la première voiture capable d’atteindre les 60 Km/h conçue par Amédée Bollée en 1881 n’avait aucun sens et signifiait au mieux marcher sur un bolet voire un cèpe si on marchait aussi sur des œufs. Le moteur à explosion a favorisé l’émergence de nouvelles familles d’individus, les adeptes du retard à l’allumage et ceux qui démarrent au quart de tour, ceux qui carburent et ceux qui mettent les freins. Sans parler des pressés qui voulant mettre les gaz en permanence finissent avec les batteries à plat et font de l’huile à l’idée de lâcher de nouveau les chevaux.
Et c’est ainsi que de nos jours, une limousine faisant un break n’est pas forcément une limougeaude fatiguée souhaitant se ranger temporairement des voitures.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Les heures défilent comme si elles n'avaient pas une minute à perdre.
Quand le bouleau n'a aucun charme, mieux vaut changer de branche.
Qu'un blanc puisse rire jaune à de l'humour noir prouve bien que l'humour est universel.
On a toujours un peu de mal à admettre que le caractère sans-gêne soit héréditaire.

Petites annonces

Bellâtre lassé des allumeuses cherche étincelle pour s’enflammer à nouveau.
Boxeur hors du coup recherche boulot plus dans ses cordes dans les environs de Gand.
Faits divers : une dentiste victime d’un vol à l’arraché. La police est sur les dents.
Navigateur pessimiste donne leçons de maîtrise de la dérive des Optimists.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Ceux qui tirent les ficelles ont tendance à trop tirer sur la corde.
Ne laissez rien au hasard sous prétexte qu'il fait bien les choses.
On peut très bien avoir un langage cru dans lequel personne ne croit.
L'Homme est un reproducteur dont les copies ne sont pas toujours exemplaires.

Les temps changent

C’est un fait acquis, le changement d’heure vit ses dernières heures et la nouvelle aura tout l’heur de plaire à ses détracteurs remontés comme des pendules deux fois par an.
Depuis 1976 l’Homme se mue en maître des horloges en manipulant les aiguilles à détricoter le temps sans se soucier de perturber les nuits des insomniaques et de faire tourner les coucous en bourriques. Chaque fin octobre alors que la plupart des feuilles sont tombées, cette course contre le soleil tourne brutalement l’apache de l’été, pardon, la page de l’été indien, pour nous plonger du côté obscur des saisons. Avouons toutefois pour tenter de trouver un avantage à cette jonglerie pendulaire qu’il est clair que pour fêter les morts quelques jours plus tard, arborer un air sombre tombe plutôt bien.
Les inconditionnels de la secte des remonteurs de temps argueront que ce changement d’heure permet des économies d’énergie en n’allumant pas le soir la lampe que l’on allume le matin. Ce raisonnement aussi simpliste que peu lumineux ne tient pas pour les lève-tard couche-tôt qui depuis la découverte du feu ont bien compris quelle était la meilleure manière d’économiser l’énergie.
Une seule certitude, l’abandon de cette tradition permettra d’économiser l’énergie mobilisée pour en parler.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Le pêcheur ne doit son chalut qu'à lui-même.
C'est en nageant dans le bonheur que l'on noie son chagrin.
Peut-on vraiment avoir l’étoffe d’un héros en portant des vêtements lâches ?
Il est plus facile d'essuyer une tempête que d'éponger un déficit.

A mourir de rire

On fait beaucoup trop de publicité à la mort. Prenez les célébrités par exemple, leur mort fait beaucoup plus couler d’encre que leur naissance, alors que la naissance est en général plus joyeuse même en cas de césarienne. Franchement elle ne mérite pas toutes ces attentions. Elle n’a jamais fait preuve du moindre savoir-vivre, convoquant ses clients à l’improviste sans se soucier qu’à la même heure certains avaient déjà un rendez-vous médical important. Il faut être clair, la mort se fout totalement de ses clients et de leur santé. Mais c’est souvent le cas quand on a le monopole dans un secteur d’activité.
Reconnaissons-lui au moins une qualité, son indéniable côté égalitaire. Il n’y a pas plus communiste que la mort comme aurait dit Staline qui s’y connaissait en morts. Avec elle, même les riches sont fauchés. Elle ne laisse jamais personne sur le bord du chemin, et c’est heureux quand on voit les déchets qui jonchent déjà les abords des routes.
Autre avantage non négligeable à mettre à son crédit, c’est sa capacité à nous débarrasser des cons et des tortionnaires. S’ils étaient éternels, ce ne serait plus une vie ou alors une vie qui deviendrait vite mortelle. Hormis ces aspects positifs, elle ne peut s’empêcher de nous gâcher un peu l’existence bien avant son terme au point de mettre sur notre route quelques individus tristes à mourir, comme une sorte d’humour noir pour nous inciter sournoisement à mourir de rire.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

