Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

(Page 2 sur 6)

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » La terre est bleue comme une orange

Flux RSS du sujet

Messages [ 26 à 50 sur 136 ]

Re : La terre est bleue comme une orange

Lidell-Scott comme Bailly,  datent du XIXe siècle, le premier du milieu, le second de la fin. Chantraine est plus récent et a pu être mieux renseigné  que ses prédécesseurs.  Mais tout cela reste incertain.

27

Re : La terre est bleue comme une orange

glop a écrit:

Il semble que dans l’acception actuel de l’adjectif, ce soit la notion d’étrangeté qui perdure au dépend de la couleur elle-même.

Je pense que vous avez raison. 

J'ai déjà écrit sur l'autre fil de discussion sur l'erreur de Saussure ce que l'inconscient français entend par ''gl''

Ce ''codon''  bi-consonnantique est un schémème dynamique, c'est à dire qu'il est relié à la notion  de '' glisser'' et à celle de fondre dans toutes les acceptions de ce terme même celle de fondre sur (glaive, aigle, sanglier) ou de lignes qui fusionnent (angle)  Il est rattaché et peut-être même né d'une onomatopée proche du ''glagla'' actuel suscitée par la perception d'un froid intense qui donne des tremblement de glotte et d'appendice glossal (langue). La sensation de froid est aussi éprouvée par la fonte d'un glaçon qui glisse dans la bouche.

Alors le transfert de sens au champ visuel, la couleur glauque, évoque sans doute une certaine froideur (un regard froid) et une certaine confusion de couleurs : est-ce le vert de la surface d'un lac glacé ?   Je ne suis pas certain qu'il n'il n'y ait pas certaines inversions bl / gl entre le français et les langues anglo-saxonnes ?

28

Re : La terre est bleue comme une orange

Certes, mais le sens des mots n'est pas donné hors de tout contexte. Parfois, on ne peut pas trancher entre la brillance et la couleur, parfois si.

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

29 Dernière modification par chrisor (09-02-2018 20:32:18)

Re : La terre est bleue comme une orange

jacquesvaissier a écrit:

Certes, mais le sens des mots n'est pas donné hors de tout contexte. Parfois, on ne peut pas trancher entre la brillance et la couleur, parfois si.

C'est pour cela que la notion éblouissante évoquée par bl en français est peut-être exprimée par gl en allemand ou en anglais .

La brillance c'est Glanz en allemand et gloss en anglais.  Suis-je glauque ?

30 Dernière modification par vh (09-02-2018 20:49:50)

Re : La terre est bleue comme une orange

chrisor a écrit:

C'est pour cela que la notion éblouissante évoquée par bl en français est peut-être exprimée par gl en allemand ou en anglais .
La brillance c'est Glanz en allemand et gloss en anglais.  Suis-je glauque ?

...ou  gloomy ?
angl. gloom : obscurité
v. m. all. glum : trouble (eau)
norv. dialect. glome : regarder sombrement
v. angl.  glomung : crépuscule (disparition de la lumiere du jour).

31 Dernière modification par chrisor (10-02-2018 08:52:44)

Re : La terre est bleue comme une orange

vh a écrit:
chrisor a écrit:

C'est pour cela que la notion éblouissante évoquée par bl en français est peut-être exprimée par gl en allemand ou en anglais .
La brillance c'est Glanz en allemand et gloss en anglais.  Suis-je glauque ?

...ou  gloomy ?
angl. gloom : obscurité
v. m. all. glum : trouble (eau)
norv. dialect. glome : regarder sombrement
v. angl.  glomung : crépuscule (disparition de la lumiere du jour).

Les langues ont été sélectionnées pour leur capacité d'alarme et d'alerte favorisant la survie du groupe pour fuir les dangers qui le menaçaient. 
Or l'un des sens de cette séquence ''om'' est attaché à la notion de transformation et le second m'échappe (?)

