Georges

Georges

Pilote automatique (en aéronautique)

Je pense par exemple au crash du vol AirAsia en 2014. L’avion a plongé après que le commandant de bord a déconnecté les fusibles de Georges, le pilote automatique. […] Aujourd’hui, les appareils sont ultra-informatisés et beaucoup de pilotes se reposent sur Georges. Mais si le calculateur électronique tombe en panne, ce qui peux arriver, peu sont capables de revenir à un pilotage entièrement manuel. (Source : entretien avec François Nénin)

Notice postée par Gb – le 21 juin 2016 à 13h00.