La guerre est une peine de mort prononcée par des assassins à l’encontre d’innocents.
Quand on commence à peine on n'est pas au bout de ses peines.
Quand on parle de tempête sans précédent on oublie que le calme précède la tempête.
L'avantage de posséder un humour décapant est que lorsque vous faites un four, au moins il est propre.

Que la guerre nous foute la paix !

La guerre est ce paroxysme de la bêtise humaine qui ne génère que des jours fériés quand on la gagne et des jours d’enfer dans tous les cas. Cette perversion mortelle qui d’une balle perdue vous fait passer du héros médaillé au martyr gravé dans la pierre d’un monument, où des types à noms d’avenues vous envoient au casse-pipe sur des Chemins des Dames qui virent aux impasses pour damnés.
Qu’il s’agisse d’une guerre tribale ou d’une guerre à deux balles avec le voisin du dessus, on ne sait jamais trop pourquoi on la fait mais on n’est sûr qu’elle finira mal. On n’y peut rien, tout comme la tomate est farcie et le train-train est quotidien, l’Homme est belliqueux. S’il n’a pas d’ennemis, il s’en crée sur des motifs dont la source n’est pas près de se tarir. Des lopins de terre, un mot de travers, l’Alsace-Lorraine, des problèmes de foi, des querelles intestines, le hurlement d’une perceuse un dimanche à 8h du matin, tout est bon pour se faire mal même une lutte pour des biens. Il trouvera toujours un prétexte en jugeant que c’est de bonne guerre.
On peut épiloguer encore longtemps sur le sujet, tant que la guerre sera dans nos gènes, elle ne se gênera pas pour qu’il n’y ait guère de paix.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Trop aller au charbon finit par nous donner mauvaise mine.
En France il y a plus de petits revenus que de grands Partis.
Le temps ne s'écoule jamais sans heurts.
Chercher un bon acupuncteur c'est comme chercher une aiguille dans une botte de soins.

Tintin pour l’or noir

L’or noir a toujours fait couler beaucoup d’encre et beaucoup moins de pétroliers qui, à de rares exceptions près dont nos côtes se souviennent, ont plutôt fait couler l’argent à flots.
Depuis qu’au 19ème siècle aux Etats-Unis les derricks ont percé bien avant que Derrick ne devienne une vedette en Europe, il aurait fallu être sot pour ne rien tirer des puits qui ont poussé comme des champignons. La compétition a été rude et l’est toujours, les méthodes utilisées pas toujours raffinées et on est très loin du fuel sentimental dans ce secteur.
Si ce liquide précieux a fait la fortune de quelques-uns, il n’en a pas été de même pour l’automobiliste moyen qui a multiplié les coups de pompe en se rendant dans les stations-services. Faire le plein semble parfois vide de sens quand on a l’impression d’un coup de fusil en décrochant le pistolet. Mais on n’arrête pas le cours de l’Histoire, le cours du baril et les taxes en cours continueront de s’envoler en même temps que les réserves d’hydrocarbures et la patience des conducteurs s’épuiseront. Et bientôt même les pétroliers feront Tintin pour l’or noir.

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Re : Quelques mots d'humour...

Le mariage est cette chose extraordinaire qui de deux personnes intelligentes réussit à faire deux conjoints.
Mieux vaut se faire la belle en pleine mer que rencontrer sa belle-mère en plaine.
C'est l'ascension des cons qui génère des condescendants.
J'ai acheté une causeuse pour meubler le silence.

