1

Sujet : La Proviseure ou la Proviseur

Bonjour,

Depuis quelques temps, je me pose toujours la même question concernant le proviseur de mon école. Le problème c'est que c'est une femme, assez gentille d'ailleurs...
Bon enfin bref, j'aimerais savoir si je dois écrire, lors des lettres adressées à elle, Mme le Proviseur, Mme la Proviseure, Mme la Proviseur ou encore autre chose ...
Cela me ferais grand plaisir de connaitre la bonne orthographe.

Dans l'attente de votre décision, je vous présente mes sincères salutations.

Hugo

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Utilisez le titre qu'elle se donne dans les documents qu'elle signe... Il n'y a pas de règle, seulement des recommandations.
Si elle se veut proviseure vous la vexerez en lui donnant du proviseur, si elle se veut proviseur, vous la vexerez en écrivant proviseure.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

3

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Surtout, évitez "Mme la Provisoire" !

Re : La Proviseure ou la Proviseur

P'tit prof a écrit:

Utilisez le titre qu'elle se donne dans les documents qu'elle signe

Faire attention quand même qu'elle ne fasse pas comme Mariette, l'héroïne du Matrimoine d'Hervé Bazin, qui, emportée par l'habitude, finit par signer « Maman » sur tous les documents, même les plus officiels.

5

Re : La Proviseure ou la Proviseur

<Madame le Proviseur> ? 24 %
<Madame le Proviseure> ? 0,25
<Madame la Proviseur> ? 75 %
<Madame la Proviseure> ? 1,80 
<Madame la Proviseuse> ? 0,30
total occurrences : 356.000

<Mme le Proviseur> ? 1,6 %
<Mme le Proviseure> ? 0,20
<Mme la Proviseur> ? 38 %
<Mme la Proviseure> ? 60 %
<Mme la Proviseuse> ? 0,07
total occurrences : 59.000


NB : la graphie <proviseure> ne respecte pas la phonographie française méridionale où le <e> final postconsonantique doit transcrire un phonème — et non une absence de phonème.

Re : La Proviseure ou la Proviseur

greg a écrit:

<Mme la Proviseure> ? 60 %

NB : la graphie <proviseure> ne respecte pas la phonographie française méridionale où le <e> final postconsonantique doit ??  transcrire un phonème — et non une absence de phonème.

Décidément.

7

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Règle numéro 1 :

P'tit prof a écrit:

Utilisez le titre qu'elle se donne dans les documents qu'elle signe... Il n'y a pas de règle, seulement des recommandations.
Si elle se veut proviseure vous la vexerez en lui donnant du proviseur, si elle se veut proviseur, vous la vexerez en écrivant proviseure.

Règle numéro 2 :
Appliquer la règle numéro 1 ; en cas d'impossibilité, passer à la règle numéro 3

Règle numéro 3 :
Choisir parmi les trois possibilités suivantes, si le proviseur est une femme :
a-Madame le proviseur ;
b-Madame la proviseur ;
c-Madame la proviseure.

La troisième possibilité c- étant la moins bonne (cf. la remarque en bas de page), il est conseillé de préférer l'un des deux autres. Et de ne pas abréger Madame en Mme.

Re : La Proviseure ou la Proviseur

http://englishonline-reverso.typepad.com/mon_weblog/images/2008/04/26/old_spinster.png

Mademoiselle la Proviseure, s'il vous plait !

« Jeunesse, folies. Vieillesse, douleurs ». Proverbe rom.

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Mademoiselle, c'est pour les comédiennes et les couturières.
Les femmes qui détiennent une part d'autorité sont Madame, y compris les supérieures de couvent.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

10

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Hugo744 a écrit:

Bonjour,

Depuis quelques temps, je me pose toujours la même question concernant le proviseur de mon école. Le problème c'est que c'est une femme, assez gentille d'ailleurs...
Bon enfin bref, j'aimerais savoir si je dois écrire, lors des lettres adressées à elle, Mme le Proviseur, Mme la Proviseure, Mme la Proviseur ou encore autre chose ...
Cela me ferais grand plaisir de connaitre la bonne orthographe.