Comme maintes de ces unités que je qualifie ''codons'' sont ambivalents tel bl français = éblouissant/ aveuglement, votre remarque pertinente me pousse à imaginer que cette transformation peut soit créer ou détruire. Peut-être m'avez vous placé sur la bonne piste ?   Vos exemples pourraient (et j'use sciemment du conditionnel) exprimer la transformation destructrice de l'éclat lumineux, de la brillance (gl).  L'anglais home serait ainsi  une transformation pour détruire l'hostilité du milieu que la langue française reprend dans une notion voisine, celle du ''ch" qui coupe l'hostilité du milieu (pour l'un de ses deux sens): chez soi, chaumière, chalet, chapelle, chateau, et nombre de vêtements du chapeau aux chaussons en passant par les chaussettes, les chausses, la chemise, le châle, une domestication par coupure de l'hostilité du milieu qui a permis d'inscrire cette notion dans un grand nombre d'objets objets domestiques et animaux domestiqués (chat, chien, cheval, chèvre, cochon, vache, chameau...).  L'homme français pourrait être la personne m qui transforme et fait disparaître om  l'hostilité du milieu  h qui peut concerner le froid (un des 3 sens de h) par exemple dans cheminée et chaleur.

Le mot est un rébus  qui comme tout rébus demande un décryptage de ses  unités ( juxtaposées  de la droite vers la gauche  pour les mots avec une syntaxe succincte (a, c, n, e). J'ai eu beaucoup de mal à discerner le sens de froid pour h (hiver) car l'anglais initie hot par h. Mais ce mot est un rébus qui doit s'entendre comme ''ôter le froid'' tout comme le français rot : ôter l'air et sot:  ôter le savoir.


En terminant ce message je me rends compte de votre pseudo  ''vh'' que je lis positivement comme ''l'hostilité vidée'' ou comme les initiales d'un prof de sanskrit contemporain de Saussure  mais  beaucoup plus perspicace, un certain Victor Henry qui a facilement découvert les jeux de la glossolalie sanskritoïde d'une certaine Melle Smith qui déroutait complètement Saussure !

32 Dernière modification par vh (10-02-2018 00:36:50)

Re : La terre est bleue comme une orange

.

33 Dernière modification par chrisor (10-02-2018 08:49:40)

Re : La terre est bleue comme une orange

P'tit prof a écrit:

Ce n'est pas une métaphore, c'est une comparaison.
La notion d'absurdité est assez étrangère à la poésie.

Je ne suis pas en accord avec votre pensée de ''fesseur'' professionnel (sourire !), mais p'tit il est vrai !

La terre est ronde comme une orange est  pour moi une comparaison.

La terre est bleue comme une orange est une métaphore qui ne correspond pas à la réalité apparente de comparaison de ces deux couleurs.  La terre n'est pas bleue sauf si on l'observe à l'extérieur de la couche d'ozone qui absorbe l'orange. Le ciel est bleu s'il n'y a pas de nuages qui masquent cette couche d'ozone et en capte sa lumière réfléchie. Mais la terre de notre sol où nous posons nos pieds et plantons nos choux  absorbe les rayonnements bleus et présente des variations colorées qui passent  du brun noir au rouge jusqu'au jaune ocre.   Dire que la terre est bleue comme l'orange est une vision réfléchie que l'on appelle surréelle, c'est une métaphore qui transporte le sens d'une couleur apparente à une couleur réelle de la matière. Jamais une erreur les mots ne mentent pas, ce sont les hommes qui  n'absorbent que la superficialité de leur reflet. Nous ne sommes pas loin du ''mythe'' de la caverne de Platon.

Serait-ce juste la présence de ce ''comme'' qui explique votre terme de ''comparaison'' ?

34

Re : La terre est bleue comme une orange

Tout à fait d'accord avec Chrisor : la terre est bleue comme une orange est une métaphore. Il y a superposition, fusion, entre la couleur de la terre et celle de l'orange. L'outil de comparaison est présent mais ne lie pas complètement comparant et comparé.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

35 Dernière modification par chrisor (10-02-2018 11:16:18)

Re : La terre est bleue comme une orange

Ylou a écrit:

Tout à fait d'accord avec Chrisor : la terre est bleue comme une orange est une métaphore. Il y a superposition, fusion, entre la couleur de la terre et celle de l'orange. L'outil de comparaison est présent mais ne lie pas complètement comparant et comparé.

