Sujet : je soussigné / je soussigne

bonjour , j'ai une petite question à vous poser pourquoi lorsqu'on écrit des lettres on utilise souvent l'expression : je soussigné  au lieu de je soussigne  .je trouve ça bizarre smile d'ailleurs même le correcteur orthographique me signale une faute "imaginaire "lorsque j'écris je soussigne  qui n'est que le verbe "soussigner " conjugué à l'indicatif présent  . Merci d'avance

Re : je soussigné / je soussigne

Le verbe soussigner est défectif et ne s'emploie qu'au participe passé dans la formule : "Je soussigné, Machin Bidule, déclare X" qui signifie "je déclare X et c'est moi qui signe dessous'.

"La douceur est invincible." Marc Aurèle

Re : je soussigné / je soussigne

Soussigné signifie beaucoup plus que « signé dessous », ce terme indique que la personne désignée sous ce «je», c'est-à-dire «moi», a établi un sous-seing privé, un acte qui l'engage formellement.
« Je soussigné » veut dire « Moi, désigné par le sous-seing tel que décrit ci-dessous, je déclare etc. »
Soussigner n'existe en tant que verbe que comme un métonymie pour dire : établir un acte et le certifier en le signant.

Lorsqu'un Français veut donner l'impression qu'un apprenti n'a pas encore assimilé toutes les subtilités de base il imagine ce genre de dialogue :
- Qui d'entre vous maîtrise le français ?
- Je !

4

Re : je soussigné / je soussigne

"Soussigné" n'est plus un verbe mais un simple adjectif, comme "usité". Cet adjectif était autrefois le participe passé d'un verbe "soussigner", souscrire, sorti de l'usage.
Vous noterez que dans les phrases commençant par "je soussigné ...", il y a toujours, un peu plus loin, un verbe qui suit, par exemple "déclare" dans la phrase de Perkele ci-dessus.
L'adjectif "soussigné" s'emploie d'une manière un peu bizarre pour nos oreilles d'aujourd'hui, en apposition directe avec "je", le pronom sujet.
"Je soussigné" veut dire "je, celui qui signe ci-dessous, déclare ..." ou comme on dirait plutôt aujourd'hui "moi, celui qui signe ci-dessous, déclare ..."
Mais il faut noter que « je » est plus régulier que « moi » dans la fonction sujet ; « moi » est, comme on le sait, la forme déclinée au cas oblique de « je », avec un sens datif : la reine donne la pomme à « je » ==> la reine donne la pomme à « moi » (et en pratique, la reine me donne la pomme !) Tout cela pour dire qu’il est logique de commencer la phrase par le sujet « je » et de dire : « je soussigné déclare être sain de corps et d’esprit », ou, en intercalant mes nom et prénom, « je soussigné, Déodat Belzebuth,  déclare être sain de corps et d’esprit » ou encore, s’agissant d’une femme, en accordant : « Je soussignée, Daniella Belzébuth, conteste que mon mari Déodat soit sain de corps et d’esprit ».
Cette construction ne se trouve pas forcément en tête de phrase ni en fonction de sujet, auquel cas on trouve légitimement « moi soussigné » :  « Ce décès a été déclaré à M. l'officier de l'état civil de cette commune, par moi soussigné, conformément à l'article … » ou « Vu par moi , soussigné, maire de la commune de Muscaville , qui certifie le présent bordereau conforme au registre de recette du sieur Belzébuth » ou « Veuillez payer par cette première lettre de change, à l’ordre de moi soussigné , dans Anvers, cent soixante & dix Livres de gros … ».
Comme on sait, « moi » s’emploie légitimement en renforcement du sujet « je » : « moi, je dis que … ». On trouve donc parfois cet emploi : « Moi soussigné, Notaire public des Causes Curiales du Capitole, je fais foi par les présentes que le 7 Oct. 1740. entre mes mains &c. […] » ou « Moi soussigné Déodat Belzébuth je déclare devoir à Mr. X. la somme de cent francs que je m'engage à lui rendre le … ». Dans ces exemples, « moi » est légitime, car il y a bien le sujet « je » exprimé un peu plus loin. Il va sans dire qu’on trouve aussi de nombreux exemples où le sujet « je » est omis, et ces phrases ne sont pas, théoriquement, correctes selon les usages anciens : « Moi soussigné X déclare que … ».
À noter que « soussigné » peut devenir substantif : « Les soussignés déclarent solennellement … »
Enfin, on observera le parallèle absolu entre la construction française et la construction anglaise (éventuellement à la ponctuation près) : « I, undersigned, certify and declare that I have requested order for the honourable Cornelius Jacobsen Stanwyck to pay ... ».

