1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915

Mais un homme dévoué, qui s'est levé une heure avant les camarades, fait son entrée avec le jour dans chaque gourbi, un bouteillon fumant au bout des bras, et il crie : « Au jus ! », absolument comme en temps de paix dans les chambrées.

bob:4614 source:3692