Je sollicite les compétences grecques de jacquesvaissierpour qu'il m'explique ce que ''phore'' exprime exactement: juste la notion de "porter"?  Le doryphore, un mot plus beaucoup plus joli que ''bête à patate'',  est un coléoptère qui porte la couleur dorée. Sa formation avec phore et doré confirme bien que les mots sont construits de la droite vers la gauche. Et je remarque que le codon ''yph''  qui résonne avec ''if'' de pointe nous présente la lance du Doryphore, un soldat armé d'une lance dans l'Antiquité. C'était aussi le nom donné par les français aux envahisseurs allemands durant la dernière guerre : serait-ce que l'inconscient collectif du peuple pensait encore aux casques à pointe des envahisseurs prussiens ? C'est ce que l'inconscient dévoile!

36

Re : La terre est bleue comme une orange

Non ! Formellement c'est une comparaison. L'image surréaliste n'est pas une fusion ou une transmutation : il  faut laisser cela aux Romantiques ou à Baudelaire, c'est une juxtaposition.

Dans une métaphore (à l'exception de l'identification métaphorique, si fréquente chez Hugo), vous n'avez plus de comparé.

Comparaison : La Terre est bleue comme une orange.
Métaphore : Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige (Baudelaire) (le sang = les nuages du couchant)
Identification métaphorique : La Seine, ce gros égout... (Hugo)

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

37

Re : La terre est bleue comme une orange

Bon.

Avec nos pensées nous créons le monde. Bouddha

38 Dernière modification par chrisor (10-02-2018 11:34:03)

Re : La terre est bleue comme une orange

Ylou a écrit:

Bon.

Non  ! Une métaphore est un transport de sens et passer du bleu à l'orange ne repose pas sur une comparaison mais sur un transfert du sens d'une  couleur à une autre, qui est sa couleur complémentaire.  Et cette métaphore repose sur le passage analogique de bl à or, de l'éblouissement à la lumière et réciproquement. C'est une métaphore masquée à la conscience.

jacquesvaissier n'a pas répondu à ma question antérieure sur ce que les grecs entendaient par ''phone'' qui signifie porter   mais dans quel sens ?.

39

Re : La terre est bleue comme une orange

On ne passe pas du bleu à l'orange : bleu n'est pas un élément de la comparaison, mais le point commun qui la justifie. Si vous dites qu'on passe du bleu à l'orange, vous affaiblissez (vous tuez) l'image.
La Terre, comme l'orange, sont bleues. Point.

C'est peut-être pas comme cela dans la "vie réelle", mais ça l'est dans la "vraie vie" (A. Breton)

Je m'en tiens à la forme, sans interpréter.

Les études littéraires ont besoin de rigueur.

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

40 Dernière modification par chrisor (10-02-2018 14:40:08)

Re : La terre est bleue comme une orange

jacquesvaissier a écrit:

On ne passe pas du bleu à l'orange

Les études littéraires ont besoin de rigueur.

Oui certes encore faut-il que cette Rigueur repose sur le Roc de la Raison.
En France et dans de nombreux pays quand les feux passent de l'orange au rouge, il est raisonnable de s'arrêter.

La raison de votre langage vous a enseigné que c'est par pur arbitraire que ces couleurs ont été choisies, non  ?

Or, si vous vous souvenez de l'autre fil de discussion sur l'erreur de Saussure ,le codon or possède deux sens et c'est la Règle d'Or que notre inconscient nous dicte : lumière/limite. Nous avons ''choisi'' la couleur orange parce que la langue de l'inconscient l'entend comme (passage à ou dans la limite). Et pour le rouge il est question d'éloignement avec ''ug(e)'', un éloignement de Dieu que le Mythe du Déluge dénonce. Les études littéraires sont parfois de la litté - rature. Acceptez le R de la Raison pas le r de la rigidité qui ne range pas forcément avec Rigueur ce que la Lumière nous Enseigne ! Les trois sens de r dans la langue de l'inconscient sont : violence, répétition et rigidité. Ne laissez pas la rigueur de l'hiver paralyser votre Esprit qui a le droit d'entendre autrement ce que l'on vous a appris par répétition en vous menaçant d'une certaine violence, cher Jacques Vaissier. Votre je n'est pas qu'un petit je sujet de ses maîtres, il peut être un grand '''Je'' qui vous voue à ''n'être'' que ''Soi'' ou qu'Un !

