fredaine

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre ancien : 2 registre moderne : 2 fréquence : 8

fredaine & faire des fredaines ; avoir ses fredaines ; femme à fredaines n.f.

Débauche, écart de conduite, débordement ; femme légère

1914 Certes, il avait eu ses fredaines, tout comme un autre, lorsque la pipe en merisier et le béret de velours le désignaient au choix des vieilles chanteuses en mal de jeunesse, qui dispensaient leurs chansons et leurs charmes à l'élite universitaire ou à la soldatesque de Poitiers ! 1914. La grâce de Bichu, dans Racaille et parias 1955 Je n'ai aucune raison de lui parler de vos fredaines 1955. Des kilomètres de linceul (Les nouveaux mystères de Paris, 2e arrondissement) 1756-1763 (vers) Quoiqu'il en soit, ce fut la seule fredaine qu'on pût lui reprocher au pays [28/12/1759] 1756-1763 (vers). Paris sous Louis XV - Rapports des inspecteurs de police au roi 1861 Les fredaines, – à Mortagne on disait les débordements, – de Gédéon étaient un des aliments les plus piquants et les plus vifs de toutes les conversations de la ville 1861. Le 13e hussards. Types, profils, esquisses et croquis militaires... à pied et à cheval <4 citation(s)>

De l'anc. franç. fredain « mauvais », de l'anc. provençal fradin « scélérat », p.-ê. du gotique *fra-aitheis « rebelle dissident » ; ou encore (Guiraud) de la famille de farder « déguiser la vérité », par dérivation et métathèse (comme bredaine, dans calembredaine) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 974