chiffonner

date : 1718 registre moderne : 2 fréquence : 34

chiffonner & chiffonner qqun ; se chiffonner

Contrarier, ennuyer, fâcher, mécontenter, surprendre en mal, décevoir ALL : ärgern / ANG : to vex

Synonyme : importuner, agacer, déranger

1842 je faisais déjà l'escarpe ; j'ai commencé de si bonne heure ! Quand on fait l'escarpe, et qu'on n'est pas encore bien rompu là dedans, il y a des moments où ça vous chiffonne, surtout dans la nuit, si l'on n'y voit goutte 1842. Histoire complète de Vidocq et des principaux scélérats qu'il a livrés à la justice d'après les propres documens et mémoires de cet homme extraordinaire 1899 Ce qui la chiffonnait un peu, c'est qu'il y avait des gens de robe dans la parenté ; et ces gens-là sont dangereux 1899. L'amour à Paris - Nouveaux mémoires - Les industries de l'amour 1952 L'ennui, c'est que ce soit l'autre outil d'Albert qui se régale. Ça me chiffonne 1952. Mon taxi et moi 2000 ce dossier, anétieur à 1995, qui met en évidence des études plus ou moins bidons sur le chauffage urbain […] chiffonne fortement l'Elysée 2000. Canard enchaîné <4 citation(s)>

CHIFFONNER, verbe trans. B. Au fig. [Le compl. désigne une pers.] Préoccuper, tracasser ou contrarier. Ça me chiffonnait d'emmener le gamin (A. DAUDET, Contes du lundi, 1873, p. 84). Cette histoire d'impôt sur le revenu les chiffonnait (ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 83). Étymol. et Hist. 2. 1718 « inquiéter, chagriner » (LE ROUX, Dict. comique, p. 117 ds IGLF) (TLFi) /

Sens figuré (gb) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 616