1

Sujet : tenir informé

en cours d'expression écrite pour la préparation d' un concours, ma prof nous a expliqué que l'expression "tenir informé"  n'est pas française...peut-on me le confirmer?
Merci.
MM

2

Re : tenir informé

Si votre prof vous a "expliqué" la chose, j'aimerais bien connaître son explication. Le TLFi relève "être tenu informé", sans la moindre critique, dans une liste de syntagmes courants s.v. TENIR.
Il s'agit apparemment d'un préjugé personnel à l'égard de cette expression. Votre prof trouve-t-il (elle) que "tenir au courant" n'est pas français non plus?

3

Re : tenir informé

Merci pour votre réponse.

Elle nous a fourni une liste de phrases comportant certaines erreurs ( selon elle apparemment), et notamment celle-ci : "Suite à votre réclamation, je vous tiendrai informé de la suite qu'il convient de donner à cette affaire"
Pour elle, on ne tient pas informé, on informe, par contre "tenir au courant" est correct.

Elle est dans la communication et aurait participé à quelques spots "consomag". Mais est-ce suffisant pour lui accorder une confiance totale...

4

Re : tenir informé

Bien évidemment, si une prof ne veut pas qu'on utilise telle ou telle façon de parler, il vaut mieux ne pas l'utiliser dans la copie qu'on lui rend.
Mais son opinion n'a pas valeur universelle, en particulier quand il s'agit d'une expression parfaitement courante en français. Dire que celle-ci n'est "pas française" est assez absurde. Que serait-elle alors, papoue?
(N.B. S'il y a un Papou sur ce forum, je le supplie de ne pas se fâcher.)

5

Re : tenir informé

Demande-lui d'argumenter, ou d'où elle tient que «tenir informé» «n'est pas français». S'il n'y a pas de raison qui tienne, alors c'est de l'arbitraire.
Vu de loin, on peut imaginer que c'est une idée qu'elle a pêchée dans un des innombrables recueils de fautes et de difficultés, peut-être Hanse-Blampain qui écrivent, sans argumenter : «Plutôt que: Je ne manquerai pas de vous tenir informé, on dira: Je ne manquerai pas de vous tenir au courant».

Et attention : si ta prof est plus royaliste que le roi, elle pourrait aussi ne pas agréer «par contre» contre lequel on ne compte plus les critiques...

Re : tenir informé

Il me semble qu'on se tient informé, tournure pronominale, et qu'on informe les autres.
De même, on se tient au courant, et on met les autres au courant.

La phrase suivante

"Suite à votre réclamation, je vous tiendrai informé de la suite qu'il convient de donner à cette affaire"

pèche à  mes yeux par suite à, que d'aucuns puristes récusent.

La bonne formule, selon moi :
En suite de votre réclamation, je vous informerai des suites qu'il convient de donner à cette affaire.
ou :
Je prends bonne note de votre réclamation et vous informerai des suites qu'il convient de donner à cette affaire...

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

7

Re : tenir informé

"Tenir quelqu'un au courant" est attesté selon le TLFi, entre autres :

- par Chateaubriand (s.v. MANDER)
- par Proust (s.v. PROXENETE).

S'ils ont tort, je veux bien avoir tort avec eux.

Re : tenir informé

J'avais dit il me semble, mon intuition m'a trompé, pas la peine de sortir l'artillerie lourde !

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

9

Re : tenir informé

Si je vous ai vexé, P'tit prof, j'en suis désolé. Ce n'était pas du tout mon intention.