Dans l'attente de votre décision, je vous présente mes sincères salutations.

Hugo

Pour ma part, j'écrirais "Madame,".

"La douceur est invincible." Marc Aurèle

Re : La Proviseure ou la Proviseur

P'tit prof a écrit:

Mademoiselle, c'est pour les comédiennes et les couturières.
Les femmes qui détiennent une part d'autorité sont Madame, y compris les supérieures de couvent.

Tiens donc !  wink

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782857049098.jpg

« Jeunesse, folies. Vieillesse, douleurs ». Proverbe rom.

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Cela, c'est le protocole dans la famille royale : le frère du Roi est Monsieur, son épouse est Madame, leur fille est Mademoiselle.
La fille aînée du Roi est Madame, ses sœurs cadettes Madame avec prénom : Madame, Madame Adélaïde, Madame Sophie...

Hors famille royale, on dit traditionnellement Mademoiselle aux comédiennes : Mademoiselle Georges, Mademoiselle Mars... Lorsqu'elles ont de la bouteille et de l'autorité, on passe à Madame : Madame Dussane.
Gabrielle Chanel, Coco pour les intimes, était Mademoiselle dans sa maison de couture.

Saluant Marie-Noël, le général de Gaulle lui donna du Madame : son œuvre (et son âge...) le justifiaient amplement.

Bref, un métier respectable (ce que n'étaient pas la scène ou la couture), de l'autorité et quelques lustres vous conduisent tout droit à Madame.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

Re : La Proviseure ou la Proviseur

P'tit prof a écrit:

Bref, un métier respectable (ce que n'étaient pas la scène ou la couture), de l'autorité et quelques lustres vous conduisent tout droit à Madame.

Nooon ! je n'ai pas le cœur de dévoiler ici ce que l'anglais a fait de ce joli mot français yikes

« Jeunesse, folies. Vieillesse, douleurs ». Proverbe rom.

14

Re : La Proviseure ou la Proviseur

En français également, Madame (ou maman, et d'autres), désigne la patronne du bordel. C'est même dans le téèlaifehi. 1836 d'après Esnault.

Re : La Proviseure ou la Proviseur

gb a écrit:

En français également, Madame (ou maman, et d'autres), désigne la patronne du bordel. C'est même dans le téèlaifehi. 1836 d'après Esnault.

Les Japonais l'ayant emprunté aux matelots de l'US Navy,  cela donne, après transformation locale : mama-san, vocable, il faut en convenir, assez éloigné de la cour de Louis XIV et de la bienséance épistolaire envers madame la Proviseure.

http://z.about.com/d/gameshows/1/0/B/B/-/-/isajgs2mamasan.jpg

« Jeunesse, folies. Vieillesse, douleurs ». Proverbe rom.

16

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Salut, Greg,

NB : la graphie <proviseure> ne respecte pas la phonographie française méridionale où le <e> final postconsonantique doit transcrire un phonème — et non une absence de phonème.

Que dire alors de la Supérieure d'un couvent ?

Verbum

Dernière modification par Verbum (04-10-2009 02:56:06)

In principio erat Verbum

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Greg nous ouvre d'intéressantes perspectives avec son absence de phonème : si, pour lui, le E de proviseurE est un absent, à quoi bon l'écrire ?
Il renverse d'une pichenette le raisonnement selon lequel il faut féminiser les noms des fonctions exercées par des femmes : si cette féminisation est clandestine, qu'on nous fiche la paix !

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

18

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Verbum a écrit:

Que dire alors de la Supérieure d'un couvent ?

Verbum

Supérieur (superior) est un comparatif et en tant que tel se féminise comme meilleur, prieur (prior = premier), antérieur, postérieur, majeur, mineur, inférieur

Dernière modification par Perkele (04-10-2009 16:48:31)

"La douceur est invincible." Marc Aurèle

19

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Salut Perkele,

Supérieur (superior) est un comparatif et en tant que tel se féminise comme meilleur, prieur (prior = premier), antérieur, postérieur, majeur, mineur, inférieur

Eh bien, comme disent les pages roses : Se non è vero è ben trovato !

