1900. Mémoires de Rossignol

En chemin de fer, les bonneteurs sont toujours trois ou quatre. L'un tient ; deux autres jouent, pour amorcer. Si quelqu'un s'y laisse prendre, il est toujours décavé, et quelque fois soulagé de ses bijoux.

bob:76053, 17884, 4747, 17764 source:3980