Définition des différents styles utilisés pour les infos -----------------------------------------

----------------------------------------- Maquette pour l'affichage individuel des infos -----------------------------------------

« Précédente | Info | Suivante »

colloque San-Antonio, mars 2010 | 2010-03-18

Programme du colloque tenu à la Sorbonne sur le commissaire préféré des universitaires (#Argot #San-Antonio )

Colloque international San-Antonio et la culture française

(Colloque organisé par Françoise Rullier-Theuret ; du 18 mars 2010 au 20 mars 2010, Sorbonne)

Jeudi 18 mars 2010, 13h30-18h, Salle Louis Liard

  1. Sous la présidence de Catherine Fromilhague
    • 14h – Ouverture par le Président Georges Molinié
    • 14h30 – Luc Savoyat - Quels enjeux autour d'un fonds documentaire public consacré à San-Antonio ?
    • 15h – Johannes Westenfelder (Mainz) - Le roi du français populaire malgré lui.
    • 16h – Lectures par le groupe Sorbonne Sonore.
  2. Sous la présidence de Jacques Migozzi
    • 16h45 – Dominique Jeannerod (Belfast) - Bonne ou mauvaise presse de San-Antonio ? La réception de l'oeuvre par la critique journalistique.
    • 17h15 – Daniel Compère (Paris 3) - La naissance du personnage de San-Antonio entre tradition et nouveauté.

Vendredi 19 mars 2010, 9h-12h, Bibliothèque des littératures policières (48-50 rue du Cardinal Lemoine-75005 Paris)

  1. Sous la présidence de Albert Benloulou
    • 9h – Bernard Wagnon ( Grenoble) - Racines dauphinoises et Images intimes de F. Dard à travers quelques romans de San-Antonio…
    • 9h30 – Blandine Vié - La sémantique culinaire dans les San-Antonio : une petite cuisine des mets et des mots identitaire et jubilatoire.
    • 10h – Richard Zrehen - San-Antonio : Auto-portrait (technique mixte).
  2. Sous la présidence de Daniel Sirach
    • 11h – Gérard Reymond - Y a-t-il une place pour San-Antonio dans les lectures féminines ?
    • 11h30 – Raymond Milési –« Les pattes de mouche sodomisées », image de la littérature chez San-Antonio, attirance et transgression.
    • 14h-17h45, Auditorium de l'Institut finlandais (60 rue des Ecoles-75005 Paris)
  3. Sous la présidence de Thierry Gautier
    • 14h15 – Pierre Grand-Dewyse - Comment écrivait San-Antonio, essai d'analyse quantitative.
    • 14h45 – Serge Amoré - Les modifications et ajustements de texte dans les rééditions des San-Antonio.
    • 15h15 – Pauline Largeteau (Poitiers) - Le comique chez San-Antonio est-il traduisible ? Du français à l'espagnol.
  4. Sous la présidence de Dominique Jeannerod
    • 16h15 – Françoise Rullier-Theuret (Paris 4) - La fine équipe : grâces et disgrâces des personnages secondaires.
    • 16h45 – Aude Lafferrière (Paris 4) - Ma langue au chah (noir) : de Allais à San-Antonio.

Samedi 20 mars 2010, 9h – 12h30, Amphithéâtre Descartes

  1. Sous la présidence de Pierre Verdaguer
    • 9h – Xavier-Laurent Salvador (Paris 13) - Catalogues obscènes et démesure(s) rabelaisiennes(s) chez San-Antonio.
    • 9h30 – Dominique Maingueneau (Paris 12) - Enonciation grivoise, énonciation pornographique. Le cas San-Antonio.
    • 10h00 – Denis Pernot (Orléans) - Un train de vie peut en cacher une autre.
  2. Sous la présidence de Pierre Cahné
    • 11h – Pascal Theuret -Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France, San-Antonio aussi.
    • 11h30 – Dominique Lagorgette (Savoie) - Les mots doux.
    • 14h-18h, Amphithéâtre Richelieu
  3. Sous la présidence de Olivier Soutet
    • 14h – Pierre Cahné (Paris 4) - « L'émasculée contraception » ou le calembour absolu.
    • 14h30 – Jacques Migozzi (Limoges) - San-Antonio, un vrai faux-populaire pour lecteur averti.
    • 15h – Violaine Géraud (Lyon 3) - Stylé Béru
  4. Sous la présidence de Françoise Rullier-Theuret
    • 16h00 – Maxime Gillio - San-Antonio : flic écrivain ou écrivain qui joue au flic.
    • 16h30 – Thierry Gautier - « C'est con de devenir un chef » ou San-Antonio face aux autorités.
    • 17h00 – Pierre Verdaguer (Maryland) - Harmonie culturelle et hommage à la nation française.

PROGRAMME SCIENTIFIQUE sous la direction de Françoise Rullier-Theuret

Comité scientifique :

Gautier, Thierry, Société des amis de San-Antonio, rédacteur en chef du Monde de San-Antonio
Jeannerod, Dominique, M.C. Queen's University de Belfast
Lagorgette, Dominique, M.C. Université de Savoie / Institut Universitaire de France
Rullier-Theuret, Françoise, M.C. Université Paris-Sorbonne

Comité d'organisation :

Françoise Rullier-Theuret
Dominique Lagorgette

avec le soutien de :

Université Paris-Sorbonne, Paris 4 (ED V Concepts et Langages, EA 4089 Sens, Texte, Histoire) et le Service culturel de Paris-Sorbonne,
Université de Savoie
Institut Universitaire de France
Queen's University (Belfast)
La Société des Amis de San-Antonio
avec la participation du groupe Sorbonne Sonore pour la lecture des textes de San-Antonio

Monsieur Georges Molinié, président de l'Université Paris-Sorbonne, Paris 4, ouvrira le colloque.

