1893. Autour du mariage de Paulette ou un bon ménage moderniste

Ah ! chérie, qu'il est délicieux le jus de toi et quel parfum grisant !… Prends garde, je te mangerai, tant je t'aime, et tout entière, fiente et tout

bob:27274 source:3295