Mise à jour du forum (mars 2016)

Le programme du forum a été mis à jour. Et rien ne semble cassé.

Options de recherche (Page 1 sur 278)

ABC de la langue française : forums » Messages de P'tit prof

Pages 1 2 3 278 Suivant ►

Sujets de P'tit prof Recherche définie par l’utilisateur

Messages trouvés [ 1 à 25 sur 6 950 ]

Et une polémique empreinte de mauvaise foi, une !

Miammmmmmmmmmmmmmmmmm !

Abel Boyer a écrit:

Bigre, j'écrivais, comme Alco, Barthélémy (à tort, semble-t-il) et prononce comme ça s'écrit, ou plutôt comme je l'écrivais !
C'est la prononciation que j'ai toujours entendue (notamment en cours d'histoire !). C'est celle qui me semble la plus courante, je dirais même la seule courante.

Toutes les Anglaises sont rousses...

De toutes façons, on dit Saint-Barth'...

3

(17 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Le Petit Larousse, promu dictionnaire de langue !!

Quant au Tlfi il annonce la couleur dès l'entrée :

ALVÉOLE, subst. masc

4

(17 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Abel Boyer a écrit:
P'tit prof a écrit:

Quelle ouvrage intéressante pour une automne pluvieuse que de mettre une espace dans une alvéole !

Deux intrus dans cette phrase : automne et espace sont bien épicènes, avec nuances de sens pour espace...

N'oubliez pas alvéole.

Alvéole est (provisoirement ?) masculin, il n'est pas un intrus dans cette plaisante liste d'écarts.


Et puis...


Tout ça n'vaut pas l'amour
La belle amour
La vraie amour.
L'amour qui nous enchante

Prière de ne pas m'attribuer les propos que je me borne à citer !
Alco :

, Barthélémy qui s'écrivait autrefois Barthelmy

.
Aujourd'hui, on écrit Barthélemy et on prononce toujours  Barthelmy.

Alco a écrit:

Je signale aussi, dans le cadre des prononciations qui n'ont plus cours, Barthélémy qui s'écrivait autrefois Barthelmy, Jérôme qui était toujours écrit Hiérome et le nom commun jumeau qui s'écrivait gemeau. On peut remarquer que les formes anciennes étaient plus proches de l'étymologie : Barthelmy de bar-Tolmay en araméen, Hierome du grec ancien Ἱερώνυμος (Hierốnymos) et gemeau du latin gemellus.

C'est confondre phonie et graphie.
Barthélemy a perdu un accent graphique mais se prononce encore Barthelmy.

Jérôme qui était toujours écrit Hiérome du moins avant que les imprimeurs ne lancent la lettre J.

On prononce les deux i de Philippe alors que Louis XIV disait flipe...

7

(17 réponses, dans Pratiques linguistiques)

Plus sérieusement, Robert Dubuc note qu'au Canada français : "Il y a d'ailleurs une tendance dans la langue populaire à féminiser les noms qui commencent par une voyelle ou un h muet. Pensons à autobus, érable et argent, qui troquent le masculin normal pour le féminin."

Pensons aussi au Gros horloge de Rouen, devenu la grosse horloge par sa structure phonétique : voyelle à l'initiale, e caduc à la finale. Ouvrage a la même structure. C'est là une tendance profonde de la langue.

Quelle ouvrage intéressante pour une automne pluvieuse que de mettre une espace dans une alvéole !

Deux intrus dans cette phrase : automne et espace sont bien épicènes, avec nuances de sens pour espace...

Avouanée ?

Pourquoi pas :
Tlfi, article avoine

Arg. des cochers, absol. Coup de fouet pour exciter un cheval (cf. A. DELVAU, Dict. de la lang. verte, 1866, p. 17, FRANCE 1907). Avoine de bourrelier. Fouet (cf. A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 1905, p. 230).
Absol. Correction sévère. Donner, (re)filer ou passer une avoine. Battre, avoiner* (cf. en partic. G. FUSTIER, Suppl. au dict. de la lang. verte d'A. Delvau, 1883, p. 495, A. SIMONIN, Le Pt Simonin ill. par l'ex., Paris, N.R.F., 1968, p. 29, Ch.-L. CARABELLI, [Lang. de la pègre] et [Lang. pop.]).

Ca le fait aussi bien avec oi qu'avec oua...

Bourbon est un nom de lieu, Windsor aussi.

10

(93 réponses, dans Écriture et langue française)

... afin de saisir ses connotations...

Je bénéficie d'une autorisation d'absence de deux jours par semaine pour formation.

Un jeu d'enfants ?

13

(287 réponses, dans Jeux de mots...)

Alexis Saint-Léger-Léger, natif de Pointe-à-Pitre, prix Nobel de littérature 1960.