Dernière modification par DB (29-08-2010 08:26:54)

Re : je soussigné / je soussigne

Tout cela est bel et bon. Mais aussi bien Littré que le TLF donnent soussigner comme verbe, sans préciser quoi que ce soit quant à son éventuelle qualité de verbe défectif. C'est un verbe peu commun, certes, mais on en trouve des exemples en littérature (de Calvin et Bossuet à Yann Queffélec et Emmanuel Levinas).

Dernière modification par Pierre Enckell (29-08-2010 08:52:36)

6

Re : je soussigné / je soussigne

« I, undersigned, certify and declare that I have requested order for the honourable Cornelius Jacobsen Stanwyck to pay ... ».
En anglais on écrirait plutôt « I the undersigned certify... ». Il s'agit de l'anglais légal d'où les virgules sont notoirement absentes.

L'escrivaillerie semble estre quelque symptome d'un siecle desbordé

7

Re : je soussigné / je soussigne

Perkele a écrit:

Le verbe soussigner est défectif et ne s'emploie qu'au participe passé dans la formule : "Je soussigné, Machin Bidule, déclare X" qui signifie "je déclare X et c'est moi qui signe dessous'.

DB a écrit:

"Soussigné" n'est plus un verbe mais un simple adjectif, comme "usité". Cet adjectif était autrefois le participe passé d'un verbe "soussigner", souscrire, sorti de l'usage.

Comme vous le dites, l'usage du verbe <soussigner> est aujourd'hui circonscrit à des emplois administratifs et juridiques. Et quasiment limité à une seule forme du paradigme : le participe passé — le plus souvent adjectivé et apposé à un pronom personnel.

Ceci dit le verbe et son paradigme intégral existent encore et il ne tient qu'à l'usage d'en réactiver toutes ou certaines des formes. En ce sens <soussigner> n'est frappé d'aucune défection morphologique, à la différence de <falloir> ou <chaloir> par exemple.

Pour en revenir à <soussigné>, sa syntaxe détonne par comparaison avec les adjectifs "classiques" :
[s]je, très heureux de vous rencontrer, vous propose de...[/s]
je, soussigné Bidule, déclare que...

8

Re : je soussigné / je soussigne

Pierre Enckell a écrit:

Tout cela est bel et bon. Mais aussi bien Littré que le TLF donnent soussigner comme verbe, sans préciser quoi que ce soit quant à son éventuelle qualité de verbe défectif. C'est un verbe peu commun, certes, mais on en trouve des exemples en littérature (de Calvin et Bossuet à Yann Queffélec et Emmanuel Levinas).

Il n'est nullement défectif. Il est simplement sorti d'usage comme je l'écrivais plus haut. C'est la raison pour laquelle tous les dictionnaires usuels, petit Larousse et petit Robert, indiquent simplement l'adjectif, suivant en cela l'évolution de l'Académie qui, en 1835 écrivait :
SOUSSIGNÉ, ÉE. participe du verbe Soussigner, qui n'est point en usage.
et en 1935 :
SOUSSIGNÉ, ÉE.  adj.
Le TLFi note le verbe comme vieux.
Il est évident que si, par archaïsme, affectation, coquetterie ou plaisanterie, on se prend à vouloir l'utiliser, le verbe se conjugue à tous les temps avec la plus grande simplicité.
Du reste, dans les usages modernes, il faudrait voir le contexte. Pour Queffelec, je ne sais à quel passage vous vous référez, mais je trouve ceci : "j'ai bien l'honneur de soussigner comme quoi le cargo vraquier Sanaga s'est échoué sur la plage et comme qui 'dirait dans mon jardin.", où l'on comprend bien qu'il s'agit d'un tour "populo-savant", "soussigner" étant pris dans le sens de certifier. Je crois que chez Levinas, ce sont encore d'autres considérations qui le poussent à utiliser le verbe.

