1889. Il ne faut pas jouer avec le feu. Pièce en un acte et quatre tableaux (dans Théâtre naturaliste)

il [le jardinier] lui cloue la bouche sous ses lèvres, tandis qu'il écarte brusquement les cuisses d'une main, et que de l'autre il dirige l'attaque de la place d'armes, et il la viole le plus tranquillement du monde, comme s'il tenait sous lui la plus volontairement soumise des maîtresses, ou comme s'il plantait des choux.

bob:76295, 76296 source:4003