1836. Bagnes, prisons et criminels (III)

il prend [vole] un marteau […]. « Allons, l'affaire est faite, me dit-il, il y a gras. Allons rejoindre le garde. » Il donne le marteau à ce dernier, qui, un instant après, lui apporte deux francs.

bob:470 source:3497