1917. Nuits de guerre (Hauts de Meuse)

Pannechon fouille dans une des vastes poches cousues aux pans de sa capote, en sort une tranche de viande énorme […] et me dit : « J'y ai tout d'même gentiment chauffé un d'ses biftecks à c't'andouille. […] »

bob:8784 source:3677