1889. Après le bal. Pièce en un acte et deux tableaux (dans Théâtre naturaliste)

Oh ! la délicieuse petite fente ! Et je laisserais à un goujat, ou à quelque matrone, cette primeur sans seconde !

bob:25878, 44631, 76271 source:3999