Définition des différents styles utilisés pour les infos -----------------------------------------

----------------------------------------- Maquette pour l'affichage individuel des infos -----------------------------------------

« Précédente | Info | Suivante »

À quoi sert l'Institut français de Cologne | 2009-10-21

Entretien avec son directeur (#Allemand #DELF )

L'institut français de Cologne

Daniel Malbert est directeur de l’Institut français de Cologne depuis un an. Il s’explique avec enthousiasme sur la place du français en Allemagne et les projets de l’Institut

Lepetitjournal.com : Quel a été votre parcours ?

Daniel Malbert : J’ai enseigné l’allemand en France pendant près de 10 ans et formé des professeurs en FLE (Français langue étrangère). J’ai été directeur adjoint de l’Institut français d’Heidelberg et j’ai travaillé au ministère de la Culture à Paris, à la délégation générale à la langue française puis au département des affaires internationales. J'ai participé à la négociation de la convention sur la diversité culturelle et la convention sur la sauvegarde du patrimoine immatériel, mais aussi à la création du label du Patrimoine européen.

Quelles sont les missions de l’Institut français de Cologne ?

Il a une mission d’information et de documentation, grâce une médiathèque qui propose 13.000 ouvrages, 150 DVD et 350 CD et la presse en libre accès. Nous avons aussi une grosse activité de cours de langue, notamment des cours de français dans les entreprises. Nous gérons le DELF (Diplôme d'études en langue française) avec 22.000 diplômes délivrés l’an dernier sur l’ensemble de la Rhénanie-Du-Nord-Westphalie. Grâce à cela, Cologne et Düsseldorf sont devenus les deux maillons essentiels du dispositif culturel français en Allemagne.

L’apprentissage du français n’est-il pas en recul ?

Non, au contraire, la demande de français est toujours là. Nous avons environ 650 élèves par an. Le phénomène en Allemagne, c’est une montée en puissance de l’espagnol, pourtant le français est encore devant l’espagnol. Mais je pense que nous devrions mieux nous occuper des gens qui viennent apprendre le français.

L’institut français est un outil de rayonnement de la culture française. Que proposez-vous à ce niveau ?

L'Institut propose toute l'année des manifestations afin de faire connaître les artistes et créateurs français, en appui avec les musées, la Philharmonie, et nous travaillons avec Lit. Cologne et Passagen, forum international du design en janvier. Nous accueillons des grandes figures de la littérature, comme Philippe Djian en septembre dernier. Nous développons actuellement des projets autour de la culture du vin et des alliances entre la littérature, l’art et l’art de vivre.

Quels sont vos projets pour l’Institut français de Cologne ?

Un centre de recherche et d’enseignement sur la France, mené en partenariat avec l’Université. Les étudiants de l’université vont venir dans nos locaux pour suivre des séminaires, des conférences, etc. Cela va renforcer la place du français à l’université et prouver le dynamisme de nos partenaires allemands.

Enfin, quelles particularités avez-vous trouvé en arrivant à Cologne et quel est votre sentiment à l’égard de cette ville ?

Je me suis tout de suite senti à l’aise à Cologne. C’est une ville très surprenante où l’on peut croiser du monde à n’importe quelle heure de la nuit. J’apprécie énormément l’urbanité des Colonais, leur philosophie, le fait de faire confiance au destin. Les Colonais détestent les gens qui dramatisent !

Propos recueillis par Magali Hamon (www.lepetitjournal.com/cologne) Mercredi 21 octobre 2009.

Institut français de Cologne
Sachsenring 77
50677 Köln
Tel : 0221 - 93 18 77 - 0
http://www.institut-francais.fr(valider les liens)

ÉCRIT PAR MAGALI HAMON

    Source : http://www.lepetitjournal.com/(valider les liens)
    Posté par gb