Re : je soussigné / je soussigne

DB a écrit:

Du reste, dans les usages modernes, il faudrait voir le contexte. Pour Queffelec, je ne sais à quel passage vous vous référez, mais je trouve ceci : "j'ai bien l'honneur de soussigner comme quoi le cargo vraquier Sanaga s'est échoué sur la plage et comme qui 'dirait dans mon jardin.", où l'on comprend bien qu'il s'agit d'un tour "populo-savant", "soussigner" étant pris dans le sens de certifier. Je crois que chez Levinas, ce sont encore d'autres considérations qui le poussent à utiliser le verbe.

Bien entendu. Mais s'il est sorti de l'usage, le verbe peut aussi y rentrer par une voie détournée, populo-savante ou philosophico-abstraite. Je voulais seulement dire qu'il est un peu prématuré de l'enterrer.
(Ma remarque sur le verbe défectif se rapportait à l'intervention de Perkele.)

10

Re : je soussigné / je soussigne

trevor a écrit:

« I, undersigned, certify and declare that I have requested order for the honourable Cornelius Jacobsen Stanwyck to pay ... ».
En anglais on écrirait plutôt « I the undersigned certify... ». Il s'agit de l'anglais légal d'où les virgules sont notoirement absentes.

Aujourd'hui absolument. Mais l'usage de l'article a été moins strict et on trouve de nombreux exemples, dans les siècles précédents, de "I, undersigned, ..." Le lambeau de phrase donné plus haut  est d'un document signé par Peter Stuyvesant en 1655 !

11

Re : je soussigné / je soussigne

Pierre Enckell a écrit:

Bien entendu. Mais s'il est sorti de l'usage, le verbe peut aussi y rentrer par une voie détournée, populo-savante ou philosophico-abstraite. Je voulais seulement dire qu'il est un peu prématuré de l'enterrer.

Dieu merci, chacun est libre de créer des mots ou de ressusciter des mo(r)ts. Mais il est normal que les greffiers de l'usage fassent leur boulot !

12

Re : je soussigné / je soussigne

Bonjour,

YOOMI  se demande simplement pourquoi on écrit "je ,soussigné," au lieu de"je soussigne".
Si elle souhaite utiliser la 2ème formule elle peut commencer son attestation par les mots : "Moi, YOOMI, je soussigne que..."
Si elle écrit : "Je, soussignée, YOOMI, .... atteste que...".
Il m'est arrivé de rédiger des certificats ou des attestations lorsque j'étais en activité commençant par : "Nous, UNTEL, Maire de la commune de..., soussignons que ce jour , ...,   avons fait le constat suivant :..."

13

Re : je soussigné / je soussigne

Bonjour. Faut-il écrire "je soussigné" ou "je, soussigné..." ?

Il me semble que le verbe qui se conjugue avec "je" est "déclare" ou "atteste" en fonction de la déclaration que l'on a à écrire.

Pour le reste, je n'ai pas de réponse. Pourriez-vous m'éclairer sur le sujet?

En vous remerciant.

14

Re : je soussigné / je soussigne

GREGOIRE a écrit:

Bonjour. Faut-il écrire "je soussigné" ou "je, soussigné..." ?

Il me semble que le standard est plutôt : "je soussigné, X. Y., déclare que ...".

Il me semble que le verbe qui se conjugue avec "je" est "déclare" ou "atteste" en fonction de la déclaration que l'on a à écrire.

Oui.

15

Re : je soussigné / je soussigne

Pour la pratique, selon Girodet : accord avec le sujet et pas de virgule entre le pronom et soussigné ni entre soussigné et le verbe, sauf dans le cas où on intercale un nom ou une fonction.
Donc :
Je soussignée, Natacha, certifie ....
Nous soussignés, Victor, Pierre et Martin, déclarons ...
Je soussigné, avocat au barreau de Paris, ...
Nous soussignés reconnaissons ...

Abordé également ici : http://www.languefrancaise.net/forum/vi … 3108#p3108