1977. Une vie de cheval

Debrodet lui, il travaillait au pinard. Des fois il arrivait à ramener une zuricane de vin, une fois tous les trois mois. Ça puait l'essence, pouah ! Il la rinçait, mais vous pensez ! Quand il pouvait camoufler un litre, il le foutait dedans et quand elle était pleine, il la ramenait au commando.

bob:78053 source:4065