1889. Il ne faut pas jouer avec le feu. Pièce en un acte et quatre tableaux (dans Théâtre naturaliste)

L'assaut dure vingt secondes ; il recommence sans coup férir et la viole pour la seconde fois avec le même calme impétueux, unissant la fougue à l'assurance, sans jamais quitter les lèvres de la victime, l'empêchant ainsi d'appeler à l'aide. Le deuxième assaut dure une demi-minute.

bob:61546 source:4003