1968. Les barjots

La mère de Marco aimait beaucoup son fils. Elle se désolait de le voir « suivre la mauvaise pente » : « Il traîne avec les voyous, il va dans les cafés, il rentre tard la nuit. […] »

bob:59054 source:4081