Définition des différents styles utilisés pour les infos -----------------------------------------

----------------------------------------- Maquette pour l'affichage individuel des infos -----------------------------------------

« Précédente | Info | Suivante »

Souchien et sous-chien sont sur un bateau, Acte I | 2012-01-25

Du faux-gentil ou du vrai-méchant, quel mot tombera à l'eau ? (#Argot #Banlieue #Censure #Racisme )

"Souchien" n'est pas une injure anti-Blancs, selon le tribunal de Toulouse

Le tribunal correctionnel de Toulouse a relaxé, mercredi 25 janvier, Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, selon Europe 1. Elle avait employé le terme "souchien" en 2007 sur un plateau télévisé. L’Agrif, l'Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne, proche de l'extrême droite, s'était portée partie civile, affirmant que le mot constituait une injure raciale.

En 2007, Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, un mouvement qui revendique lutter contre les inégalités raciales, est l’invitée de Frédéric Taddeï sur le plateau de l’émission "Ce soir (ou jamais !)". C'est là qu'elle emploie le mot à l'origine du litige. Or, pour l'Agrif, derrière "souchien" s'entend "sous-chien". Et l'association s'est portée partie civile.

"Aucune connotation raciale", plaide Houria Bouteldja

Le 3 juin 2007, au sujet des "quartiers populaires qui seraient en déficit de connaissances, de conscience politique", Houria Bouteldja estime, sur le plateau de l'émission de France 3, que "c’est le reste de la société occidentale, de souche, qu’on a appelé, nous, 'des souchiens', puisqu’il faut bien leur donner un nom, les Blancs, à qui il faut inculquer l’histoire de l’esclavage, de la colonisation (...)".

Personne sur le plateau ne réagit alors au terme employé par l'invitée. Le débat n'est soulevé qu'un mois après par l’hebdomadaire Marianne puis plus tard par le philosophe Alain Finkielkraut dans un blog du Monde.fr ou encore par le ministre de l’Immigration de l’époque, Brice Hortefeux, comme l'indiquait Le Post.fr.

"Souchien, je le revendique comme un néologisme", déclare Houria Bouteldja à la barre lors du procès qui s'est tenu le 14 décembre. Et d'affirmer que ce terme n'a pour elle "aucune connotation raciale".

"Une attaque contre les Blancs", rétorque l'Agrif

Le jour du procès, des membres du Bloc identitaire, mouvement classé à l'extrême droite, se sont rassemblés à l’extérieur du tribunal pour soutenir à l'Agrif. Fabrice Robert, son président, harangue les passants : "N’oublions-pas le racisme anti-Blanc (…) Pour Houria Bouteldja, le Français a toujours tort ! Le Blanc a toujours tort !"

Quant à Bernard Antony, ancien député européen du Front national et président de l'Agrif, partie civile au procès, il est convaincu que le terme a été employé comme une injure : "Elle s'est attaquée aux Blancs, il est interdit de qualifier les Blancs de sous-chiens." L'Agrif avait auparavant déposé une première plainte qui n'avait pas été suivie par le parquet avant de se constituer partie civile en 2008.

Le précédent Borloo

Mais avant même l'emploi du terme par Houria Bouteldja, le mot avait déjà été employé, cette fois par le président du Parti radical et ancien ministre Jean-Louis Borloo, a rappelé l'avocat de la militante lors du procès. Le 9 novembre 2006, sur un plateau de France 2, Jean-Louis Borloo montre son passeport au journaliste Alain Duhamel et affirme : "Pour la première fois de l'Histoire de France, il y a des Français arabes, des Français africains, des Français asiatiques, des Français bourguignons, des Français d’Ile-de-France. Ils ont le même passeport, mais l’idée qui est en train de s’installer, c’est que si je suis de souche, si je suis souchien, je ne comprends pas les autres." Personne n'avait bronché.

Houria Bouteldja encourait six mois de prison et 150 euros d’amende. Le ministère public a refusé de se prononcer lors de l'audience, soulignant que l'homophonie des termes "souchiens" et "sous-chiens" créait une "ambiguïté".

L'avocat de l'Agrif, maître Pierre-Marie Bonneau, s'est refusé à tout commentaire, faute d'avoir lu le jugement. Pour lui, le terme "relaxe est assez vague et ne permet pas d'apprécier" les raisons de la décision.

Aurélie Delmas ; publié le 25/01/201216:18

    Source : http://www.francetvinfo.fr
    Posté par gb