2011. Dans la peau d'un maton

Il m'explique que devant son père il était toujours poli, respectueux, jamais un mot plus haut que l'autre. Il descendait les étages de sa tour pour retrouver ses potes au-dehors, « et là c'était mort. On parlait verlan et tout… » C'est là que les problèmes ont commencé.

bob:51758, 75574, 10051, 35543 source:3970