1889. Le soldat Chapuzot

et constate qu'il ne reste plus une goutte de bouillon. « Tant pis, se dit-il, y a encore la viande, le pain et toutes les légumes ; ça s'ra bien un peu mastoc à avaler, mais bah ! ça tient au ventre aussi bien sans bouillon. »

bob:12364 source:3354