1861. Les associations de malfaiteurs (Les bandes à Paris et en province (…), dans Causes célèbres de tous les peuples

La dernière fois qu'il se retrouve libre, son premier soin est de courir à la barrière et d'y chercher un poivrier (homme ivre), dont il vide les poches. Aperçu par un observateur de son espèce, qui lui crie « part à deux », il partage

bob:8316 source:3464