Définition des différents styles utilisés pour les infos -----------------------------------------

----------------------------------------- Maquette pour l'affichage individuel des infos -----------------------------------------

« Précédente | Info | Suivante »

Publication du Dictionnaire des mots des flics et des voyous | 2010-08-19

par Philippe Normand. (#Argot #Police #Publication )

Flic ou voyou, une question de vocabulaire

Philippe Normand, commandant de police en Normandie puis à Paris, nous propose son « Dictionnaire des mots des flics et voyous ». Cela fleure bon les dialogues d'Audiard ou les trouvailles de Frédéric Dard. Un sacré voyage dans la langue française.

Philippe Normand a passé plus de trente ans dans la police judiciaire en tant que commandant de police.

À quelques jours de la rentrée scolaire, il est sans doute utile de se pencher sérieusement sur l'achat d'un dictionnaire. Mais abandonnons le côté conventionnel pour nous pencher sur de « l'exotique » avec ce « Dictionnaire des mots des Flics et des Voyous » (Balland). Indispensable pour briller en société, et dans la cour de recré pour les plus jeunes, ce « dico » est l'œuvre du Normand, Philippe Normand !
Après une carrière bien remplie de policier, en Normandie puis à Paris, Philippe maîtrise, avec une certaine délectation, une nouvelle langue vernaculaire, l'argot des flics et truands. Il nous fait donc partager ce « capital linguistique » dans un dictionnaire particulièrement imagé. En voici quelques exemples : Beurrer le marmot (consoler), faire une césarienne (voler à la tire en découpant les poches), langoustines (au choix, prostituées ou voitures ministérielles), faire à la grenouillette (interroger en laissant croire que l'on dispose d'infos), envoyer aux asperges (obliger une fille à se prostituer), faire les apéritifs (pour une prostituée, travailler de 17 h à 19 h)...

Pour en savoir un peu plus, nous avons joué les « confesseurs ». Et Philippe Normand s'est « mis à table »...

Quelles furent vos premières surprises en matière de vocabulaire ?
« J’étais un tout jeune inspecteur stagiaire fraichement débarqué dans la capitale, lorsque mon chef m’a tendu un papier sur lequel était inscrite une simple identité. Avec son inimitable accent titi-parisien il m’a déclaré : « Tiens, vas me faire les urines de ce mec là. » Sur le coup, je n’ai pas osé lui demander une traduction mais j’ai pu apprendre auprès d’un autre collègue qu’il me fallait rechercher les éventuels antécédents judiciaires d’une personne gardée à vue au service. Cette personne était inconnue des services de police, ses « urines » étaient donc « claires ». J’ai appris plus tard que cette même personne avait été interpellée par les « saute-dessus » (la brigade anti-criminalité) pour un « casse » en « flag » (un cambriolage en flagrant-délit) et que ces fonctionnaires de terrain venaient par conséquent de faire un « crâne » (une arrestation) ».

Quelles sont les expressions que vous aviez l'habitude d'utiliser ?
« Pour se cantonner dans le domaine des arrestations, vous n’entendrez jamais un policier dire : « nous avons suffisamment d’éléments pour procéder à l’interpellation du suspect demain matin » mais : « on a assez de billes pour aller le serrer ». Si cette arrestation, ce « serrage », doit se dérouler au domicile à la première heure, il est alors dit qu’on va lui « apporter les croissants ». D’une façon générale et quelle que soit l’heure, l’interpellé se verra « passer les pinces » autour des poignets. »

Parmi les mots et expressions, quels sont ceux qui vous font irrémédiablement sourire ?
« Difficile pour moi d’en extraire, l’amusement ayant été mon premier critère de sélection. Je peux cependant vous citer deux ou trois grands classiques dont je ne me lasse pas : « se mettre à table » pour passer aux aveux, un « julot casse-croûte » pour désigner un proxénète sans envergure ou « filer un coup de périscope » lorsqu’il s’agit de jeter un coup d’œil rapide et discret sur un lieu surveillé. »

Quel est le mot que vous avez oublié d'inclure dans ce dictionnaire ?
« Il faudrait parler au pluriel. Actuellement je dois en avoir une cinquantaine en réserve. Jusqu’au dernier instant j’en ai communiqué à mon éditeur. Mais il fallait bien arrêter à un moment pour envoyer le tout à l’imprimerie. Avant de nous quitter, je vais vous faire un petit cadeau, relevé dans la presse il y a quelques jours et qui aurait mérité sa place dans le dictionnaire de cette façon : « Manège enchanté » : plateau circulaire sur lequel sont fixés verticalement plusieurs phallus en résine synthétique de dimensions et de couleurs différentes. Avec ce matériel, des équipes de bénévoles vont à la rencontre des jeunes prostituées de rue pour distribuer des préservatifs et en montrer le bon usage. »

Dictionnaire des mots des flics et des voyous, de Philippe Normand (Balland), ISBN:978-2-353-15084-7 (26,90 €)

B.V.

    Source : http://www.paris-normandie.fr/(valider les liens) ; notice bibliographique
    Posté par gb