Les Actes du colloque seront publiés en mai 2010 aux Presses Universitaires de Chambéry. Les droits d'inscription au colloque sont fixés à 5 euros pour le public extérieur. Le colloque est gratuit pour les étudiants, le personnel de Paris 4 et les conférenciers. Le montant de ces droits servira à rétribuer le groupe Sorbonne sonore.


2010 marquera le dixième anniversaire de la mort de F. Dard, cette date signe à la fois une commémoration et, par la mise à distance qu'elle suppose, devrait favoriser une vision d'ensemble par rapport à l'« objet d'étude ».
On parle volontiers de San-Antonio, mais sans y aller voir vraiment : la taille du corpus demande un temps de lecture considérable, et même l'accès au corpus dans son ensemble n'est pas toujours facile, ce ne sont pas des livres qu'on trouve en bibliothèque, les rééditions sont périodiques mais certains titres en attendant sont épuisés. Même en limitant notre étude à la part de l'oeuvre de F. Dard signée San-Antonio et racontant les aventures du commissaire San-Antonio, c'est-à-dire 175 romans et 9 hors-séries, le corpus reste monumental.
Mais on peut apprécier San-Antonio sans connaître tout l'oeuvre, on peut même en parler avec pertinence, ce qui fut le cas au colloque de Bordeaux en 1965, et dans beaucoup d'articles qui ne s'appuient que sur quelques dizaines de titres au mieux (même Kurt Baldinger, le philologue médiéviste, dont les études sur la langue et sur l'argot de San-Antonio sont très documentées).
C'est pourquoi il peut sembler opportun de croiser les compétences. En effet, des spécialistes de San-Antonio existent, regroupés dans l'Association des Amis de San-Antonio. On voudrait dans ce colloque réunir les réflexions d'universitaires amateurs de San-Antonio et les compétences de véritables érudits du roman populaire, on voudrait mettre en présence toutes sortes de lectures et de lecteurs dans un lieu symbolique, la Sorbonne, autour d'un écrivain qui a beaucoup joué sur la moquerie et la dépréciation de la culture littéraire et universitaire à un moment où, justement, celle-ci se démocratisait. De ces regards superposés devrait naître un débat peut-être contradictoire et une réflexion collective qui permettrait une meilleure connaissance de l'oeuvre et quelques pas dans une sociologie de la culture.
Le seul colloque qui se soit tenu sur San-Antonio en 1965 (Robert Escarpit) avait permis à F. Dard de se faire connaître sous son pseudonyme et, finalement, si on avait parlé de son écriture, on avait surtout parlé de l'homme.
Depuis ce colloque, 35 ans de production régulière ont passé, 117 romans ont été écrits et 7 hors-séries.
Le projet 2010 voudrait mettre au premier plan la réflexion sur le texte. La problématique proposée pour fédérer les différentes approches, comme l'indique le titre, vise à interroger le roman populaire dans le rapport qu'il entretient avec la culture dans laquelle il apparaît.
On suivra trois pistes de recherche :

  1. Comment un auteur de paralittérature devient un objet culturel : La collection Fleuve noir produit des livres de grande consommation, le support initial bon marché discrédite a priori le livre sur le plan culturel. Il faut croire que la littérature populaire a ses grands auteurs et ceux qu'on oublie, car on voit aujourd'hui la collection San-Antonio survivre à F. Dard et devenir un objet culturel.
  2. Comment F. Dard illustre une certaine tradition culturelle française : Les romans de F. Dard s'inscrivent dans une tradition « bien française », « franchouillarde », le patrimoine culturel incarné dans des usages, valeurs, conduites qui caractérisent la société française (ou plus exactement une certaine image de la société française) et que San-Antonio décline lui-même à plusieurs niveaux : « […] on va vous prouver qu'on est authentiquement françouze. Je peux vous faire une mayonnaise, une béarnaise, un coq au vin, un boeuf miroton […]. Je peux vous chanter la Madelon, les Matelassiers, le P'tit Quinquin, les Trois Orfèvres, la Digue du cul, Petit Papa Noël, la Marseillaise […]. Je peux vous montrer […] les grandes passes de l'amour parisien […] être français c'est facile à prouver pour un homme qu'a un peu de temps et une femme et une cuisine à sa disposance. » (N'en jetez plus, p.112-113)
  3. Comment San-Antonio se positionne face à la culture : La culture, c'est aussi l'ensemble des valeurs qui distinguent un groupe d'un autre groupe. La culture fournit des modèles d'interprétation du réel et le mot culture prend facilement un sens politique.

La littérature populaire, réputée pur divertissement, s'inscrit nécessairement dans une idéologie. On la suspecte toujours de s'accorder avec les stéréotypes et le prêt-à-penser ou de flirter avec le poujadisme. Alors, conformisme ou anticonformisme ? Peut-on distinguer l'idéologie explicite et l'idéologie implicite ? C'est une problématique essentielle chez San-Antonio du fait de ses nombreuses digressions et déclarations d'intentions.

    Source : http://www.fabula.org/(valider les liens)
    Posté par gb