1915. Les poilus de la 9e

–Et tu n'es pas blessé, toi ? –Rien… comme toujours… J'ai l'cul verni… Mais j'crois bien que l'jour où je r'cevrai quéqu'chose, ça s'ra pour de bon.

bob:46371 source:3731