D'autre part, j'ai de la difficulté à accepter que la langue d'oïl se conforme aux normes de la langue d'oc. 

Verbum

In principio erat Verbum

Re : La Proviseure ou la Proviseur

Superior est un adjectif latin,  le comparatif de superus, et supérieur est un adjectif qualificatif français, qui prend le e de féminin depuis la nuit des temps.

La question porte sur ce E postiche, cette lettre infamante bien que non écarlate, que l'on accroche à certains termes pour indiquer que la personne qui remplit la fonction n'est pas un homo comme les autres, mais la variété femelle.
De deux choses l'une, ou le féminin existe déjà : une supérieure, une prieure, une directrice, une inspectrice, ou il n'existe pas.
Quand il n'existe pas, on le fabrique, dans un double défi à la simple courtoisie (c'est pas un vrai proviseur, c'est une meuffe !) et aux habitudes de la langue.

Le féminin des termes en -eur est en -eresse : Diane chasseresse, une main vengeresse, une demanderesse plaide contre une défenderesse, et, donc, on devrait faire superviser les professoresses par une provisoresse.
(Il existe également une formation en -euse, pour les anciens masculins en -eux.)

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

21

Re : La Proviseure ou la Proviseur

P'tit prof a écrit:

La question porte sur ce E postiche, cette lettre infamante bien que non écarlate, que l'on accroche à certains termes pour indiquer que la personne qui remplit la fonction n'est pas un homo comme les autres, mais la variété femelle.
De deux choses l'une, ou le féminin existe déjà : une supérieure, une prieure, une directrice, une inspectrice, ou il n'existe pas.
Quand il n'existe pas, on le fabrique, dans un double défi à la simple courtoisie (c'est pas un vrai proviseur, c'est une meuffe !) et aux habitudes de la langue.

Absolument ! D'autant que le masculin morphologique <le proviseur> est un neutre sémantique. Si on instaure le féminin sémantique en plus du neutre sémantique, la parité exigerait qu'on crée également un masculin sémantique. Or si le féminin sémantique peut être matérialisé par un des féminins morphologiques ad hoc, <la provisoresse>, <la proviseuse>, <la proviseur>, <la proviseure> etc, comment va-ton faire pour le masculin sémantique ? Le masculin morphologique est déjà utilisé pour le neutre sémantique.


Verbum a écrit:

Salut, Greg,

NB : la graphie <proviseure> ne respecte pas la phonographie française méridionale où le <e> final postconsonantique doit transcrire un phonème — et non une absence de phonème.

Que dire alors de la Supérieure d'un couvent ?

Salut Verbum !

Eh bien on peut dire de <supérieure> qu'il est la transcription de /sy·pe·?jœ·??/, lequel est réalisé [sy·pe·?jœ·??] en méridional et [sy·pe·?jœ?] en septentrional. À la différence de <supérieur> : /sy·pe·?jœ?/ ? Méri [sy·pe·?jœ?] et Sept [sy·pe·?jœ?].

La situation est différente avec <proviseur>/<proviseure> puisqu'il ne s'agit pas là d'un adjectif passible d'un marquage du genre : nous avons au contraire un substantif de morphologie fixe (écrite et orale), en l'occurrence historiquement masculine, dont on sait avec certitude que plusieurs variantes morphologiques féminines ont été récemment crées pour ce qui concerne le code graphique. Les répercussions de ces innovations graphiques sur la phonologie des contreparties orales doivent être envisagées pour les deux grands types phonologiques de France.

Pour le type septentrional, l'impact oral de la création <proviseure> risque fort d'être nul puisqu'il existe déjà des mots distingués à l'écrit mais épicènes à l'oral : <supérieur> et <supérieure> sont homophones.

