1915. Les poilus de la 9e

ils [les prisonniers allemands] me regardent bêtement de leurs grands yeux bleus, et ne cessent de répéter avec une affreuse voix de canard : –Kamarade !… Kamarade !… Ils sont bouchés à l'émeri, ces animaux-là !

bob:12705 source:3731