41

Re : La terre est bleue comme une orange

Mais vous pouvez dire tout ce que vous voulez, élucubrer les plus profondes théories, vous masturber avec des concepts jetés devant nous comme des pièces de Mikado, vous ne ferez jamais que le vers d'Éluard ne comporte pas de comparaison.

Ou alors, écrivez des poèmes ou de la littérature ésotérique, fondez la "secte des condons", mais ne vous prenez pas pour un nouveau théoricien de la linguistique ou de la "grammaire textuelle" puisque vos appétences - mais non vos compétences - s'étendent jusque là.

Ne laissez pas la rigueur de l'hiver paralyser votre Esprit qui a le droit d'entendre autrement ce que l'on vous a appris par répétition en vous menaçant d'une certaine violence, cher Jacques Vaissier.

Et ne vous prenez pas non plus pour mon mentor. On ne m'a rien appris par répétition, j'étais plutôt rebelle à l'enseignement (sans violence déclarée pour autant), et je suis très largement autodidacte.

J'aime la liberté et vous voulez m'embrigader. Vous finirez par me faire perdre mon sens de l'humour.

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

42 Dernière modification par chrisor (10-02-2018 16:25:58)

Re : La terre est bleue comme une orange

Jacques Vaissier a écrit:

. J'aime la liberté et vous voulez m'embrigader. Vous finirez par me faire perdre mon sens de l'humour.

Ce serait dommage et sur ce forum Pierre de Jade est remarquable. Aucune intention de vous embrigader mais au contraire de vous libérer !

Je voulais simplement vous dire qu'une définition, comme un mot peut évoluer avec le temps. Comparaison n'est pas raison et Eluard nous entraîne dans un monde qui échappe a priori à notre raison consciente.
La terre est bleue comme une orange est bleue ....  est une conception surréaliste qu'on peut entendre comme un point de vue au dessus de la réalité apparente des choses.

Je reprends votre citation : C'est peut-être pas comme cela dans la "vie réelle", mais ça l'est dans la "vraie vie" (A. Breton). Pour Breton la vérité l'emporte sur la réalité. Mais quelle vérité ?

Pour vous c'est une comparaison pour moi une métaphore. Je veux bien vous suivre si vous m'expliquez ce que ''phore'' exprimait en grec.

Re : La terre est bleue comme une orange

chrisor a écrit:

Aucune intention de vous embrigader mais au contraire de vous libérer !

A la façon dont les révolutionnaires libérèrent les Carmélites de Compiègne et le Ursulines d'Orange...

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

44 Dernière modification par chrisor (10-02-2018 16:51:15)

Re : La terre est bleue comme une orange

P'tit prof a écrit:
chrisor a écrit:

Aucune intention de vous embrigader mais au contraire de vous libérer !

A la façon dont les révolutionnaires libérèrent les Carmélites de Compiègne et le Ursulines d'Orange...

C'est votre propre vision des choses. Si ma façon de procéder n'est pas adaptée je peux tout à fait le concevoir mais il n'empêche que vous êtes enfermé dans un Voir-ça en refusant vous même d'en sortir. Freud appelait cela la défense du Surmoi qui pour vous serait  celle du ''Surjé'', le surveillant général que je nomme moi le tu-moral que nous recevons tous du matin au soir durant notre enfance, notre adolescence et à qui la majorité des individus continuent d'obéir leur vie durant .Si l'élève doit donner la réponse du livre et du Maître, il a le droit en devenant plus Grand de remettre en cause ce Voir-ça où l'attention du supérieur l'a contraint à fixer le faisceau de son attention. Sans doute que pour vous le Maître dit toujours la vérité et jamais celle qu'on lui a imposée ?

