Définition des différents styles utilisés pour les infos -----------------------------------------

----------------------------------------- Maquette pour l'affichage individuel des infos -----------------------------------------

« Précédente | Info | Suivante »

Robbe-Grillet en route pour l'Académie | 2004-03-26

À 81 ans tout de même... (#AF )

Le pape du nouveau roman entre à l'Académie française.

Le nouveau roman et les éditions de Minuit sont entrés hier à l'Académie française avec Alain Robbe-Grillet. L'auteur des Gommes, 81 ans, a été élu avec dix-neuf voix au second tour. Paule Constant en a obtenu huit, François Sureau six, avec deux votes blancs. Il s'agissait de pourvoir le fauteuil de Maurice Rheims, ce qui devrait faciliter le discours du récipiendaire. En 2000, l'écrivain s'interrogeait dans Livres-Hebdo sur son éventuelle candidature : « Est-ce que je m'y amuserais vraiment ? On a toujours quelques amis dans l'illustre Assemblée qui veulent nous attirer à leurs côtés. Mais faudrait-il que je fasse l'éloge de Michel Droit qui n'a cessé de me traîner dans la boue ? Mettez-vous à ma place ! Jusqu'à nouvel ordre, rien à y gagner. »

L'étonnant n'est pas qu'un bon écrivain entre sous la Coupole, on en a vu d'autres, même si ce n'est pas tout à fait dans les moeurs de la maison. Il n'est pas non plus surprenant que le pape du nouveau roman ait accepté de courir le risque, et envisage de s'amuser : on le lui souhaite, on le lui prédit. Non, la question est : comment la somme de ses amis a-t-elle pu dépasser celle de ses ennemis, des confrères dont il s'est moqué, des représentants d'une littérature qu'il n'a cessé de conspuer, bref, des gens qui le détestent ? « Sous la plume d'Hector Bianciotti, je ne suis qu'un "spécimen de musée" », disait Alain Robbe-Grillet dans une interview en 1978. Qu'a-t-il de commun avec les immortels ? « Quelles que soient nos différences, nous sentions bien que nous restions malgré tout plus proches les uns des autres que de... Jean d'Ormesson », estimait-il il y a quatre ans, en évoquant les auteurs du nouveau roman.

L'auteur de la Jalousie (1957) et de la Reprise (2001), le scénariste de l'Année dernière à Marienbad (1961), le metteur en scène de Glissements progressifs du plaisir (1974) et de la Belle Captive (1983) rejoint à l'Académie française les successeurs de Michel Droit. « M. Robbe-Grillet, ancien ingénieur agricole, se dégageant de son indigence de créateur par une manoeuvre géniale, inventait ce qui existait déjà, le nouveau roman », écrivait en 1999 son nouveau collègue, Angelo Rinaldi, dans Télé-Obs, ajoutant : « Tant de profits et de bruit pour si peu de chose. »

Claire Devarrieux (liberation.fr)

    Source : http://www.liberation.fr/
    Posté par gb