Ce n'est pas un conditionnel, mais un futur en concordance des temps :
il est convenu que vous prendrez le train à 7h ce matin : VP au présent, VS au futur ;
il était convenu que vous prendriez le train à 7h ce matin : VP à un temps passé, VS à un temps passé aussi.

Difficile de justifier que l'allume soit devenue une plume, mais l'allume a pu devenir la lune. Lune et plume ne riment pas.
Cependant, je  vois là une rationalisation tardive. AMHA, ce fut toujours lune. Les textes de chansons sont parfois farfelus :

Sur le plancher
Une araignée
Se tricotait des bottes.
Dans un flacon
Un limaçon
En filait sa culotte...

16

(8 réponses, dans Écriture et langue française)

Surréalisme pas mort !
J'éprouve la même perplexité devant les poèmes d'André Breton : le son prime tellement que le sens se perd, à supposer qu'il y ait un sens. Cet écrit n'a pas de fonction référentielle, il est purement esthétique.
André Breton, dans ses essais et écrits théoriques usait d'une langue très classique, d'une limpidité de cristal. invitez votre auteur  l'imiter sur ce point aussi.

Cel dit, les cordonniers sont parfois les plus mal chaussés :

Administratrice d'un forum d'écriture et de jeu de rôle, un cas a récemment fait débat

Pour la grammaire, c'est le cas qui est administratrice. Il faut relire deux fois pour comprendre.

je me suis permise de demander à l'auteur de faire des modifications

vous vous êtes permis : le complément d'objet direct du verbe permettre est l'infinitif de faire (des modifications). Le COD suit le verbe, pas d'accord.
Je me suis permis : j'ai permis à moi.

On peu éclairer le propos à l'aide du Tlfi :

malaxer :

2. P. anal. Pétrir une matière, avec les doigts ou avec un instrument, une machine, de façon à la rendre plus homogène

éphéméride :

1. Journal dans lequel une personne consigne les faits remarquables, quotidiens ou non, de sa vie. Place dans tes éphémérides, dans tes souvenirs, etc., les faits et les conjectures dont je vais te gratifier (STENDHAL, Corresp., t. 2, 1800-42, p. 386) :

Ferré accuse Breton de fabriquer ses textes à partir des conversations de bistrot de ses admirateurs.

18

(3 réponses, dans Écriture et langue française)

Un texte en français non accentué n'est pas tellement illisible. Je le trouve surtout très chi*** à lire. Fatigant quoi.

Donc... illisible !

19

(6 réponses, dans Promotion linguistique)

Le "cortinarius callisteus" par exemple est appelé plus ou moins communément: cortinaire à odeur de fumée de locomotive ou Cortinaire à odeur de pressing .

Des appellations, on le voit, traditionnelles et pluriséculaires !
Ce champignon n'avait donc pas de nom avant l'invention des machines à vapeur ?

20

(14 réponses, dans Réflexions linguistiques)

Le docteur Destouches dénote ainsi le teint jaunâtre des Européens au foie détruit par l'alcool, le célèbre foie colonial. Il file ainsi la métaphore de l'œuf tout en décrivant le triste état sanitaire des vaillants colons.

21

(14 réponses, dans Réflexions linguistiques)

Où est le problème ? je signale que Céline n'est pas dupe de la propagande pro-colonisation, pas plus dupe qu'André Gide et Albert Londres qui ont su en dénoncer les scandales. Il me semble que l'ironie d'Ylou est déplacée ici : mieux vaut souligner la  lucidité de l'auteur.

22

(14 réponses, dans Réflexions linguistiques)

Vision lucide, en un temps où l'on exaltait le colonialisme.
Albert Londres ne dit pas autre chose dans Terre d'ébène.

Le latin dans les actes officiels : certificats de baptêmes, de mariage, actes de vente, procès, etc.

Petite crise de dactyloscopie :
le réseau Voltaire écrit :

Ainsi, la SNCF utilise à la fois « seconde classe » et « deuxième classe » même s’il n’y a pas de « troisième » classe et que la deuxième classe désigne un niveau de hiérarchie militaire (un soldat de deuxième classe).

ll n'y a plus de troisième classe, mais il y en eut, il m'en souvient encore... et de ma grosse déception quand j'appris que l'on supprimait les Troisièmes : en fait, le voitures de Troisième ont été  rebaptisées Seconde sans que le confort en soit amélioré...


Second vient du latin sequor, suivre, venir après. Le sens est plus large que celui de deuxième, pur adjectif numéral ordinal. Il n'existe pas de synonymie absolue, laissons donc vivre en paix deuxième et second.

Par contre, Oliglésias, la graphie sert à distinguer les homonymes.
Si vous en êtes bien sûr, je vous souhaite de n'être pas sur !

Annulé pour cause de fausse manœuvre.

Messages trouvés [ 1 à 25 sur 6 950 ]

Pages 1 2 3 278 Suivant ►

ABC de la langue française : forums » Messages de P'tit prof



Généré en 0,298 secondes, 68 requêtes exécutées