1867. Les Malfaiteurs

certains personnages […] n'eurent-ils pas honte de le duper, certains par avance qu'une plainte de Vidocq aurait peu de chance d'être accueillie par les tribunaux. Tromper Vidocq, c'était raide, dirait aujourd'hui maître Arnal ; et pourtant cela s'explique. Parfaitement en garde vis-à-vis des coquins de toute espèce, il avait, dans ses rapports avec les gens du monde, un laissez-aller qui, après tout, prouvait en sa faveur : il croyait encore à l'honnêteté, et il est triste de dire qu'il eut à s'en repentir plus d'une fois.

bob:8643 source:3981