En revanche <supérieur> et <supérieure> sont hétérophones dans le type méridional. Cela signifie que <proviseure> doit être prononcé [p?o·vi·zœ·??] en méridional pour pouvoir être intégré dans le système phonologique antérieur à l'innovation graphique. Par conséquent c'est une fois qu'il sera établi que le mot [p?o·vi·zœ·??] existe en méridional qu'on pourra ensuite dire que <proviseure> en est la transcription. Si on constate au contraire que [p?o·vi·zœ·??] n'est pas parvenu à supplanter [p?o·vi·zœ?] pour les emplois sémantiquement féminins, il faudra en tirer la conclusion logique : [p?o·vi·zœ?] est demeuré épicène (ou neutre) et la graphie <proviseure> n'a aucune justification phonologique. Une épreuve simple et concluante consisterait à relever les fréquences respectives de [la·p?o·vi·zœ?] et [la·p?o·vi·zœ·??] (chose impossible à réaliser avec le type septentrional qui ne connaît que [la·p?o·vi·zœ?] pour toutes les orthographes).


Verbum a écrit:

D'autre part, j'ai de la difficulté à accepter que la langue d'oïl se conforme aux normes de la langue d'oc.

Je suppose que tu fais référence au <e> graphique final et postconsonantique.

Le choix entre <la proviseur> et <la proviseure> ne dépend pas de la phonologie des langues d'Oc. Il dépend, pour ce qui concerne la France, et en première approximation, des deux grand types phonologiques du français de France : le type de l'Hémifrance septentrionale et le type de l'Hémifrance méridionale.

En Hémifrance septentrionale, le choix entre les graphies <la proviseur> et <la proviseure> est indifférent (hors sémantisme ? voir plus haut la réponse à P'tit prof) puisque les deux graphies se réduisent à une prononciation unique.

En Hémifrance méridionale, le choix d'écrire <la proviseur> plutôt que <la proviseure> se doit d'être compatible avec l'absence ou la présence du [?] final postconsonantique. Si le français de type méridional (qui n'est pas une langue d'Oc et dont la graphie n'est pas davantage occitane) se range à [la·p?o·vi·zœ?], alors ce sera <la proviseur>. Dans le cas contraire, ce sera <la proviseure>.

Donc ce n'est pas "la" langue d'Oc qui impose ses normes à "la" langue d'Oïl. C'est la graphie fédératrice du français (sur la question du <e> postconsonantique final) qui nécessite de prendre en compte les situations où la variabilité est susceptible d'être la plus grande (ici le type méridional du français, langue d'Oïl, même en Provence).

Dernière modification par greg (05-10-2009 01:43:48)

Re : La Proviseure ou la Proviseur

greg a écrit:

<Madame le Proviseur> ? 24 %
<Madame le Proviseure> ? 0,25
<Madame la Proviseur> ? 75 %
<Madame la Proviseure> ? 1,80 
<Madame la Proviseuse> ? 0,30
total occurrences : 356.000

<Mme le Proviseur> ? 1,6 %
<Mme le Proviseure> ? 0,20
<Mme la Proviseur> ? 38 %
<Mme la Proviseure> ? 60 %
<Mme la Proviseuse> ? 0,07
total occurrences : 59.000

Comme quoi on trouve tout chez Google : Madame le Proviseure à 0,25 % ! Mme la Proviseuse à 0,07 % ! Je suis certain qu'en cherchant bien on trouverait
0,001 % de Mame le Provizeureux.

Quant à la question Madame ou Mme, elle relève de la typographie et non de l'orthographe. On écrit M. le Professeur ou Mme le (ou la) Maire quand on parle des personnes, Madame ou Monsieur dans les suscriptions et les formules de politesse. Enfin, dans un récit, un personnage s'adressera à un autre en disant, par exemple : « Bonjour, madame la Directrice », « Veuillez observer, monsieur le Président » (selon le Code typographique du Syndicat des cadres et techniciens du Livre).

Dernière modification par Coco 47 bis (05-10-2009 05:23:24)