1863. Le dernier jour d'un condamné

Dans les journées des 27, 28, 29, 5 et 6 juin, 17 et 18 Transnonain, 12 et 13 mai, j'ai moissonné des gendarmes, des gardes royales, des gardes nationales ; j'ai sacrifié des sergents de ville ; j'ai tutoyé des municipals ; j'ai bousculé des réverbères !… on ne m'a rien dit, parce qu'on me craignait…

bob:20095 source:3987