babiller

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

fréquence : 9

babiller

Parler sans rien dire d'intéressant ; bavarder ; cancaner

Famille : babil-

1895 Causeur, autant que rieur, l'ouvrier parisien s'oublie des heures entières à babiller pour le seul plaisir de bavarder. Si peu qu'on l'écoute, il n'arrête pas de parler, jamais fatigué, jamais à court de mots, employant une langue bien à lui, verte, gauloise, faite de ses jurons familiers, de l'argot du faubourg, le tout coloré des très expressifs termes techniques de son métier, approprié aux choses en question. 1895. En plein faubourg 1801 Ah ! c'est un vilain défaut que l'histoire de babiller. Comme dit le proverbe, trop parler nuit, trop gratter cuit 1801. Canardin, ou les amours du quai de la volaille, comédie du gros genre, en deux actes, en prose <2 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 238