1976. Dire nos sexualités

J'aime les chiottes. Il y a l'odeur, je suis tranquille. Les chiottes publiques, les chiottes de café, les chiottes de gare surtout. Dans la mesure du possible, je vais dans les chiottes de femmes. Dans les cinémas aussi. Il y a les graffiti, qui sont une forme littéraire que je trouve extrêmement belle. Elle est totalement obsessionnelle, totalement répétitive et fantasmatique.

bob:8305 source:3984