45

Re : La terre est bleue comme une orange

P'tit prof a écrit:
chrisor a écrit:

Aucune intention de vous embrigader mais au contraire de vous libérer !

A la façon dont les révolutionnaires libérèrent les Carmélites de Compiègne et le Ursulines d'Orange...

P'tit prof, vous avez le sens du sujet ! lol

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

46

Re : La terre est bleue comme une orange

jacquesvaissier a écrit:

[
P'tit prof, vous avez le sens du sujet ! lol


Tout à fait puisque vous avez parfaitement compris que les Carmélites n'avaient pas le droit d'aller voir dehors à l'extérieur du territoire où l'on avait décidé de les en cl or e (cl = fermer, or = limite). Moi je vous demande seulement de voir l'or de l'orange  et l'éblouissement du bleu du ciel voire du Ciel. Mais vous vous complaisez dans votre enfermement et refusez et le ciel et le Ciel !

Re : La terre est bleue comme une orange

C'est tout le contraire : on les a guillotinées car elles voulaient continuer à mener leur vie cloitrée, librement choisie, alors que les nouvelles lois leur permettaient de sortir et de se marier. On ne libère pas les gens malgré eux, les addictologues le savent bien.

... ne supra crepidam  sutor iudicaret. Pline l'Ancien

48 Dernière modification par chrisor (10-02-2018 19:12:21)

Re : La terre est bleue comme une orange

P'tit prof a écrit:

C'est tout le contraire : on les a guillotinées car elles voulaient continuer à mener leur vie cloitrée, librement choisie, alors que les nouvelles lois leur permettaient de sortir et de se marier. On ne libère pas les gens malgré eux, les addictologues le savent bien.

Je me suis mal exprimé car j'ignorais  (mon or lumière était anéanti hautement)  cette histoire lors de la Révolution. Mais c'est pire car elles ont décidé de se situer hors de la Vie. Et cela ne dément pas que le codon or n'est pas signe de lumière et de limite. Elles appartiennnt à un Ordre, non  et se fondent sur une Morale religieuse, non ?

Mais vouloir rester enfermé n'est pas une preuve d'ouverture d'esprit ou d'Esprit !  C'est même  pour cela que vous résistez ! Jacques Vaisiser s'enferme dans son mental (dont la racine mens naît, selon la science du vrai, notre mot mensonge), c'est son strict droit comme celui des Carmélites de s'enfermer dans le monde de l'Esprit. Moi j'aime passer les frontières. Mes patients m'ont aidé à être Passeur ! Et j'ai tenté maladroitement de leur donner mon Or (Or donnance), la lumière qu'ils m'ont apprise de la Vie.

49 Dernière modification par Lévine (10-02-2018 22:50:57)

Re : La terre est bleue comme une orange

Mais b... Dire que le vers d'Éluard comporte une métaphore, c'est SE TROMPER, non en vertu d'une théorie plus ou moins fumeuse, mais parce que c'est une donnée OBJECTIVE. Je vous ai pourtant expliqué la différence par des exemples. C'est comme si vous disiez qu'un chien n'est pas un chien !

Vous dites, de façon peu courtoise d'ailleurs que je m'enferme dans mon mental (ce qui n'a en fait pas grand sens, mais bon...), mais vous, vous êtes plutôt buté.

Et vous ignoriez ce qu'a été la Terreur : le "rasoir national" fonctionnant en permanence, le massacre des prêtres réfractaires, les colonnes infernales de Turreau, les noyades de Carrier ?

A desenor muert a bon droit /Qui n'ainme livre ne ne croit. (Roman de Renart)

Re : La terre est bleue comme une orange

Chrisor, pour votre punition, vous irez pieds nus et en chemise vous recueillir au cimetière de Picpus sur la tombe desdites Carmelites :
https://preview.ibb.co/dFfDfn/20170926_153059.jpg
et vous écouterez Poulenc :
https://www.youtube.com/watch?v=5RGSLSYXIek
La pénitence est douce.

Messages [ 26 à 50 sur 136 ]

ABC de la langue française : forums » Réflexions linguistiques » La terre est bleue comme une orange



Généré en 0,060 secondes, 89 requêtes exécutées