Manifestement révoltés

- Pourquoi battez-vous le pavé ?
- Pour protester contre ceux qui en tiennent le haut sans regarder en bas
- Je ne peux pas vous jeter la pierre
- Inutile, c’est déjà la fronde
- La fronde d’accord, mais vous n’avez pas l’impression de tourner en rond ?
- C’est le principe de la révolution, et on est loin d’en avoir fait le tour
- Manifestement vous vous révoltez
- La situation est tellement révoltante qu’il faut bien se manifester
- En fait l’Etat fait face à un soulèvement ?
- Quand on vous tire vers le bas, c’est légitime non ?
- Vous n’avez pas peur des retombées ?
- Pas du tout, nous sommes très remontés !
- Et donc vous descendez dans la rue
- ça fait trop longtemps qu’on nous fait marcher !
- Je vous souhaite de ne pas louper la marche (c’est une bonne chute, non ?)

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

645

Re : Quelques mots d'humour...

Il est rare qu'un débat houleux ne fasse pas de vagues.

Caesarem legato alacrem, ille portavit assumpti Brutus.

646

Re : Quelques mots d'humour...

J'aime beaucoup cette interview, Pierre de Jade.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

Re : Quelques mots d'humour...

On sort toujours grandi d'un dépassement de soi.
L’infinitif est un temps qui ne s'accorde avec personne et c'est définitif.
La solution à beaucoup de problèmes c'est l'exercice.
Quand on a du retard à l'allumage il est difficile de brûler d'impatience.

Transports pas communs

- Vous prenez les transports en commun ?
- Tous les jours, oui, mais c’est un lieu commun de dire que ça ne me transporte pas de joie
- Vous ne craignez pas d’être emporté par une marée humaine ?
- Il m’arrive de rester à quai quand le flot est trop fort
- C’est un peu la galère ces flux quotidiens, non ?
- Avec les rames on finit toujours par avancer
- Pourquoi ne pas utiliser votre voiture ?
- Pour faire de l’exercice. ça me permet de garder la ligne
- Visiblement vous êtes sur la bonne voie
- Et pourtant je suis souvent à l’arrêt
- ça ne vous donne pas envie de changer ?
- Si, à République pour descendre à Bonne-Nouvelle
- Vous travaillez près de la station ?
- Pas du tout mais il y en a trop de mauvaises, c’est pour changer un peu
- Vous n’aimez pas le train-train ?
- Je l’ai en horreur mais je n’y peux rien, c’est mon quotidien comme dirait un copain journaliste

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

648

Re : Quelques mots d'humour...

Une colère sourde finit toujours par se faire entendre.
Quand on n'a pas le bras long et que l'on prend les choses par-dessus la jambe, on commence par perdre la main et on finit par perdre pied.
Un non-lieu a toujours tendance à désorienter.
Si vous froissez les gens ne vous étonnez pas que ça les chiffonne.

A vos rixes et périls

-    Est-on toujours obligé de cogner pour se faire entendre ?
-    Quand la porte est fermée, c’est inévitable
-    Mais la violence gratuite n’est jamais payante ?
-    Comme on dit à New Delhi, pas de roupie sans sonner !
-    Vous tendez un peu la baston pour vous faire battre, non ?
-    On ne gagne pas à tous les coups
-    Il faut avoir la foi pour prendre des calottes
-    Quand on a l’habitude de multiplier les pains, c’est plus facile
-    Et du coup vous êtes en jaune et vous ne craignez pas de finir avec des bleus ?
-    Quand on voit rouge on n’a pas peur d’en voir de toutes les couleurs
-    Vous prenez des rixes, les éclats de voix en public mènent aux éclats sur la voie publique
-    L’essentiel est que ça ne se termine pas dans la contusion
-    Et si vous n’obtenez rien de marquant ?
-    On prendra tous un coup sur la tête
-    Vous reconnaissez que les adeptes du Grand Horion ne sont pas tous des bâtisseurs ?
-    Peut-être, mais au pied du mur ils sont toujours remontés

A suivre, pour que l’humour réponde encore et toujours à l’horreur ! wink

Messages [ 626 à 648 sur 648 ]

ABC de la langue française : forums » Jeux de mots... » Quelques mots d'humour...



Généré en 0,295 secondes, 38 requêtes exécutées